Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 11:33





Avec la main que l'on utilise pas habituellement: la droite si l'on est gaucher, la gauche si l'on est droitier. Ainsi, ce qui jaillit de nos traits maladroits, c'est la façon dont il se manifeste à nous.

Ensuite, on peut prendre le temps de regarder ce dessin, sans l'analyser. Juste pour recevoir ce qu'il a à nous dire. Est-il emprunt de joie et de tristesse? De peur ou de courage? On laisse monter en soi les sensations, sans faire intervenir la pensée rationnelle.

Repost 0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 02:21






Pour que les couleurs s'imprime en moi...

Repost 0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 02:20






Juste pour vous donner forme et substance...


























Peinture d'Emmanuel
Je vous invite à lire son commentaire dans l'article précédent.



...et si vous aussi envoyez vos dessins?

Repost 0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 02:20







Oublier les instruments, le pinceau, le crayon, pour se laisser guider par la texture de la matière...
Repost 0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 02:19






Ou de la droite si l'on est gaucher. L'essentiel est de casser les habitudes pour laisser émerger quelque chose de plus intinctif et de plus naturel.







"Drawing hands"      M.C. Escher

Repost 0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 02:17




Dès le plus jeune âge les enfants expriment par les formes et les couleurs leurs états d'âme. C'est pourquoi les psy pour enfants utilisent souvent le dessin comme vecteur d'expression privilégié.

En retrouvant le plaisir de dessiner et de peindre, on peut reprendre contact avec l'enfant en soi. Pour cela il ne faut pas "vouloir" dessiner quelque chose, mais juste laisser aller les couleurs sur le papier, sans réfléchir.

Et pour y arriver, on doit déjà se replonger dans son âme d'enfant...un excellent exercice.

Repost 0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 02:17





Lorsqu'on a du mal à rentrer dans le jeu, le fait de se glisser dans des rôles peut nous aider.

Repost 0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 02:15



Pourquoi ne pas s'amuser à apparaître un jour en prince(esse) lointain(e), un jour au voyageur(se) au long cours, un jour en séducteur(trice)? Sans aller jusqu'au bal costumé, il suffit pour cela de quelques détails vestimentaires et d'un état intérieur particulier.

En plongeant ainsi dans différentes peaux, on recommence à jouer.


 







Place Jean Bart






De la mairie, le maire jette des harengs


Carnaval 2007


A Dunkerque, quand vient le carnaval,
On est tous joyeux comme des cigales,
On se grime on s'met de la peinture,
On s'en fout plein fegur'
Avec s'habille avec de vieux habits
Et l'on sort son grand parapluie.
Avec tout çà on est paré pour le carnaval
Et le boulot on s'en fout pas mal.
On est heureux, on est heureux
Avec les Dunkerquois
Au carnaval on est les rois
On est heureux, on est heureux
Avec les Dunkerquois,
On s'ra toujours les rois.

A éviter pour les âmes sensibles:... autres chansons ICI

Repost 0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 02:14



S'il est trop difficile de s'adresser directement à lui de vive voix, on peut aussi le faire par écrit. C'est souvent plus confortable. On peut mieux peser ses mots, revenir en arrière, peaufiner ses phrases. Une fois qu'on a déposé sur le papier ce qu'on voulait, il faut lire la lettre à haute voix, en commençant par: "Cher enfant en moi,..."

Chaque étape agit alors: l'écriture ouvre une première porte et le fait de prononcer les mots, une seconde. Ensuite, il devient plus facile de lui parler simplement, comme on le ferai à un ami.

Repost 0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 02:13

je ne lui ai pas fait confiance.



C'est sans doute le plus important. Notre enfant intérieur s'est recroquevillé sous les coups de buttoir de notre fausse assurance. Nous voulions obéir à la voix de la raison, celle que nous dictaient nos parents et la société, alors qu'il nous parlait d'instinct et d'intuition. Il a finit par céder la place.


Pour l'aider à se réveiller, il faut mettre des mots sur cette frustration. Ensuite nous pourrons tenter de jeter un pont entre ces deux versants de notre personne.





Chaque annnée, célébration de notre venue sur terre.

Souffler celle qui se termine, espérer en celle qui arrive.
Mais chaque seconde n'est t-elle pas une flamme sur laquelle il faut veiller?


Repost 0

Présentation

Rechercher