Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 août 2008 6 30 /08 /août /2008 14:00

Voir blog

http://assrenseignements-genereux.hautetfort.com/

samedi, 30 août 2008

(Commentaire envoyé par Naradamuni)

A L E R T E  !
29 / 08 / 2008  : ON  VIENT  DE  NOUS  AVERTIR  QUE  LES  FLICS  TENTENT  DE  PENETRER  DANS  NOTRE  LOCAL ( Chez un RG ) . MOTIF  :  PROBABLEMENT  ENERVES  PAR  LE  TEXTE  PUBLIE  PLUS  BAS - tabassage d 'un  citoyen  helvète  à  Avi - gnons - 
 ACCUEILLONS - LES  S' ILS  PARVIENNENT  A  FORCER  LA  PORTE  AVEC  LEUR  BOISSON  PREFEREE  :   UN  LITRON  DE  ROUGE  ( pour  chacun   bien  sûr )  et  nous  on  met  des  oranges  dans  notre  sac . 
AMIS ,  LA  MEILLEURE  FAÇON  DE  NOUS  DEFENDRE  C ' EST  DE  DIFFUSER  L' INFO   VITE  VITE  VITE  ET  DE  VENIR  NOMBREUX  SUR  NOTRE  BLOG  CES  PROCHAINS  JOURS . Nous  avons déjà  beaucoup  de  lecteurs  , en  réaction  à  nos  appels :  merci !  
ET  DE  TELEPHONER  AU  COMMISSARIAT  DE  NÎMES  04 66 27 30 00  POUR  PROTESTER :  PAS  D ' INSULTES  NI  D ' APPELS  REPETES  ,  JUSTE  LEUR DIRE QU' ON N' EST  PAS  EN  CHINE , ET  DEMANDER  CE  QUI  SE  PASSE ,  SURTOUT  POUR  NOTRE  PRESIDENTE  ET  AMIE  COURAGEUSE  JOSIANE  BALLATO ,  BENEFICIAIRE  D' UN  ABONNEMENT  LONGUE  DUREE  CHEZ  LES  RIPOUX  . EN  PRINCIPE  LES  APPELS  NOMBREUX  LES  CALMENT.
ON  COMPTE  SUR  VOUS TOUS  POUR  NOUS  SOUTENIR ,  ET  MERCI  !  Nous  venons  de  décider  de  publier  ce  témoignage, avec  tous  les  risques  que  cela  comporte  pour  nous  et  surtout  pour  notre  très  chère  amie  Jo . Faites-le  circuler, c’est  notre meilleure  défense  et  surtout  JUSTICE.
Puisque  de  toutes  façons  nous  avons  les  flics  sur  le  dos ,  autant  rapporter  ce  témoignage     -  nous  n' aurions  pas  publié  ces  lignes, tant  elles  paraissent  incroyables,  si  nous  n' avions  été  témoins  des  faits .
- En  1980  Pascal , 8 ans , fils de  Jacqueline  Ballato , est  enlevé , déscolarisé puis abandonné à  des marginaux  par  son  père , lui-même  marginal  et  alcoolique,  mais  protégé  par  la  police  car  "indic ". 
 
- Jacqueline  fera  pendant  10 ans  maints  séjours  en  prison ( avec  classiques  attouchements  sexuels  par  les  ripoux  lors  des  transferts )  et  en  psychiatrie  pour  avoir  dénoncé  cette  affaire : médiatisation , tracts ...  quelques  épisodes :
 
- Grève  de  la  faim  en  prison  =  mise  en  isolement  total  en  psychiatrie, avec  les  malades  les  plus  dangereux . Viol  et  syphilis.
 
- Mitard  en  prison : syphilis  pas  soignée ,  une  pomme  tous  les  2  jours,  boire  au  goutte  à  goutte  d 'une  fuite  de  tuyauterie , privation  de  visites  et  livres , et  arrosée  de  seaux  d 'eau  froide ( on  est  en  avril ) .  L' aumônier  alerté  par  des  détenues   prévient Jo ,    soeur  jumelle  de  Jacqueline ,  in extremis . Elle  parvient  à  la  faire  libérer   en  écrivant  à  Elisabeth  Badinter  et  en  médiatisant .  Et  prend    illico  3  mois  avec  sursis  !
 
- Pascal  placé  en  foyer  d’enfants  dangereux  (!)  doit  un  jour  en  défenestrer  un ,  qui l' agressait  au  couteau  et  s ' écrase  sur  une  toiture  2  étages  plus  bas. Bizarrement il n’est  pas  inquiété : cela  corserait  une  affaire  déjà  gênante ! Pascal  nous  sera  rendu  à  18  ans,  toxico, alcoolique, inculte , et  s ' éloignera de nous. 
 
- 1990 . Des  eaux  de  pluies  se  déversent  chez  Jo et sa fille  de  16  ans  ( appelons-la Chloé )  puis  chez  ses  voisins  du  dessous , les  10  Boukhedenna , délinquants  notoires  qui , furieux , l' agressent  : soins  par  Samu , plaintes ... la  police  , et  en  particulier  l' inspecteur  Nespoulet  qui  a  décidé  de  lui  régler  son  compte , l' accuse  et  tente  par  2  fois, en  vain , de  l' interner.  Les  médecins  refusent.
 
Jo  résume  la  situation  avec  humour  dans  la  presse  locale  : " j'me  suis  battue  à  1  contre  10 , qu'est - ce  qu'on  lui  a  mis  ! " ce  qui  rend  les  flics  furieux.
 
- Un  "ami" enseignant   ( qui sera plus tard viré pour pédophilie )  invite Jo  à passer  chez lui , pour préparer  une  défense  qu 'il  remettra  à  son  frère  magistrat . Il  prétexte  que  cela  va  durer , pour  aller  prévenir  Chloé ( blessée par les voisins et alitée ) et  va  en  fait  la  violer. Elle  n' ose  en  parler  mais  sera  enceinte .
 
Manque de chance c' est  l' inspecteur  Nespoulet  qui  reçoit  la  plainte  de  Jo  et, goguenard, la refuse.
 
- Jo  médiatise , et  doit  partir  en  Tchécoslovaquie  pour  affaire  urgente.  C 'est  Jacqueline  , restée  auprès  de  Chloé , qui  sera  internée  pendant  6  mois .
 
- Chloé  ,   abandonnée  ( évanouie  de  frayeur )   à  son  sort  bien  que  mineure , téléphone  à  un  camarade  de  classe  , qui  vient  la  chercher :  lui  est  blessé  de  2  balles  dans  la  tête , elle  d' un  coup  de  couteau  dans  la  gorge ,  par  Kaddour  et  Malika  Boukhedenna .
 
- 1996 :  un  individu agresse  et   blesse  Jacqueline ,  qui  est  conduite  par  les  flics ... en  cellule  d 'isolement  en  psychiatrie !  elle  se  pend  à  sa  sortie . 
 
- 1997 :  Jo  a  quitté  bien  sûr  son  appartement dont  elle  continue  à  payer  les  lourdes  traites.  Il  est  incendié  par  des  squatters , et  Jo , heureuse  bénéficiaire  des  assurances  ( à quelque chose malheur est bon )  est  soupçonnée  et  heureusement  disculpée   par  des  témoins . Incroyable  spectacle , quand les flics veulent la cueillir pendant  l' expertise  et  manquent  tomber dans le sol à moitié effondré !  avec  un  expert  éberlué  qui  protège  Jo contre  leur  tentative  de  " saisie " ! 
 
Depuis, ça  continue. Qu’a  fait  la  gauche, alertée ?    R I E N   .  L 'une  de  leurs  petites  élues  , Jany  Arnéguy ,  raconte même  à  qui  veut  l' entendre  ( qui  se  sent  morveuse  se  mouche )  que  Jo  est  responsable  de  la  mort  de  sa  soeur  jumelle  !   
 
 
 
La police a décidé d'intervenir..." 


AUTRE FAIT

Sur internet, à "Patrick Mohr", j'ai trouvé:
http://www.mediatheque.ville-eybens.fr/index.php?action=a...
René


Je m’appelle Patrick Mohr.

Je suis né le 18 septembre 1962 à Genève.

Je suis acteur, metteur en scène et auteur.

A Genève je dirige une compagnie, le théâtre Spirale, je co-dirige le
théâtre de la Parfumerie et m’occupe également du festival « De bouche à
oreille.

Dans le cadre de mes activités artistiques, je viens régulièrement au
festival d’Avignon pour y découvrir des spectacles du « in » et du « off
». Notre compagnie s’y est d’ailleurs produite à trois reprises. Cette
année, je suis arrivé dans la région depuis le 10 juillet et j’ai
assisté à de nombreux spectacles.

Le Lundi 21 juillet, je sors avec mon amie, ma fille et trois de ses
camarades d’une représentation d’une pièce très dure sur la guerre en
ex-Yougoslavie et nous prenons le frais à l’ombre du Palais des Papes,
en assistant avec plaisir à un spectacle donné par un couple d’acrobates.

A la fin de leur numéro, je m’avance pour mettre une pièce dans leur
chapeau lorsque j’entends le son d’un Djembé (tambour africain) derrière
moi. Etant passionné par la culture africaine. (J’y ai monté plusieurs
spectacles et ai eu l’occasion d’y faire des tournées.) Je m’apprête à
écouter les musiciens. Le percussionniste est rejoint par un joueur de
Kamele Ngoni. (Sorte de contrebasse surtout utilisée par les chasseurs
en Afrique de l’Ouest.)

A peine commencent-ils à jouer qu’un groupe de C.R.S se dirige vers eux
pour les interrompre et contrôler leur identité. Contrarié, je me décide
à intervenir. Ayant déjà subit des violences policières dans le même
type de circonstances il y a une vingtaine d’année à Paris, je me suis
adressé à eux avec calme et politesse. Le souvenir de ma précédente
mésaventure bien en tête. Mais je me suis dit que j’étais plus âgé, que
l’on se trouvait dans un haut lieu culturel et touristique, dans une
démocratie et que j’avais le droit de m’exprimer face à ce qui me
semblait une injustice. J’aborde donc un des C.R.S et lui demande :

« Pourquoi contrôler vous ces artistes en particulier et pas tous ceux
qui se trouvent sur la place? » Réponse immédiate.

« Ta gueule, mêle-toi de ce qui te regardes!

« Justement ça me regarde. Je trouve votre attitude discriminatoire. »

Regard incrédule. « Tes papiers ! »

« Je ne les ai pas sur moi, mais on peut aller les chercher dans la
voiture. »

« Mets-lui les menottes ! »

« Mais vous n’avez pas le droit de… »

Ces mots semblent avoir mis le feu aux poudres.

« Tu vas voir si on n’a pas le droit.»

Et brusquement la scène a dérapé.

Ils se sont jetés sur moi avec une sauvagerie inouïe. Mon amie, ma
fille, ses camarades et les curieux qui assistaient à la scène ont
reculé choqués alors qu’ils me projetaient au sol, me plaquaient la tête
contre les pavés, me tiraient de toutes leurs forces les bras en arrière
comme un poulet désarticulé et m’enfilaient des menottes. Les bras dans
le dos, ils m’ont relevé et m’ont jeté en avant en me retenant par la
chaîne. La menotte gauche m’a tordu le poignet et a pénétré profondément
mes chairs. J’ai hurlé :

« Vous n’avez pas le droit, arrêtez, vous me cassez le bras ! »

« Tu vas voir ce que tu vas voir espèce de tapette. Sur le dos ! Sur le
ventre ! Sur le dos je te dis, plus vite, arrête de gémir ! »

Et ils me frottent la tête contre les pavés me tordent et me frappent,
me traînent, me re-plaquent à terre.

La foule horrifiée s’écarte sur notre passage. Mon amie essaie de me
venir en aide et se fait violemment repousser. Des gens s’indignent,
sifflent, mais personne n’ose interrompre cette interpellation d’une
violence inouïe. Je suis traîné au sol et malmené jusqu’à leur
fourgonnette qui se trouve à la place de l’horloge 500 m . plus bas. Là.
Ils me jettent dans le véhicule, je tente de m’asseoir et le plus grand
de mes agresseurs (je ne peux pas les appeler autrement), me donne un
coup pour me faire tomber entre les sièges, face contre terre, il me
plaque un pied sur les côtes et l’autre sur la cheville il appuie de
tout son poids contre une barre de fer.

« S’il vous plait, n’appuyez pas comme ça, vous me coupez la circulation. »

« C’est pour ma sécurité. »

Et toute leur compagnie de rire de ce bon mot. Jusqu’au commissariat de
St Roch

Le trajet est court mais il me semble interminable. Tout mon corps est
meurtri, j’ai l’impression d’avoir le poignet brisé, les épaules
démises, je mange la poussière.

On m’extrait du fourgon toujours avec autant de délicatesse.

Je vous passe les détails de l’interrogatoire que j’ai subi dans un état
lamentable.

Je me souviens seulement du maquillage bleu sur les paupières de la
femme qui posait les questions.

« Vous êtes de quelle nationalité ? » « Suisse. »

« Vous êtes un sacré fouteur de merde »

« Vous n’avez pas le droit de m’insulter »

« C’est pas une insulte, la merde » (Petit rire.)

C’est fou comme la mémoire fonctionne bien quand on subit de pareilles
agressions.

Toutes les paroles, tout les détails de cette arrestation et de ma garde
à vue resterons gravés à vie dans mes souvenirs, comme la douleur des
coups subits dans ma chair.

Je remarque que l’on me vouvoie depuis que je ne suis plus entre les
griffes des CRS.

Mais la violence physique a seulement fait place au mépris et à une
forme d’inhumanité plus sournoise. Je demande que l’on m’ôte les
menottes qui m’ont douloureusement entaillé les poignets et que l’on
appelle un docteur. On me dit de cesser de pleurnicher et que j’aurais
mieux fait de réfléchir avant de faire un scandale. Je tente de
protester, on me coupe immédiatement la parole. Je comprends qu’ici on
ne peut pas s’exprimer librement. Ils font volontairement traîner avant
de m’enlever les menottes. Font semblant de ne pas trouver les clés. Je
ne sens plus ma main droite.

Fouille intégrale. On me retire ce que j’ai, bref inventaire, le tout
est mis dans une petite boîte.

« Enlevez vos vêtements ! » J’ai tellement mal que je n’y arrive presque
pas.

« Dépêchez-vous, on n'a pas que ça à faire. La boucle d’oreille ! »

J’essaye de l’ôter sans y parvenir.

« Je ne l’ai pas enlevée depuis des années. Elle n’a plus de fermoir. »

« Ma patience à des limites vous vous débrouillez pour l’enlever, c’est
tout ! »

Je force en tirant sur le lob de l’oreille, la boucle lâche.

« Baissez la culotte ! »

Je m’exécute. Après la fouille ils m’amènent dans une petite cellule de
garde à vue.

4m de long par 2m de large. Une petite couchette beige vissée au mur.

Les parois sont taguées, grattées par les inscriptions griffonnées à la
hâte par les détenus de passage. Au briquet ou gravé avec les ongles
dans le crépis. Momo de Monclar, Ibrahim, Rachid…… chacun laisse sa marque


L’attente commence. Pas d’eau, pas de nourriture. Je réclame en vain de
la glace pour faire désenfler mon bras. Les murs et le sol sont souillés
de tâches de sang, d’urine et d’excréments. Un méchant néon est allumé
en permanence. Le temps s’étire. Rien ici qui permette de distinguer le
jour de la nuit. La douleur lancinante m’empêche de dormir. J’ai
l’impression d’avoir le cœur qui pulse dans ma main. D’ailleurs alors
que j’écris ces lignes une semaine plus tard, je ne parviens toujours
pas à dormir normalement.

J’écris tout cela en détails, non pas pour me lamenter sur mon sort. Je
suis malheureusement bien conscient que ce qui m’est arrivé est
tristement banal, que plusieurs fois par jours et par nuits dans chaque
ville de France des dizaines de personnes subissent des traitements bien
pires que ce que j’ai enduré. Je sais aussi que si j’étais noir ou arabe
je me serais fait cogner avec encore moins de retenue. C’est pour cela
que j’écris et porte plainte. Car j’estime que dans la police française
et dans les CRS en particulier il existe de dangereux individus qui sous
le couvert de l’uniforme laissent libre cour à leurs plus bas instincts.

(Evidement il y a aussi des arrestations justifiées, et la police ne
fait pas que des interventions abusives. Mais je parle des dérapages qui
me semblent beaucoup trop fréquents.)

Que ces dangers publics sévissent en toute impunité au sein d’un service
public qui serait censé protéger les citoyens est inadmissible dans un
état de droit.

J’ai un casier judiciaire vierge et suis quelqu’un de profondément non
violent, par conviction, ce type de mésaventure me renforce encore dans
mes convictions, mais si je ne disposais pas des outils pour analyser la
situation je pourrais aisément basculer dans la violence et l’envie de
vengeance. Je suis persuadé que ce type d’action de la police nationale
visant à instaurer la peur ne fait qu’augmenter l’insécurité en France
et stimuler la suspicion et la haine d’une partie de la population (Des
jeunes en particulier.) face à la Police. En polarisant ainsi la
population on crée une tension perpétuelle extrêmement perverse.

Comme je suis un homme de culture et de communication je réponds à cette
violence avec mes armes. L’écriture et la parole. Durant les 16h qu’a
duré ma détention. (Avec les nouvelles lois, on aurait même pu me garder
48h en garde à vue.) Je n’ai vu dans les cellules que des gens d’origine
africaine et des gitans. Nous étions tous traité avec un mépris
hallucinant. Un exemple, mon voisin de cellule avait besoin d’aller aux
toilettes. Il appelait sans relâche depuis près d’une demi heure,
personne ne venait. Il c’est mit à taper contre la porte pour se faire
entendre, personne. Il cognait de plus en plus fort, finalement un
gardien exaspéré surgit. »Qu’est ce qu’il y a ? » « J’ai besoin d’aller
aux chiottes. » « Y a une coupure d’eau. » Mais j’ai besoin. » « Y a pas
d’eau dans tout le commissariat, alors tu te la coince pigé. »

Mon voisin qui n’est pas seul dans sa cellule continue de se plaindre,
disant qu’il est malade, qu’il va faire ses besoins dans la cellule.

« Si tu fais ça on te fait essuyer avec ton t-shirt. »

Les coups redoublent. Une voix féminine lance d’un air moqueur. « Vas-y
avec la tête pendant que tu y es. Ca nous en fera un de moins. » Eclats
de rire dans le couloir comme si elle avait fait une bonne plaisanterie.

Après une nuit blanche vers 9h du matin on vient me chercher pour
prendre mon empreinte et faire ma photo. Face, profil, avec un petit
écriteau, comme dans les films. La dame qui s’occupe de cela est la
première personne qui me parle avec humanité et un peu de compassion
depuis le début de ce cauchemar. « Hee bien, ils vous ont pas raté.
C’est les CRS, ha bien sur. Faut dire qu’on a aussi des sacrés cas
sociaux chez nous. Mais ils sont pas tous comme ça. »

J’aimerais la croire.

Un officier vient me chercher pour que je dépose ma version des faits et
me faire connaître celle de ceux qui m’ont interpellé. J’apprends que je
suis poursuivi pour : outrage, incitation à l’émeute et violence envers
des dépositaires de l’autorité publique. C’est vraiment le comble. Je
les aurais soi disant agressés verbalement et physiquement. Comment ces
fonctionnaires assermentés peuvent ils mentiraussi éhontement ? Je
raconte ma version des faits à l’officier. Je sens que sans vouloir
l’admettre devant moi, il se rend compte qu’ils ont commis une gaffe. Ma
déposition est transmise au procureur et vers midi je suis finalement
libéré. J’erre dans la ville comme un boxeur sonné. Je marche
péniblement. Un mistral à décorner les bœufs souffle sur la ville. Je
trouve un avocat qui me dit d’aller tout de suite à l’hôpital faire un
constat médical. Je marche longuement pour parvenir aux urgences ou je
patiente plus de 4 heures pour recevoir des soins hâtifs. Dans la salle
d’attente, je lis un journal qui m’apprend que le gouvernement veut
supprimer 200 hôpitaux dans le pays, on parle de couper 6000 emplois
dans l’éducation. Sur la façade du commissariat de St Roch j’ai pu lire
qu’il allait être rénové pour 19 millions d’Euros. Les budgets de la
sécurité sont à la hausse, on diminue la santé, le social et
l’éducation. Pas de commentaires.

Je n’écris pas ces lignes pour me faire mousser, mais pour clamer mon
indignation face à un système qui tolère ce type de violence. Sans doute
suis-je naïf de m’indigner. La plupart des Français auxquels j’ai
raconté cette histoire ne semblaient pas du tout surpris, et avaient
connaissance de nombreuses anecdotes du genre. Cela me semble d’autant
plus choquant. Ma naïveté, je la revendique, comme je revendique le
droit de m’indigner face à l’injustice. Même si cela peut paraître de
petites injustices. C’est la somme de nos petits silences et de nos
petites lâchetés qui peut conduire à une démission collective et en
dernier recours aux pires systèmes totalitaires. (Nous n’en sommes bien
évidement heureusement pas encore là.) Depuis ma sortie, nous sommes
retournés sur la place de papes et nous avons réussi à trouver une
douzaine de témoins qui ont accepté d’écrire leur version des faits qui
corroborent tous ce que j’ai dis. Ils certifient tous que je n’ai
proféré aucunes insultes ni n’ai commis aucune violence. Les témoignages
soulignent l’incroyable brutalité de l’intervention des CRS et la totale
disproportion de leur réaction face à mon intervention. J’ai essayé de
retrouver des images des faits, mais malheureusement les caméras qui
surveillent la place sont gérées par la police et, comme par hasard
elles sont en panne depuis début juillet. Il y avait des centaines de
personnes sur la place qui auraient pu témoigner, mais le temps de
sortir de garde à vue, de me faire soigner et de récupérer suffisamment
d’énergie pour pouvoir tenter de les retrouver. Je n’ai pu en rassembler
qu’une douzaine. J’espère toujours que peut être quelqu’un ait
photographié ou même filmé la scène et que je parvienne à récupérer ces
images qui prouveraient de manière définitive ce qui c’est passé.

Après 5 jours soudain, un monsieur africain m’a abordé, c’était l’un des
musiciens qui avait été interpellé. Il était tout content de me
retrouver car il me cherchait depuis plusieurs jours. Il se sentait mal
de n’avoir rien pu faire et de ne pas avoir pu me remercier d’être
intervenu en leur faveur. Il était profondément touché et surpris par
mon intervention et m’a dit qu’il habitait Grenoble, qu’il avait 3
enfants et qu’il était français. Qu’il viendrait témoigner pour moi.
Qu’il s’appelait Moussa Sanou.

« Sanou , c’est un nom de l’ethnie Bobo. Vous êtes de Bobo-Dioulasso ? »
« Oui. » Nous nous sommes sourit et je l’ai salué dans sa langue en Dioula.

Il se trouve que je vais justement créer un spectacle prochainement à
Bobo-Dioulasso au Burkina-faso. La pièce qui est une adaptation de
nouvelles de l’auteur Mozambicain Mia Couto s’appellera « Chaque homme
est une race » et un des artistes avec lequel je vais collaborer se
nomme justement Sanou.

Coïncidence ? Je ne crois pas.

Je suis content d’avoir défendu un ami, même si je ne le connaissais pas
encore.

La pièce commence par ce dialogue prémonitoire.

Quand on lui demanda de quelle race il était, il répondit : « Ma race
c’est moi. »

Invité à s’expliquer il ajouta

« Ma race c’est celui que je suis. Toute personne est à elle seule une
humanité.

Chaque homme est une race, monsieur le policier. »

Patrick Mohr 28 juillet 2008

 



Liberté d'expression ????? (commentaire envoyé par Naradamuni)

Après les affaires des RG nimois $t Nervis et ses potes voyoucrates (Youtube) qui désactivent le compte de Torapamavoa ?
Censure « Nickel-Chrome »!
30 août 2008.
Nous sommes au regret de vous annoncer LA MORT subite d’une part importante de la LIBERTE D’EXPRESSION
+ de 100 vidéos
Le 15eme musicien Francais le plus vu/all time sur youtube
+ de 3 millions de visites sur youtube
Pourquoi NOTRE compte ?
TF1 avait récemment demandé à youtube le retrait d’une de nos vidéos
nommée « TF1 et LCI écartent les dérapages de Sarkozy du net »
Des MILLIONS DE COMPTES DE VIDEOS CONTREVIENNENT AUX DROITS D’AUTEUR…
Où s’arrêtent les droits d’auteurs ?
Où commence la Liberté d’expression ?
les videos originales dont NOUS SOMMES LES AUTEURS AINSI QUE LES CLIPS…Supprimés..
Les infos cachées ou delaissées par les medias dominants..
 Supprimées…
YOUTUBE a supprimé notre compte entièrement et semble t il définitivement..
Deux ans de travail,de recherches,une bibliothèque en ligne anti Sarkozy.
http://torapamavoa.blogspot.com/2008/08/youtube-fait-taire-torapamavoa-c…
Tous ensemble le 10 novembre 2008!
http://www.conseilnationaldelaresistance.fr/post/2008/07/23/Appel-a-cons…

Ni Dieu, ni Maîtres... Ni Contremaîtres ! (Hi, Hi!)

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Comment va le monde
commenter cet article
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 13:20
Article pris chez Plumedecib

Bénéfice net au premier semestre 750 millions d'euros !

Comment est-ce possible puisque notre pouvoir d'achat est en berne depuis un moment ? En rackettant les producteurs, en sous-payant les employés, en arnaquant les consommateurs. L'empire mafieux se développe dans toute sa splendeur et en toute impunité. Le vieux vice des colons fait rage, l'appât du gain de ces véritables machines de guerre est infini, leur voracité sans limite. L'argent appelle l'argent et l'argent fait plier les petits, les met plus bas que terre... Les producteurs ne semblent plus avoir le choix, brader leurs produits ou crever....

Tout cela n'est qu'un image, un mirage qu'on veut réalité, qu'on nous impose et que nous acceptons sans rechigner. Et nous sommes les acteurs de notre dérive. Conscience et responsabilité, prise en main de notre liberté, désincarcération de notre libre-arbitre, nous permettront de reprendre la gestion de nos vies présentes et futures. ASPETA lance une fois de plus et parmi d'autres, un grand appel à la non consommation. C'est notre arme absolue mais il semble que nous sommes trop accrocs à l'achat pour nous en priver ne serait-ce qu'un jour. L'achat est devenu un signe de reconnaissance vis-à-vis des autres, de sa famille et de soi-même. Des parents ont peur de ne plus exister aux yeux de leurs enfants s'ils ne les entourent pas de biens dits nécessaires... 

Un petit jeu : Qu'y-a-t-il de vraiment "nécessaire" ? 

J'écris à nouveau cette phrase merveilleuse du jeune idéaliste Christopher McCandless qui choisit de lâcher tous les biens matériels pour parcourir le Monde et vivre en Alaska. Il est à la fin de sa vie, relatée par Shean Penn dans son film "Into the Wild". Il n'a plus rien que le magnifique paysage que lui offre la nature. Et là, il comprend, il ressent que "le bonheur ne peut être vécu que s'il est partagé".

L'achat est un TOC. Essayons de nous en soigner, nous soignerons également le Monde et nous retrouverons peut être le chemin du bonheur. 


NE DEPENSEZ PLUS
PENSEZ 

Et n'oubliez pas, Mobilisation générale
le 10 NOVEMBRE 2008 a PARIS
A pieds, à cheval ou en voiture, retrouvons-nous 
 

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Respect en toute chose
commenter cet article
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 10:32

Samedi 16 août matin


 

Du Samedi 16 août au mercredi 20 août, de 9 h 30 à 11 h 30 et de 14 h 00 à 16 h 00 Enseignements de Sa Sainteté sur les « Stances de la Voie Médiane » de Nagarjuna (Les douze facteurs de la production indépendante – Examen du soi et des phénomènes – les quatre nobles vérités) ; « Commentaire de l’Esprit d’Eveil » ; Le « Collier de Joyaux » et « Initiation de Padmasambhava »...Ça vous tente? (hi hi hi!!)...Version simplifiée...structure à redire but itsvéridificoult! Help! 

 
Les enseignements commencent. Il nous est distribué un livre chacun. Les jours suivants un appel a été fait pour que  les exemplaires non dus soient rapportés, il en manquait pour les nouveaux arrivants. (Certainement de  bons bouddhistes qui ont voulu faire des cadeaux à moindre frais pour toute la famille,  ha ha ha!!)

 
Nous sommes accueillis avec des chants, dont le Sûtra du cœur*

 

Le Dalai Lama dit être fier de donner ses enseignements davant autant d'occidentaux. Il précise que le bouddhisme est une philosophie qui encourage à garder sa religion. Pour rester dans une bonne disposition mentale, il faut rester dans ses traditions car changer engendrerait une source de confusions. C'est à chaque nature humaine de trouver ce qui lui convient et de s'abstenir de critiquer la religion que l'on a quitté.

 

" La réalité d'aujourd'hui est différente du passé où les échanges étaient limités. La population a augmenté, les informations se sont accrues, la communauté mondiale est devenue une entité multiculturelle. Les communautés aujourd'hui sont mal à l'aise car confrontées à d'autres croyances. La possibilité qu'il reste est de développer l'harmonie.

"Les religions majeures  se sont développées à partir d'une théologie ou d'une philosophie et se sont enrichies des autres traditions. Les Tibétains  réfugiés ont eu l'opportunité d'avoir des échanges avec les Chrétiens. Ces contacts ont été essentiels pour développer une compassion et une harmonie mutuelles.

"Il est essentiel de développer la raison et la foi. Juste la foi ne suffit pas à avoir un impact profond. La foi aide à ne pas sombrer et à abuser d'autrui. La raison est une contribution utile pour les autres traditions.


"Au début de l'humanité, il fallait survivre. au fur et à mesure de l'intelligence est devenue de plus en plus complexe et les hommes se sont interrogés sur les mystères; ceci a donné des explications diverses d'où ont découlées des religions diverses. Ils se sont posés différentes questions: "Que suis-je Moi, Soi, qui constitue le coeur de mon être? Où est le début, où est la fin?". Les religions ont tenté d'y répondre. Le moi qui engendre le mien, exemples: mes enfants, mon chien. J'étais jeune ou j'étais malade qui associe le corporel instinctivement. Je suis triste est le moi mental, le moi devant le propriétaire du trouble de la souffrance.
Moi devient central = concept du moi = représentation du corps mental auquel on associe un moi.
Le bouddhisme vise à démontré que ce moi n'est pas dépendant. 

(Les grands méditants ont, lorsqu' ils meurent, leur corps qui ne se décompose qu'au bout de quelques jours. Depuis un an, est installé (au Tibet?), un équipement scientifique qui permettra de mesurer la conscience après la mort. Pour l'instant, il n'y a pas encore eu de mort...rires).

"Dans les traditions théistes, existe un début et une fin. Dans le bouddhisme, même le Big-Bang vient d'une pré-existence. Tout a toujours été précédé de quelque chose. Notre corps est constitué des éléments de l'univers.

 

Dans le bouddhisme, c'est l'union de la foi et de la raison. Le fonctionnement de notre esprit, c'est la loi de causes à effets.

Pour remédier à la souffrance, il est très utile de connaître les mécanismes de l'esprit et du mental. Pour cela utiliser des antidotes. La science comptemporaine s'y intérese car la santé c'est en grande partie l'équilibre émotionnel.

 

Le bouddha est un être humain ordinaire qui a voulu se transformer et devenoir éveillé. Il y a donc une possibilité de transformation. La pratique pour parcourir ce chemin est la science de l'esprit. Voir explications  ici


 

*L e Sûtra du Cœur

Le Bodhisattva de la Compassion
Alors qu’il méditait profondément,
Vit la vacuité des cinq skandhas
Et coupa les liens qui le faisaient souffrir.

Ici donc,
La forme n’est rien d’autre que la vacuité,
La vacuité n’est rien d’autre que la forme.
La forme n’est que vacuité,
La vacuité n’est que forme.

La sensation, la pensée et le choix,
La conscience elle-même,
Sont identiques à cela.

Toutes les choses sont par nature vide,
Elles ne sont ni nées ni détruites,
Ni tachées ni pures,
Pas plus qu’elles ne croissent ou ne décroissent.

Ainsi, dans le vide, il n’y a ni forme,
Ni sensation, pensée ou choix,
Ni non plus de conscience.

Ni œil, oreille, nez, langue, corps, esprit;
Ni couleur, son, odeur, saveur, toucher,
Ni rien que l’esprit puisse saisir,
Ni même acte de sentir.

Ni ignorance, ni fin de celle-ci,
Ni rien de ce qui vient de l’ignorance,
Ni déclin, ni mort,
Ni fin de ceux-ci.

Il n’y a pas non plus ni douleur, ni cause de la douleur,
Ni cessation de la douleur, ni noble chemin
Menant hors de la douleur;
Ni même sagesse à atteindre !
L’atteinte aussi est vacuité.

Sachez donc que le Bodhisattva
Ne s’attachant à rien qui soit,
Mais demeurant dans la sagesse Prajña
Est libéré d’obstacles illusoires
Débarassé de la peur nourrie par ceux-ci,
Et atteint l’éclatant Nirvana.

Tous les Bouddhas du passé et du présent,
Les Bouddhas du temps futur,
Utilisant cette sagesse Prajña,
Arrivent à une vision complète et parfaite.

Écoutez donc le grand dharani,
Le radieux mantra, sans égal,
La Prajñaparamita,
Dont les mots apaisent toute souffrance;
Écoutez et croyez en sa vérité!

Gate Gate Paragate Parasamgate Bodhi Svaha
Gate Gate Paragate Parasamgate Bodhi Svaha
Gate Gate Paragate Parasamgate Bodhi Svaha.


 

 

 

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Dalai Lama Nantes 2008
commenter cet article
27 août 2008 3 27 /08 /août /2008 21:49

Vendredi 15 août après-midi 

Conférence: « Paix intérieure, paix universelle »

Enoncée en anglais par le Dalai Lama et traduite par Matthieu Ricard

 

 Partis du Nord à cinq heures, déposons rapidement nos bagages à l’hôtel et arrivons tout juste pour 13 heures au Zénith. Nous sommes fouillés et un sac plastique nous est fourni pour y mettre nos chaussures.

 

Une centaine de manifestants adeptes de la divinité Shugdèn, scandent «Dalaï-lama, menteur». Ils lui reprochent d’avoir interdit leur culte, ce que le Dalai Lama démentira plus tard lors d’une question du public.


 

 

En attendant 14h que le Dalai Lama fasse son apparition, nous sommes bercés par de beaux chants tibétains qui accompagnent un diaporama sur deux écrans géants. Tout le monde est bien sage sur son petit coussin, le mien un peu trop plat d’ailleurs, je ne tarderai pas les jours suivants à me rehausser en empilant des couvertures.


 



Silence immense.

 

 

 

Le voilà qui vient nous saluer puis monte les marches d'une échelle pour s’installer dans une chaise surélevée aux allures de trône (si quelqu’un sait comment on la dénomme). Il croise les jambes et pof, se laisse tomber en tailleur. Des os solides le Monsieur de 73 ans! Il met une visière pour ne pas être aveuglé par les projecteurs et ainsi mieux voir son auditoire. De temps en temps, il brasse ses petites affaires, se nettoie les mains avec une lingette de manière méthodique pendant un quart d’heure tout en continuant à parler ou se sert du thé.


 
« Ici, trois catégories de personnes : des curieux en majorité, ceux qui ont entrepris une démarche spirituelle et ceux qui sont engagés.

« Je ne suis pas quelqu’un de spécial, je ne fais pas de miracles, je suis présent ici en tant que simple humain pour partager mes expériences, dialoguer sans faire de distinctions ni créer de barrières artificielles ;

« Vos questions permettront des interactions et engendreront pour moi de nouvelles réflexions .

 
« Le but de cette conférence : comment créer la paix extérieure par la paix intérieure.

 « Le but de l’existence est la plénitude, tout le monde désire être heureux et surmonter ses souffrances.  C’est notre droit le plus fondamental mais la vie apporte son lot de souffrances. Celles-ci sont de deux ordres : physiques et mentales.

 

« Les souffrances physiques sont les maladies et la vieillesse.

Les souffrances mentales sont les angoisses, les doutes, la peur,…

Des personnes riches peuvent être malheureuses, connaître la haine, la jalousie.

Des personnes démunies peuvent avoir une joie de vivre.



 

« Nous devons nous exercer à nous transformer. Les souffrances physiques peuvent être amoindries si l’esprit est heureux. La différence avec les animaux c’est que les humains ont une intelligence et peuvent l’utiliser pour se transformer.

 « Une attitude peut être destructrice avec de la colère ou des actes physiques ou constructive en pratiquant la compassion, le pardon, l’altruisme en laissant place à la paix. Elle doit transparaître dans toutes nos actions. Elle peut être mise en œuvre en gérant ses émotions,  ses états mentaux.

« La paix intérieure n’est pas seulement l’absence de conflits (exemple de la guerre froide), la paix véritable est le sentiment intérieur de paix.

« Pour cela, il faut faire les efforts nécessaires.

«  Les humains ont un besoin vital d’affection, ceci est démontré par les sciences médicales. Les enfants qui ne sont jamais touchés se développent mal, sont moins heureux et ont tendance à la violence. Par exemple les singes séparés ne jouent pas.

Concernant les aspects biologiques, reconnu par les scientifiques, un état d’esprit négatif peut dévorer notre système immunitaire alors que la paix le renforce.


« La paix extérieure est le dialogue de bonne foi avec un esprit et un cœur chaleureux, un sentiment fondé pour le bien d’autrui. C’est se rendre compte que la vie des autres est aussi précieuse que la nôtre.

Nous sommes tous interdépendants, que ce soit en terme d’économie ou d’environnement. Développer la compassion c’est reconnaître les six milliards d’humains.

 « Le monde change. Les français et les allemands étaient ennemis, aujourd’hui les deux pays sont unifiés. L’Union Européenne est un excellent concept car c’est l’intérêt commun qui est le plus important. Chaque membre de la communauté en bénéficie. Nous sommes six milliards mais une seule entité.
Aux Etats-Unis, une prise de conscience a commencé où des éducateurs et sociologues travaillent au développement de l’altruisme, une meilleure qualité de vie, une éducation impartiale et infinie qui ne dépend pas des autres mais de Etre.
La paix intérieure peut se traduire également par le désarmement mondial. Des solutions : incorporer la Russie dans l’OTAN* et que la Pologne soit le centre de l’Union européenne. 

 

 Des questions du public sont tirées au hasard :


« Les animaux ont-ils une âme ? »

Le Dalai Lama répond : « I don’t know ! ». Il éclate de rire.

 

« Pourquoi choisir la vie monastique pour trouver l’éveil ? »

Réponse : « Nous sommes tous capables d’être éveillés mais la voie monastique a des avantages par le fait que la vie en est simplifiée. »… « Mais demandez au bouddha lui-même..  ha ha ha ! »

 

« La non-violence sauvera t’elle le bouddhisme tibétain contre les chinois ? »

Réponse : « Je suis convaincue que la violence est démodée », « J’ai d'ailleurs dit à Georges Bush que j’avais beaucoup de sympathie pour lui mais que j’avais des réserves concernant sa politique »
« Le vingtième siècle a fait beaucoup de morts mais les mentalités commencent à changer ».


Applaudissements. Tout le monde remet ses chaussures et sort calmement.


« Si l’on ne trouve pas de solution à un problème, inutile de sombrer dans l’anxiété, si on trouve une solution,  inutile de sombrer dans l’anxiété. Il faut garder un niveau de paix pour gérer les moments difficiles ».




* Voir article
Eva à ce sujet

 

A tous ceux qui étaient présents, vos commentaires pertinents seront rajoutés à l'article.



 


 

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Dalai Lama Nantes 2008
commenter cet article
25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 06:03

Je suis revenue samedi après-midi, mais pris un peu de temps pour me retourner et profiter des retrouvailles. Mes enfants étonnés de me voir "normale"!! (rires). Mon mari m'a fait la surprise de m'offrir le même livre que j'ai touvé à Nantes!

Je suis très heureuse de ma semaine nantaise à écouter le Dalai Lama entourée d'environ sept ou huit mille personne. Si je pouvais la décrire en un seul mot, ce serait avec le mot "paix".

J'étais accompagnée de trois autres personnes de mon quartier et de ma professeur de yoga. Le Zénith de St Herblain, proche de Nantes,  nous a accuielli du 15 au 20 août; lieu où le faste et l'aspect commercial, à part la librairie, n'ont pas été de mise.

Après réflexion, j'ai envie de vous faire partager ces moments au même rythme que je les ai vécus, soit par tranche de demi-journées. J'ai écrit sur un cahier une soixantaine de pages qu'il serait de toute façon indigeste de délivrer d'un coup. De plus, pour moi, la tâche ne va pas être facile vu la complexité des enseignements. Je n'ai pas tout compris et j'ai des difficultés à me relire. Donc, je tenterai de n'énoncer que ce qui a été assez bien conçu. Certainement, que je reviendrai sur les articles pour rectifier ou rajouter. Si des personnes qui me lisent étaient présentes à Nantes, elles sont bienvenues pour apporter de l'eau au moulin.

Les enseignements étaient donnés de 9h30 à 11h30 et de 14h à 16h mais il fallait se présenter une heure avant.  De ce fait, nous étions assis au sol sur un coussin six heures par jour. Très peu de place pour s'étaler; bouger dans ce contexte était un acte assez glorieux.  Les dos et les genoux ont quelque peu soufferts.

Je suis allée à ces enseignements sans préjugés et sans lectures préalables. N'appartenant à aucun dogme religieux ni philosophique, le bouddhisme cependant, comporte des notions qui se rapprochent le plus de mes conceptions. J'ai pu ainsi avec un regard neuf, découvrir, sans toutefois être impressionnée, la personne du Dalai Lama surprenante par sa simplicité et son humour malgré son érudition, sans compter la bonté qui émane de sa personne. Ses enseignements sont énoncés en anglais ou tibétain et traduits par Mathieu Ricard.

Côté pratique et organisation, après une première nuit passée dans un Formule1 à St Herblain, nous avons intégré un gîte situé à Rezé à quinze minutes du Zénith. Chaque soir, il a fallu prévoir le pique-nique du lendemain et se lever à six heures. (Changement pour moi qui suis plutôt un oiseau de nuit!)

La prise de photos étant interdite, j'ai pu malgré tout en prendre quelques-unes le dernier jour à l'intérieur. La seule que j'ai du Dalai Lama est floue. 








A bientôt pour la suite!

Merci à tous ceux qui ont laissé des gentils messages pendant mon absence.

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Dalai Lama Nantes 2008
commenter cet article
14 août 2008 4 14 /08 /août /2008 01:12

Je reviens le 23 au soir,
En attendant, vous êtes autorisés à écrire plein de bêtises!!!

Bonne semaine à tous!

Si ça vous dit, quelques articles:

Sa maison intérieure

Les BD de mon enfance

Inventer le bonheur au quotidien

S'aimer à tord et à travers

Paradoxe

Se parler bellement

Le conte de la grenouille

Les éclaboussures

Télévision ou internet?

Vraiment Rabelais!

Vous êtes tous cernés!


Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Temps de vie et photos
commenter cet article
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 12:57

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Philosophie-Spiritualité
commenter cet article
10 août 2008 7 10 /08 /août /2008 01:25
Le blog d'Eva
http://r-sistons.over-blog.com/article-21851413.html



LETTRE  OUVERTE  A  TOUS  LES  CITOYENS
Combat existentiel pour la survie de notre monde tel qu'il est, et de nous tous.



Mes amis,

Je viens de recevoir ce courriel d'un nouveau lecteur, il m'a été envoyé par over-blog. Il a sa place ici, car il représente mon parcours, un parcours qui peut être le vôtre, et j'espère celui de tous. Car le monde change, de manière fulgurante, avec des risques toujours plus grands pour nous TOUS citoyens, et sans être des aficionados de conspiration, ce qui est mon cas, il est LEGITIME de s'interroger sur le fil d'Ariane qui relie les événements,et, déjà, les explique, au moins en partie, car tout se déroule dans l'ombre, pour notre plus grand malheur à TOUS,

 

Par exemple les guerres ne seront plus comme avant, conventionnelles, mais nucléaires, dévastatrices, terrifiantes, les politiques ne seront plus comme avant, puisqu'il s'agit de porter atteinte à TOUS nos intérêts, même vitaux, en retirant les UNES APRES LES AUTRES toutes nos protections, toutes nos solidarités les plus nécessaires, les libertés ne seront plus comme avant, car un totalitarisme planétaire se met en place, la dictature de quelques-uns au détriment de ce qu'il pouvait y avoir de démocratie, et notamment au travers des médias abjects, qui nous mentent en permanence, falsifiant, déformant, désinformant, manipulant, des médias au service des puissants pour nous distraire et nous asservir, nous asservir par un contrôle total et des lois restrictives, de régression générale, pour nous anéantir progressivement à travers des guerres permanentes, pour nous diviser (voir prochain article), oui, pour nous dresser les uns contre les autres, contre les Serbes, les Iraniens, les Russes, les Chinois.., pour ne citer que ces exemples,et que tout cela est intolérable et doit nous interroger au plus profond de nous-mêmes.

 
Nous ne voulons pas de l'eugénisme cher à Hitler, de la domination des peuples par une race supérieure, une élite supra-nationale et fortunée, en réalité une véritable mafia de psychopathes, d'apprentis sorciers.

Bien sûr, après avoir pris conscience comme Jean-Louis, et moi-même, des menaces qui pèsent sur nous tous, nous devons nous organiser pour résister, c'est un combat EXISTENTIEL, pour la survie de l'espèce humaine, pour nos enfants, pour nos petits-enfants, pour les générations futures, c'est notre devoir de citoyens, d'être humains qui pensent, et ce combat nous devons le mener TOUS ENSEMBLE contre ceux qui veulent porter atteinte à nos conditions de vie, pire encore, à nos vies elles-mêmes, tous ensemble quelles que soient nos convictions religieuses, culturelles, politiques.

Oui, comme Jean-Louis, parce que je suis une chercheuse de vérité, et éprise de justice, parce que je suis une humaniste, soeur de tous les humains, mais particulièrement attentive au sort des plus faibles, et seulement adversaire des puissants, des arrogants, des sans scrupules, des va-t-en guerre, des fanatiques, et je ne suis pas une extrémiste, puisque par exemple Chevènement représente mon idéal, homme de conviction et d'autorité juste, gaullien, intransigeant sur les principes républicains, attaché à la justice sociale, très ancré à gauche, et en même temps soucieux de préserver l'indépendance nationale, notre indépendance, notre liberté, sans dépendre d'intérêts étrangers comme aujourd'hui avec Sarkozy qui brade la France aux néo-cons, à l'Empire israélien, oui, comme Jean-Louis, un jour, c'était il y a quelques mois, après avoir pris conscience du SENS PROFOND des événements,j'ai décidé de prendre ma plume et de partager avec vous mes découvertes, pour que nous sachions tous, après nous être approchés pas à pas de la Vérité, comme Icare qui s'y est brûlé,mais voyez-vous je préfère être brûlée par la connaissance,que par les bombes que nous envoientles salauds, désolée il n'y a pas d'autre mot,les salauds qui en coulisses organisen une réorganisation complète du monde, et l'extermination de la plupart d'entre nous afin de profiter au mieux, égoïstement, de ses ressources sans être trop gênés par la pollution liée au nombre d'habitants, et


Je ne veux pas être un ¨PION" sur un échiquier, qu'on place et déplace à volonté,

 

Je ne veux pas être un pion


Que l'on utilise,
Que l'on asservit,

Que l'on broie, finalement,
Que l'on déchiquette sous les bombes,

 

Alors oui je ne suis ni une extrémiste, comme certainement Jean-Louis, ni une fanatique, puisqu'au contraire je suis citoyenne du monde, humaniste, universaliste, croyante en Dieu sans Eglise pour ne pas me replier sur une seule.


Je suis comme Jean-Louis une citoyenne qui veut comprendre, et c'est légitime, une citoyenne qui se sent solidaire de TOUS les êtres humains sauf les prédateurs, les psychopathes, les va-t-en guerre,

Mais une citoyenne dont le métier est d'informer, réellement, en toute indépendance, sans le moindre parti-pris,une citoyenne qui écrit comme elle respire, ainsi ce texte jaillit, je ne corrige jamais, tout est écrit en quelques minutes.

 

Merci Jean-Louis d'avoir dit aussi clairement ce que tu ressentais, et ce que nous devons TOUS ressentir désormais, en pensant à la grande chaîne humaine, fraternellement, librement, et pour un monde plus juste et plus beau donc d'abord plus vrai...






Aimons la Vérité, la Paix, la Justice,
aimons-nous les uns les autres,

et combattons sans réserve

la petite poignée de décideurs

qui veut porter atteinte à nos vies,

si précieuses puisque nous n'en avons qu'une,

et que nous aimons nos enfants.


Plus que jamais, soyons curieux,

sincères, courageux, engagés,

et particulièrement déterminés,

la prise de conscience

précède l'engagement,

notre combat est existentiel.


Il ne souffre aucun délai,

Tous unis, fraternellement,

contre ceux qui travaillent à notre perte,

en coulisses, où nous allons les dénicher

et les bouter dehors.


En avant ! C'est notre DEVOIR A TOUS

de nous engager

dès maintenant.

Aucune minute à perdre,

le compte à rebours a commencé..

TOUS unis, mes amis !


Je vous embrasse,

Votre Eva



Cliquer pour agrandir


NB : J'ai souligné tout ce par quoi je suis passée (cheminement, interrogations, analyses...) et j'espère que vous vivez les mêmes choses... (Eva)



Courriel de Jean-Louis, à lire absolument, par tous.


« Bonjour Eva,

J'ai lu votre blog avec grand intérêt car depuis quelques semaines, j'ai pris conscience comme sans doute de plus en plus de gens que "quelque chose" se prépare au niveau planétaire. Je ne suis ni un fanatique, ni un ésotérique, ni affilié à aucune thèse, doctrine ou cercle de pensée. Je suis un simple citoyen qui par je ne sais plus qu'elle chemin détourné, a été amené à tirer le "fil" de "l'histoire" en cours.



Il est incontestable que des mains "invisibles" et humaines sont en train de manipuler le monde.



La meilleure preuve concrète de cette manipulation se trouve en observant les cours boursiers et les événements économico-financiers que nous vivons ces dernières semaines. Nous assistons à des mouvements et à des retournements d'une telle amplitude et si peu rationnels que l'on en vient à se dire "mais que se passe t-il ?".



Il semble bien que des puissances financières "occultes" soient en train de tirer des ficelles invisibles (pour les non initiés), tandis qu'en toile de fond des événements politiques nous dirigent avec précision et selon un timing parfait, à  de prochains affrontements militaires.



Ne trouvez-vous pas que le conflit dans lequel semble plonger la Russie et la Géorgie arrive à point nommé pour semer la plus grande des confusions alors que les USA et les Israéliens rêvent d'en découdre avec l'Iran ? Comment l'ONU va t-il pouvoir arbitrer ces tentatives de velléités parallèles et incompatibles ?

Hasard des calendriers ? Génial non ?


Le nouvel ordre mondial est bel et bien en train de s'établir sous nos yeux (pour ceux qui voient). Les grands dirigeants occidentaux semblent en phase sur la question et la thématique "un rêve, un monde" des J.O. Est-ce encore une fois un hasard ? N'a t-on pas assisté hier à la répétition générale d'un prochain événement mondial qui sera plus terrifiant dans ses conséquences qu'aucun autre auparavant ?

Je crois qu'il est plus que temps de décréter l'état d'urgence du citoyen responsable.

Cela dit, les foules sont éduquées par la télévision spectacle et donc bercées d'illusions et de chimères. L'inculture et le manque d'esprit critique règnent en maître et les quelques uns qui "voient" seront traités de fous, de Cassandre, voire d'illuminés.


Je suivrai votre blog avec attention désormais et je le place dans mes favoris.
Félicitation pour votre grand courage car il en faut une haute dose pour faire ce que vous faites. Pour ma part, je ne l'aurai pas car j'en redoute bien trop les conséquences directes. Mon entourage me croit déjà gentiment "manipulé" depuis 3 semaines par des thèses conspirationnistes... Moi je sais que non et je vais vous dire que je relis la bible depuis quelques jours.



Bien à vous.


Jean-Louis »




 









Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Comment va le monde
commenter cet article
9 août 2008 6 09 /08 /août /2008 00:14
Si Vous n'avez pas de besoins particuliers, certains savent ce dont Vous avez besoin. Non, Vous ne pouvez rester sans cela, cette chose que l'on Vous montre comme l'apogée du bonheur. Et si Vous n'avez pas cela, c'est que Vous n'avez pas encore réaliser que cela va Vous manqué. D'ailleurs inutile de Vous poser pas la question de savoir comment Vous avez fait jusqu'à aujourd'hui. Il Vous le faut, et le plus vite possible! Et puis quand Vous l'aurez, Vous vous sentirez quelqu'un d'autre. Un être supérieur. Une certaine distinction. Le sentiment d'être enfin Vous-même. C'est que Vous n'êtes pas un mouton Vous! Les autres verront d'ailleurs qu'il émane quelque chose chez Vous de différent car il est évident que nous sommes ce que nous avons! "J'ai, donc je suis". D'ailleurs, Vous avez bien vu quelque part, dans un hublot ou ailleurs, que lorsqu'on avait cela, on était beaucoup plus épanoui. Mais attention! Il ne faut pas que tout le monde l'ai ce cela, sans quoi Vous perdriez de votre superbe, Vous vous sentiriez terne, on ne Vous verrait plus, vous seriez noyé dans la masse et vous deviendriez très triste, voire déprimé. 



... Mais pas d'inquiétudes, Vous serez bientôt consolé  car certains savent très bien quels sont vos besoins. Ceux-la seront vous démarquer des vulgaires. Car Vous, Vous avez une certaine culture ou un certain âge ou un certain revenu ou une certaine classe sociale. C'est que Vous n'êtes pas n'importe qui Vous!

Ainsi, si Vous avez, Vous serez!
On Vous regardera à nouveau et Vous serez heureux...

jusqu'au prochain obsédant besoin.






Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Le genre humain
commenter cet article
7 août 2008 4 07 /08 /août /2008 22:55
J'ai trouvé deux articles concernant mon signe astrologique sur deux blogs différents. Le premier chez Juliette, le second chez  Crayongomme. (A l'occasion, vous pourrez écouter chez ce dernier la mignonne chanson des poissons que j'adooooore!)

J'ai été très étonnée, moi qui ne suis pas une accroc de l'astrologie, d'y trouver quasiment la totalité de ma personne.



(Mes annotations personnelles en italique)

1)
Son intelligence est à la base d’intuition, on pourrait même dire de divination, mais elle comporte toujours une large part de rêverie et de naïveté (bien vrai) C’est dire qu’il ne dispose pas d’aptitudes particulières pour les études ardues, (un peu paresseuse dans certains domaines trop rationnels  -les chiffres me font peur- mais en juin 2007 je sortais d'une formation de 3 ans) mais avec la culture nécessaire,(voilà, juste ce qu'il faut. En cas de pépins, c'est bien d'avoir sa boite à outils) il peut faire son chemin dans la poésie, dans la littérature et tout particulièrement dans le domaine des sciences divinatoires et de l’occultisme (bof) ou encore dans l’étude de la religion ou de la sociologie (ça d'accord).

 Le comportement de ce type est très sympathique parce qu’il est doux, compréhensif, conciliant, toujours prêt à rendre service, même s’il risque de ne rencontrer que de l’ingratitude. Ce signe est en effet en analogie avec les grands mouvements philanthropiques, avec les propagandes en vue d’améliorer le sort de l’humanité. (Yessss).

Le type Poissons est parfois décevant parce qu’il manque d’esprit de décision (certains aiment bien décider, alors pourquoi ne pas leur laisser ce plaisir!) parce qu’il est craintif et timide et se laisse trop aisément attirer et séduire par des projets utopiques. (Vrai aussi pour les petits défauts! )

En outre il ne sait pas se défendre avec efficacité (juste ce qu'il faut) son amour de la tranquillité l’empêche souvent de se défendre comme il conviendrait (Il faut vraiment que ce soit grave).

On peut résumer la situation en disant que c’est une nature conciliante et trop modeste pour se faire apprécier à sa valeur (Ce qui n'est pas une qualité dans les entretiens d'embauche!).

Sentimentalement il est trop enclin à croire à la sincérité de son partenaire pour ne pas s’exposer à des déceptions qui l’affecteront profondément de sa grande sensibilité. Chaque désillusion, chaque injustice dont il peut être victime  risque de constituer pour lui une cicatrice morale (Ma foi oui, mais on doit être nombreux dans ce  cas).

 

 

2)
On ne vous trouve pas très bavard(e) et l’on a parfois du mal à savoir ce que vous pensez vraiment (J'écoute davantage que je ne parle).

En fait, vous avez un idéal hypersensible qui vous porte à la fusion cosmique, retour à l’universel, à l’évasion d’un monde mesquin.  (Dormir dehors, être seule au bout de la jetée par exemple)

Cette hypersensibilité a du mal à s’exprimer avec des mots, ou à trancher d’une façon claire.  (C'est vrai, z'en arrive à bébégayer... rires)

Vous êtes plutôt attiré(e) par l’infini, que ce soit l’infini physique de l’océan, du cosmos ou l’infini métaphysique d’une religion, d’une foi. (Déja  dit plus haut).

Charitable et généreu(se), vous êtes capable de sacrifices, d’oubli désintéressé de vous-même. (Ça ne me dérange pas de donner).

Vous possédez cette richesse qui permet à tous ceux qui vous entourent, s’ils savent traduire votre langage souvent ésotériquement silencieux, d’éclairer leurs ténèbres de vos lumières.  (Un peu prétentieux  mais pourquoi pas?)


 



 

Autres versions du "Contrat":

http://www.dailymotion.com/video/x4ymts_illuminati-le-vrai-visage-de-la-mat_news

http://www.dailymotion.com/video/x528s0_illuminati-le-vrai-visage-episode-2_news

http://www.dailymotion.com/video/x5lh8g_illuminati-le-vrai-visage-episode-3_webcam

 

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Souvenirs
commenter cet article

Présentation

Rechercher