Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 10:05


BERNARD-HENRI LEVY Le touriste engagé

 

(Loin de tout apprécier chez Soral voici tout de même une pièce de choix )

 

 

http://www.bakchich.info/IMG/jpg_BHL_par_Mor.jpgChaque fois qu'il sort un livre, il a droit à un publi-reportage dans Match, une interview dans Elle; à chaque élection, pour chaque conflit majeur, on l'invite à la télé pour tout nous expliquer. A force il me vient cette question jalouse : pourquoi lui, BHL ?


Quand un syndicaliste parle, on sait au nom de qui: les salariés réformistes, les cadres chrétiens... Quand un politique s'exprime, c'est au nom de son parti, mais BHL, il parle au nom de qui ? Des intellectuels ? Il y a quand même plus intellectuel. Des Français ? Mais BHL n'a-t-il pas fait du mépris de la France et du sionisme inconditionnel ses deux mamelles ?

BHL, le touriste engagé, toujours sur la route, sur la brèche... Pour que le malheur des autres le touche, faut d'abord que ce soit loin.

Ne comptez pas le voir à Toulouse ou du côté des licenciés de Moulinex, il a la commisération élitiste BHL, le beauf, il méprise: cet éternel facho collabo qui n'a même pas lu Heidegger. Injuste accusation venant de quelqu'un qui ne répugne pas à coucher avec les Allemands quand ce sont ceux de la Banque centrale, lui, le valet permanent de tous les pouvoirs économiques, doté d'un zèle infatigable lorsqu'il s'agit de passer les plats, sur l'Irak, la Yougoslavie, l'Afghanistan...


II est comme les femmes, BHL, pour lui la vérité, la morale, c'est celle du plus fort.()


Pourtant ce rentier aux bras maigres, doté du style emphatique et creux de celui qui jamais n'eut à gagner sa vie, se rêve depuis trente ans : Malraux, Sartre, Lowry, Gary, Hemingway (n'est-ce pas la signature des médiocres de vouloir toujours vivre la vie des autres ?) ; entre deux visites chez son coiffeur, pour maintenir le volume malgré l'alopécie, ce Samson de la plume écrit des articles et des livres. Son apport essentiel: l’idéologie français où il reprend la thèse d'Hanna Arendt, selon laquelle tous les peuples du monde (appelé "populace") seraient depuis toujours attirés par le fascisme, comme la petite bourgeoisie allemande des années 30. Belle occasion pour BHL de justifier cette "ontologisation" digne d'une étudiante en psycho deuxième année, son mépris (très peuple élu, très grand bourgeois) du peuple de France, au déni de toute réalité historique.


Du rentier menteur et méprisant BHL ou du peuple, grâce auquel aucun parti fasciste n'a jamais pu prendre le pouvoir en France, contrairement a l'Italie, l'Allemagne, l'Espagne (chaque fois grâce a l'appui de la moyenne et grande bourgeoisie) qui, d'après vous, est le plus facho des deux?

Oserais-je faire remarquer à BHL qu'étymologiquement, on ne peut pas être démocrate quand on a le mépris du peuple ?


Qu'importe, jonglant avec le faux concept de peuple totalitaire si utile aux grands seigneurs qui le chouchoutent, nul n'a écrit autant de mensonges énervés, d'âneries ampoulées que BHL sur les événements contemporains (pour la Bosnie, Ben Laden peut lui dire merci). C'est que lorsqu'il faut matraquer dans sens du maître, BHL ne fait pas dans la dentelle : ne nous a-t-il pas récemment assenés, chez le subversif Karl Zéro, que ne pas être inconditionnellement proaméricain, c'était s'inscrire dans une tradition fasciste ! Je connais quelques-uns de ses anciens copains tiers-mondistes que ça n'a pas du faire rigoler. C'est ça BHL: de gros moyens au service d'une grosse ambition pour un niveau très bas; comme philosophe, même Derrida n'en veut pas !

 

Pourtant à l'ancienneté, au réseau (l'essentiel de son travail est là), il a fini par s'imposer, en force; BHL l'escroc servile, le Philippe Sollers de la philosophie.


Tourisme, brushing et sponsors...


La seule grosse erreur qu'on lui connaît à ce jour, BHL, c'est d'avoir voulu faire un film (pour le reste, sa position lui permet de dire et d'écrire à peu près n'importe quoi). Pensez, là, sans la protection du réseau politico-médiatique et sans le jargonnage qui égare le simple, il nous a montré par le drame, l'image, l'émotion, l'intérieur de sa tête : tourisme révolutionnaire, littérature, alcool, boxe, femmes... un fatras de fantasmes d'ado hypokhâgneux 70 qui rêvait d'être un homme; une pitoyable farce exotico-érotique digne de Cœur Caraïbes sur M6, ne manquait plus dans le rôle titre que Vanessa Demouy...


En guise de Vanessa, ce fut Arielle Dombasle, la diva post-modern qui forme avec Bernard-Henri une si belle paire de têtes à tartes! (Mais n'a-t-on pas la femme qu'on mérite ?) Arielle Dombasle, quelle actrice! Qui a oublié sa prestation dans cet autre chef-d’œuvre: Les Fruits de la passion (Argos film 1981, à se procurer en cassette pour rire entre amis), où jouant à fond son rôle de sous-maîtresse d'un bordel de Macao années 30, elle se faisait prendre en levrette par un Klaus Kinsky en chaussettes! Comme c'était avant qu'elle ne soit entièrement refaite (Arielle doit disputer à Cher le titre "miss chirurgie esthétique" du plus grand nombre d'opérations faciales), à l'époque on filmait surtout son cul, pas trop sa tête... Sacré BHL, chez lui tout est contrefait, même sa femme !

 

http://i00.twenga.com/livres/abecedaires-de-la-betise-ambiante-jusqu-ou-va-t-on-descendre-socrate-a-saint-tropez-b_2776402vb.png

 

 

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Rire un temps soit peu
commenter cet article
12 mars 2009 4 12 /03 /mars /2009 09:57



 



Pour seulement  cinq cent mille euros, c'est que moi moi moi  qui cause.
Alors vous écoutez et seulement quand je serai parti vous aurez la parole.




...C'est que j'ai pas que ça à faire moi, j'ai la suite du tournage "Les feux de l'amour"



Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Le genre humain
commenter cet article
10 mars 2009 2 10 /03 /mars /2009 09:33

Hého les jeunes, vous m’entendez ? C’est à vous que je m’adresse. Vous avez une chance inouïe. Vous allez sans doute vivre une des époques trépidantes comme l’Histoire n’en procure pas une par génération. Des moments inoubliables de transition civilisationnelle vers une nouvelle époque, un nouveau monde. Tout peut tourner boudin comme tout peut sourire. Ça dépend aussi de vous. Et de votre capacité à briser ces damnés schémas mentaux, enracinés par notre éducation, qui nous paralysent. Explications…


Vous avez beau vous proclamer comme des révolutionnaires les plus jusqu’au-boutistes, brailler que les vieilles valeurs ont vécu leur temps, que vous vous n’en avez rien à battre, impossible de vous en défaire. Au dernier moment, les vieux carcans inconscients de votre éducation vous reviennent comme une montée d’ail, des réflexes incontrôlables à la Pavlov, des fils inextricables dans lesquels vous vous empêtrez. Regardez autour de vous, c’est tout le monde pareil. Exemples…


L’argent, d’abord, la valeur suprême de ce monde finissant. Ce que vous avez pu le maudire celui-là, le vouer aux gémonies. Pourtant, il nous colle à la peau. Que demandent nos braves partis de la “vraie gauche” en ces temps de prétendue pénurie ? Une réévaluation des bas-salaires pour relancer la consommation ! Sans argent, on ne peut rien obtenir, rien acheter, nous assène-t-on. Il faut “mieux répartir les richesses”, surenchérissez-vous, en confondant allègrement richesses et argent. Et les autres sournois, en face, d’en rajouter : il faut faire “des économies” (d’argent), l’argent manque, la dette…

En réalité, l’argent n’est pas rare du tout. Les patates, la viande, le pétrole, l’or peuvent être rares.


L’argent, lui, est une pure invention des humains. À l’origine, un simple moyen d’échange des biens et des services produits. On le traduisait alors en pièces, puis en billets. La rareté de l’argent était censée refléter la rareté des biens et des services que l’état des techniques permettait alors de se partager. Mais aujourd’hui ? Notre planète croule littéralement sous l’indigestion de “richesses” que nous avons fabriquées à la pelle. Et l’argent n’est plus qu’un jeu pour un clan d’oisifs repus. L’argent n’est rien d’autre que des jeux d’écritures sur du papier ou dans des ordinateurs.


L’argent n’est pas rare. Il n’est rendu rare que pour certains, généralement par ceux qui pensent se l’être approprié et qui se servent de cette fausse “rareté” pour dominer les premiers. Le jeu, toujours. Pourtant, paradoxalement, cet argent n’existe pas ! Si aujourd’hui, tous les riches du monde se précipitaient dans les paradis fiscaux pour en retirer leurs tas de fric, ils n’obtiendraient rien ! J’explique…


Quand vous mettez mille euros sur votre compte, la banque a le droit d’utiliser cette somme cinq fois. C’est-à-dire qu’elle va prêter cette somme une fois à quelqu’un qui, par ses dépenses ou ses placements, va le ré-injecter dans le circuit bancaire qui va le reprêter… Et ainsi de suite cinq fois ! Aujourd’hui, pour alimenter leur machine économique goinfresque, la valse des sous va jusqu’à neuf tours. Et jusqu’à une bonne trentaine dans les circuits les plus dingues (les subprimes, Madoff…)


L’illusion ne fonctionne que si la machine économique tourne à plein régime. Mais supposez que celle-ci cale, comme en ce moment, et que cinq gugusses viennent chacun réclamer vos mille euros de départ. Eh bien, les cinq zigs se foutent sur la gueule et la banque est en faillite ! Pareil pour les paradis fiscaux. Ça vous en bouche un coin, n’est-ce pas ?


La dictature mentale de l’argent, n’est pas le seul carcan dont nous devons nous défaire. Prenez le travail, cette foutue arnaque qu’est la valeur-travail. “Pas d’emplois, pas de sou”, nous serine-t-on, de droite comme de gauche, ou d’extrême-gauche. L’économie ne consisterait plus à produire des biens et des services utiles, mais à garantir des emplois ! Alors que les technologies nouvelles et la productivité permettraient évidemment de limiter les heures de travail et de soulager le monde d’une bonne partie du stress qui en résulte. Alors que, vous le savez bien, il y a des tas de choses qu’on peut maintenant s’échanger sans avoir d’argent : les logiciels libres, la musique, les films, les infos du web…

Évidemment, ceux d’en face ne manquent jamais de hurler à l’ “illégalité” ou à la “nocivité” de ces échanges économiques hors argent. Mais l’illégalité, la légalité, la “nocivité”, c’est souvent affaire de perspective. Quelle différence entre vous qui fauchez “illégalement” une paire de Nike qui croupissait dans un magasin et les marlous qui s’octroient “légalement” des millions et des millions en stock-options ou en parachutes dorées ? Qui est le plus nocif à la collectivité ?


Et la croissance. “Sans croissance, pas d’emplois, et sans emplois pas de pépettes.” Mais quelle croissance ? Pour produire quoi de plus ? Et pour quoi ? Nous avons déjà bousillé toutes nos ressources naturelles et nos conditions climatiques de vie.


Et la fameuse inéluctabilité du processus, “leur” processus. La mondialisation triomphante, la destruction de toute régulation sociale au nom de la modernité…


Non non, les petits jeunes, tout ça c’est des embrouilles ! Si vous n’arrivez pas à éradiquer ces billevesées de vos cerveaux, vous allez droit dans le mur. Regardez les banlieues. On a lobotomisé tous ces loupiots avec les valeurs/carcans qu’ils devaient respecter pour “réussir”. Ils se rendent bien compte que c’est des charres, qu’ils n’ont aucune chance de sortir de leur ghetto. Mais en même temps, au plus profond d’eux-mêmes, ils ne parviennent pas à se délivrer d’un insidieux sentiment de culpabilité. Voilà pourquoi ils détruisent leur propre univers, leurs cages d’escaliers, leurs écoles, leurs quartiers. Voilà pourquoi beaucoup méprisent leurs parents qui, souvent en toute innocence, du fond de leur chômage chronique, leur ont inculqué ces imbouffables salades.


Ne passons pas d’un extrême à l’autre. Bien sûr que nous n’allons pas supprimer l’argent, le travail, les efforts… Mais arrêtons de prendre pour argent comptant les sornettes avec lesquelles ces salauds nous tenaient en respect. Avant de leur voler dans les plumes et de les mettre hors d’état de nuire, commençons par nous débarrasser de nos propres carcans mentaux. Se réapproprier les “valeurs” perverties, les mettre sur le tapis en toute conscience revenue. Les réorganiser. Dédommager ceux qui se coltinent les boulots nécessaires, mais surtout permettre à tous de pouvoir vivre décemment, y compris les chanceux qui, par la force des choses, échappent aux corvées. Rendre à l’argent sa vraie fonction : un simple moyen d’échange.


Voilà la véritable mission, la “révolution”, que vous avez maintenant à mener, les jeunots. Nous, les plus chenus, nous allons prendre nos cannes et tenter de vous suivre. On va se marrer, vous allez voir…


Volé ICI  et sans complexe



Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Comment va le monde
commenter cet article
9 mars 2009 1 09 /03 /mars /2009 00:11

L’enfant intérieur est la partie de l’enfance en nous, c’est le départ de notre histoire. Ce démarrage qui doit être revu et analysé afin de mettre le véritable sens à notre vie. L'enfant intérieur est très souvent enfoui, oublié, mais indispensable à reconquérir afin de nous connaître et pouvoir nous réaliser, vivre pleinement notre mission.

L'enfant intérieur : Concept et développement

Mais revoir notre enfance n'est pas sans difficulté, sans souffrance et peut réouvrir les blessures de cette époque, toutes nos vieilles cicatrices qui nous bloquent dans notre vie, et nous réagissons par des comportements spontanés, bien souvent incontrôlables et qui nous surprennent et nous gênent, voire même en être honteux(se).
Les traumatismes de notre petite enfance, les toutes premières années de notre vie, nous ont marquées profondément et ont laissées des séquelles qui entravent notre liberté d'être.

L'enfant intérieur est un concept très ancien.
Le psychanalyste C.G , JUNG en a la paternité et l'a appelé « L'ENFANT DIVIN », qui est encore appelé : « VRAI SOI » ou ÊTRE VRAI », il est pris en compte dans notre développement personnel et cet enfant intérieur ou divin est la part enfantine que nous avons tous en nous, c'est notre archétype, ce côté émerveillé devant tout ce qui existe, la joie de vivre est essentielle pour une vie saine.

Que reflète t-il ?
L'enfant intérieur reflète notre relation avec le siège de nos émotions diverses et variées qui est situé dans le ventre "HARA" chakra du nombril.
Comment rire, nous amuser, aimer et pardonner, quand une partie de nous souffre, lorsque nous avons du mal à être joyeux ? A se construire ?
Retrouvons notre enfant intérieur et libérons le, prenons en grand soin.

(Prenons l'exemple d'un jeune enfant égaré dans un supermarché, bondé de monde, il court dans tous les sens, complètement affolé pour retrouver ses parents, en hurlant et pleurant. Immédiatement nous courons à son secours, nous l'écoutons, le rassurons et l'aidons à retrouver les siens. Il s'apaise très vite car il se sent rassuré et digne d'attention).

Cet évènement, nous montre bien que retrouver son enfant intérieur, s'occuper de lui, le choyer, l'écouter, tout ceci est primordial pour l'aider à panser ses souffrances d'antan, ses vieilles rancunes pour sa libération et retrouver ainsi sa joie de vivre, sa créativité, sa spontanéité.
Nous savons combien la mémoire de nos souffrances est forte, ancrée en nous, beaucoup plus que les joies et les bons moments que nous avons vécus.

C'est quoi l'EGO ?
Le petit enfant blessé, qui a appris à devenir adulte et que l'on nomme « EGO » est envahi de peurs, de croyances erronées et qui recherche inlassablement la protection extérieure, alors que nous avons tout en chacun de nous.
Cet égo, nous a aidé à survivre, mais fait également obstacle à l'authenticité de nos échanges et de notre spiritualité.


A quoi sert de travailler sur notre enfant intérieur ?
Le fait de travailler sur notre enfant intérieur a donc pour objectif d'être capable au quotidien d'écarter ces peurs, ces fausses volontés qui empoisonnent notre vie quotidiennement et empêchent notre épanouissement.
Plus nous ouvrons notre capacité d'aimer, plus nous déterrons cet amour enfoui au fond de nous-mêmes, plus la souffrance diminue.

Alors, comment s'y prendre ?
En ayant la volonté de reconnaître et d'accepter notre souffrance, mais pas en la refusant, en l'ignorant, enfouie bien au fond de notre être. Vouloir connaître les causes de notre souffrance pour la vaincre définitivement est essentielle, car tôt ou tard elle finira toujours par nous rattraper.
• C'est donc avoir un dialogue intérieur « adulte enfant » que nous pouvons déprogrammer toutes nos vieilles croyances qui sont à l'origine de nos difficultés et malaises. En voulant la connaître afin de la surmonter, de laisser tomber nos défenses pour nous protéger.

• En exprimant nos émotions, nos sentiments, nos colères et douleurs.
• En nous ouvrant à notre guide intérieur, et en faisant confiance en notre intuition.
• Et tout ceci s'applique dans notre vie jour après jour.

A quoi mène le développement de notre enfant intérieur ?
Il mène à l'adulte aimant, en nous libérant de toute ce qui nous encombre afin de vivre ce que nous devons construire sur cette terre, ce qui nous est demandé de réaliser, avec tout notre potentiel et surtout authentiquement, et ne plus nous sentir emprisonné avec la possibilité de vivre léger et enthousiaste. Expérimentons toutes nos valeurs de fond, notre joie, notre créativité. Développons notre sécurité et la paix intérieure pour une vie passionnante et constructive.

Conclusion :
Gardons cette essence qui nous a été donné et qui nous est personnelle, que nous avons connue et qui ne peut en aucun cas nous être enlevée : l'enfant intérieur qui est en chacun de nous.


Dana Coubel Pavy - Psychotérapeute


Repost 0
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 16:50



En rentrant en voiture, je m'étais endormie.
Une chanson de Salvadore Adamo passait à la radio...





Eve de mon rêve
Réveille-toi, le jour se lève
Fuis dans ton domaine
Là où les dieux t'ont faite reine




Mes amis ne font que rire
Disent que tu n'es qu'un délire
Que tu n'existes pas
Mais s'ils te voyaient si belle
Ils t'arracheraient les ailes
Les hommes sont comme ça




Eve de mon âme
Mon tendre aveu, ma douce flamme
Fuis dans tes nuages
Ne te laisse pas mettre en cage




J'ai peur quand je t'imagine
Figée dans un magazine
Offerte à tous les yeux
Mais captive, ô ma sirène
Même en or, ce sont des chaînes
Est-ce cela ce que tu veux ?




Eve, mon rêve
Dis-le, de toi à moi
Quand la nuit s'achève
Te souviens-tu de moi ?




Eve, ma prière
Exaucée de jolie manière
Eve, ma folie
Mon obsession, ma litanie
J'aime ton paradis étrange
Où les démons et les anges
Se tiennent par la main



Dans un jeu perdu d'avance
On pleure, on rit, on danse
Jusqu'au petit matin



Eve, mon rêve
Dis-le, de toi à moi
Quand la nuit s'achève
Te souviens-tu de moi ?




Eve de mon rêve
Réveille-toi, le jour se lève



Oh Non!

http://accel21.mettre-put-idata.over-blog.com/0/37/33/94/reveil.jpg

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Souvenirs
commenter cet article
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 09:49


Pour en savoir plus, c'est ICI

...et ICI, tous nos copains!!!
Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Comment va le monde
commenter cet article
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 11:22
Actuellement je suis partagée entre deux extrêmes: continuer cette série quotidienne ou fermer ce blog.
J'ai peu de retour sur les articles publiés et pourtant la fréquentation depuis cette nouvelle série a doublé.

J'aimerais
avoir des avis, savoir ce qui intéresse vraiment sur ce blog. Les propos ou les images?

Est ce que cela, ici, sert à quelque chose?

................




Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Souvenirs
commenter cet article
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 23:05

Ce matin:

- Toc toc toc!
- ?
- Il faut déplacer votre voiture
- ?
- On tourne le film "La passion selon Didier. Une histoire d'amour impossible entre un curé (Daniel Russo) et une infirmière (Clémentine Célarié).
(Wouah!
...Voilà pourquoi la salle de yoga a été réquisitionnée.)
- ?
- Le film passera sur France 3 en juin...


Le convoi


Tournage pluvieux, tournage...


Ça coûte du monde un film....et du temps.....


et du matériel... et de la patience


...Essuyer régulièrement les carreaux pour supprimer la buée


...Séance maquillage


Un filtre opaque sur le pare-brise pour la luminosité,


Les séquences sont réalisées deux fois


Daniel Russo


Après une scène de colère, Clémentine sort .....avec le sourire


...Pour une scène de deux minutes, mes pieds mouillés et moi avons attendu une heure mais nous ne regrettons pas.

A chaque fois que j'ai assisté à un tournage, l'équipe a toujours été très sympa.   



Autres films tournés ici:







(Vous pouvez grossir les photos en appuyant sur Ctrl tout en tournant la molette de la souris)


Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Temps de vie et photos
commenter cet article
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 08:02

Voici un message qui m'a été envoyé par mail.

"Merci de faire circuler ce petit récit. (Tant que cette liberté nous appartient encore.) Bonjour, pour ceux qui ne sont pas encore au courant, notre cher président est venu nous rendre visite à Saint-Lô. Je faisais parti des enseignants qui ont profité de sa venue pour lui signifier notre désaccord quant à la suppression des RASED. Les intentions des manifestants étaient pour le moins pacifiques mais celles de M. Sarkosy un peu moins. Ce qui s'est passé ce lundi est tout simplement scandaleux . Je vous transmet une lettre écrite par une collègue également présente lundi et qui résume bien la situation. Libre à vous de la lire ou non. Je confirme que tout ce qui est dit dans ce courrier est vrai, j'y ai moi-même assisté, et je peux vous dire que la lacrymo, ça pique!!! Petit détail manquant dans la lettre: les médias accusent les manifestants d'avoir cassé une vitrine, ce sont en fait les CRS qui l' ont cassée en voulant frapper un jeune lycéen. Voilà, bonne lecture."

Julien



"Bonjour à tous.

Je tenais à vous signaler plusieurs faits alarmants dont vous devez déjà être au courant. J'ai bien reçu la lettre de l'enseignante de l'école Calmette et Guérin.....Et beaucoup d'autres personnes aussi, car elle a déjà eu des soucis suite à ses écrits !!! Il serait bon de s'assurer que ces suites ne la desservent pas !!!! si cela n'est pas déjà fait ! D'autre part, les enfants de la classe "choisie" pour recevoir la visite de M. Sarkozy a reçu depuis une semaine les visites du préfet, de la police, etc. On leur a demandé d'apprendre à se lever convenablement en posant la main droite sur leur bureau... Et en disant « Bonjour M. le Président » !!!! Un membre de ma famille fait partie de cette classe... De plus, comme vous le stipulait la lettre de l'enseignante, des travaux demandés depuis des mois, ont été réalisés très rapidement en une semaine... Mais uniquement sur le « chemin » très balisé de M. le Président !!!!! Ma soeur, dont l'enfant était scolarisé dans cette école, n'a pas pu se mettre derrière la barrière de l'école pour l'arrivée du président. Elle a été bloquée en bas de l'immeuble attenant à l'école et n'a pas pu faire trois pas vers l'école. Elle a aussi voulu faire descendre une banderole, avec les habitants du quartier et parents d'élèves  le long de l'immeuble ; et les CRS ont demandé à une voisine quelques étages plus bas de la couper ! De plus, la commissaire de police est venue saisir violemment ma soeur par le bras, pour l'empêcher de siffler ! Ce dernier avait ordonné de ne pas voir de manifestants sur son chemin ! Arrivés à 8 h 30... nous nous sommes dirigés vers le boulevard de la Marne où nous attendaient CRS, gendarmes mobiles bottés et casqués et camion anti émeutes ! Impossibilité de passer alors que des accords avaient été conclus avec la préfecture sur le déroulement de la journée, et tout a été systématiquement bafoué !!!!!!!!! 500 CRS !!!! A défaut de nous voir, il nous a entendus !!!!!! Je tenais à signaler l'aspect très violent des forces de l'ordre, qui affichent partout au sein de leurs locaux qu'ils sont présents afin d'assurer notre sécurité avant tout ! En effet, place de la Licorne, une personne âgée a été bousculée par les CRS sous les yeux de lycéens qui se sont empressés de la secourir !!! Les CRS sont passés en bousculant tout le monde, y compris femmes et enfants, alors qu'il n'y avait aucune raison de s'inquiéter et aucune manifestation de violence, sauf la leur ! Un enseignant qui parlait avec les lycéens afin de les calmer face à l'agressivité des CRS s'est fait matraquer en se retournant.. . Tout mouvement d'une personne étant considéré comme dangereux ?????????!!! !!!!! Je suis sidérée, choquée ! Jamais auparavant, je n'ai assisté à une telle vague d'extrémisme ! C'est très important que nos jeunes, qui sont restés calmes et respectueux, aient été présents ! Témoins ! Vous rendez vous compte que deux d'entre eux se sont faits mettre à terre, puis embarquer au commissariat de police alors qu'ils n'avaient rien fait !!!! Tout cela est très inquiétant et nous constatons, encore une fois, que M. le président fait ce qu'il veut ! La mobilisation doit être très importante, et au sein de tous les corps de métiers ! Nous nous devons de protéger nos enfants de cette montée en puissance de la dictature sarkozienne !!!! Et lorsque le peuple est dans la rue, M. le Président peut mettre 500 CRS pour l'empêcher de manifester, il est là et manifeste !!!! C'est un de nos droits qui a été bafoué hier ! Comme beaucoup d'autres actuellement ! Y compris le droit à l'éducation pour nos enfants ! Je signale, pour en terminer avec ce courrier, que des groupes ont été constitués sur le net, afin de repérer les personnes « dérangeantes »pour le gouvernement, et surveiller leurs conversations et mails. Les derniers mots du président lors de son discours à Saint-Lô : « N'ayez pas peur du changement, n'ayez pas peur de la crise, n'ayez pas peur de l'avenir » !!!!! Commentaires de M. Digard dans le Ouest-France du13 janvier : « C'était un honneur pour la ville d'accueillir le premier personnage de l'état. Mais c'est de la très haute tension... Quant aux manifestations, je reconnais que l'on puisse ne pas être d'accord et l'exprimer, mais dans le respect de la fonction incarnée par le président de la république ». Nous sommes restés respectueux, mais notre droit à la manifestation n'a pas été respecté ! Nous voulons une égalité dans l'enseignement et les moyens nécessaires afin d'atteindre les objectifs espérés. Combien a coûté ce déplacement de M. Sarkozy ? Quant au déploiement des forces de l'ordre... Cet argent dépensé pourrait aider tant d'écoles, de collèges et lycées !!! Voilà ce que je tenais à écrire après être allée manifester hier ! Nous sommes beaucoup à être en état de choc... Je diffuse ce mail à tout mon carnet d'adresses, ainsi que les vôtres car tous ces faits sont des atteintes à la liberté et aux droits de l'homme ! "

Isabelle Legravey


Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Comment va le monde
commenter cet article
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 14:10

Je vous propose quatre séries de "81 façons"

Quel est le sujet qui vous intéresse le plus?



1- Tirer partie de ses émotions






2- Communiquer avec ses enfants





3- Eviter les conflits





4- Réveiller son enfant intérieur





J'espère avoir plus de trois votants  . Je voterai, ça fera quatre. Si on vote tous un thème différent, c'est pas gagné!

...Je ne vais plus beaucoup commenter sur les blogs par manque de temps, donc moins de commentaires chez moi...logique!

Mais bon juste pour une fois, faites un effort, vous la cinquantaine de lecteurs qui passez chaque jour!
Juste pour mettre un chiffre, c'est pas grand chose quand même!


...En attendant, je vais me reposer un peu...





















Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Réflexion
commenter cet article

Présentation

Rechercher