Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 16:32






C'est un exercice proposé par les thérapeutes pour faire revivre l'enfant intérieur: on pose des questions avec la main dominante, et on écrit les réponses avec l'autre main. Ici on s'interroge sur ce que raconte les douleurs...
Repost 0
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 16:31



Les sensations de l'enfance sont encore inscrites dans la mémoire corporelle. Notre corps sait tout.

Encore faut-il aller chercher ces messages oubliés.


Pour cela, on peut s'allonger au calme, fermer les yeux, respirer profondément, et promener son esprit dans les différentes parties du corps, pour y sentir les tensions, les douleurs, les crispations...

Dans un premier temps, il ne s'agit pas de les dissoudre mais juste de les sentir.




Repost 0
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 16:30

 

Les colères d'enfants ne sont pas toujours entendues par les adultes qui les entourent. Souvent, on les fait taire comme si elles étaient sans intérêt. Parfois même on les punit, les confondant avec de l'agressivité ou des caprices.

Certaines colères justifiées pour l'enfant que nous étions, restent enkystées dans notre âme. Il faut les faire sortir pour s'en libérer. L'enfant en nous, débarrassé de ce poids, peut alors gambader sans entraves. Et nous avec lui.



Voir article





  Emission radio
Repost 0
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 21:02




Toujours avec la "mauvaise main", pour laisser librement l'enfant en soi s'exprimer.

 

 




55/ Je note ce que dessin évoque pour moi


Souvent, des souvenirs remontent à la surface. Parfois ce sont juste des impressions fugaces.








Repost 0
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 21:01




Le plus souvent, nous avons tendance à vouloir freiner cette vague pour ne pas en subir les conséquences. Ce faisant nous bloquons l'émergence de nos chagrins d'enfants non-résolus.

Mieux vaut accepter le chagrin, surtout s'il est disproportionné par rapport à ce qui l'a provoqué ou s'il n'est motivé par aucune situation réelle. C'est alors manifestement, l'enfant en nous qui s'exprime et qui désire être écouté.

Repost 0
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 21:00






C'est ce qu'il recherche,
ce dont il a le plus besoin.



Repost 0
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 21:00






Au fil du temps, nos peurs se font ainsi moins présentes, moins obsédantes.















 Vidéos:
Les hommes derrière Obama 1
Les hommes derrière Obama 2
...et toutes celles qui suivent

Repost 0
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 20:59

Elles sont souvent enracinées dans l'enfance, ces peurs irraisonnées qui nous assaillent. Peut-être même constituent-elles la dernière manifestation de notre enfant intérieur que nous n'avons pas réussis à bâillonner. Elles n'en ont que plus de valeur.

Au lieu de les subir comme des calamités, essayons de accueillir comme un cadeau qu'il nous fait. Il nous parle encore...

A partir de ce fil conducteur, nous allons pouvoir renouer le dialogue avec lui.

Repost 0
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 20:58





"Lorsqu'un adulte parle de son enfant intérieur, raconte Lucie Capacionne, il est fréquent qu'il pose sans s'en rendre compte sa main sur son coeur ou sur son ventre. Ce geste, le plus souvent inconscient, indique la façon dont il perçoit sa présence en lui-même".

Renversons le processus: pour le contacter, posons une main sur le plexus solaire, fermons les yeux, respirons à fond, et pensons à lui...

Osons faire consciemment le premier pas vers lui.


Repost 0
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 20:54





Lorsqu'on les connaît, il est plus facile de les repérer dès qu'elles émergent, et de profiter de leurs qualités sans pâtir de leur défauts.






Pour aller plus loin sur ce thème, vous pouvez aller lire les derniers articles chez Emmanuel
Repost 0

Présentation

Rechercher