Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 07:48


http://www.vigile.net/IMG/jpg_26-trash.jpgJe suis régulièrement réveillée par la radio, et souvent, ce que j'entends me hérisse le poil. Ce matin, pour changer, on parle de la sécurité dans les établissements scolaires. Un élève est interviewé après le passage des policiers venus informer dans la classe sur les nouvelles dispositions. Il dit: " Maintenant, je vois les policiers d'une autre façon, je croyais qu'ils n'étaient là que pour faire le mal".

Question: Est-ce que tous les élèves ont cette opinion?

Un professeur répond également à l'interview: " Nous ne voulons pas d'un policier en permanence dans l'établissement, il faut qu'il ait un bureau à l'extérieur".  Un autre dit que le principe est un moyen de prévention efficace.

Question: Est-ce que ces réponses font l'unanimité? Sous-entendu que si on ne veut pas de policier en permanence, néanmoins on ne s'y oppose pas.

Réponse: Les interviewés sont triés, les cerveaux sont lavés! Les propos sont rassurants! En somme, tout est logique et tout va bien dans le meilleur des mondes!

Personne, ce matin, n'a parlé des effectifs constamment en baisse.  A aucun moment, les professeurs ne disent: "Il faut mettre les moyens sur l'éducation avant de la mettre sur la "prévention".

Il faudrait s'interroger sur le pourquoi de cette violence à l'école. Mais s'interroger devrait remettre en cause toute la société, des programmes TV jusqu'aux parents qui s'impliquent de moins en moins. Il vaut mieux utiliser l'argent public pour faire peur, pour courber de plus en plus l'échine que de construire un avenir d' hommes éduqués et libres.

Mais hommes libres veut dire danger. Il est préférable de construire des prisons que des établissements scolaires.

Ce soir, on remet ça dans "Le téléphone sonne" sur France Inter. Les bons auditeurs poseront-t-ils les bonnes questions?

Tiens, il y a encore quelque temps on disait "Sarkosy" ou "Sarko" quand on parlait du p'tit. Maintenant on dit "Monsieur le Président Nicolas Sarkosy". Respect s'il vous plaît! Les ordres ont été lancés! Et on obéi sinon gare...


Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Le genre humain
commenter cet article
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 13:52

http://www.irit.fr:8080/voisinsdelemonde/images/vdlm.gifComme vous pouvez le constater ce blog est un fourre-tout. Le point commun entre tous les articles est en priorité un hommage à l'Humain, que ce soit au niveau individuel ou collectif, l'un devant rejoindre l'autre.

Je me suis fait critiquer ici ou par mail que je faisais du copié/collé, que parfois même les articles relayés faisaient froid dans le dos.
Je ne suis spécialiste en rien, je n'ai rien à prouver sur un quelconque talent, je m'interroge comme beaucoup et j'apprends de ci, de là. Et si je le juge utile pour le bien de tous, je le transmets. Chacun ensuite a la liberté de se faire son opinion en s'informant sur diverses sources.
Sur la colonne à droite, j'ai mis les blogs d'Eva dont j'apprécie les articles. Même si je n'ai pas le temps de tout lire, j'apprécie son côté universel. Partir de la base pour rejoindre l'ensemble.
Dans cette même optique, je vous fais part de cet article pris ICI




"Parfois les commentaire sur des articles sont plus intéressants que les articles eux mêmes. Cela permet un regard très lucide sur ce qui se passe dans l’esprit d’une personne ordinaire -en tout cas, des gens qui prennent le temps de s’exprimer réellement par mels. Le résultat, c’est que l’on trouve une multitude d’opinions, du soutien à la réaction logique ou de la haine au délire pur et simple.

Bien entendu, le conflit palestino-israélien génère tout ça. La plupart des commentaires sont compréhensibles, calmes et raisonnables même s’ils sont quelque peu inexacts. En tant qu’auteur, on apprécie ces commentaires spontanés qu’offrent des gens pour qui c’est une petite contribution à la question abordée.

Mais depuis peu, ce qui ressort de ce genre de commentaires est très préoccupant, pas seulement parce que l’argument ne tient pas la route ou parce qu’il est empli d’inexactitudes, mais au vu du deux poids deux mesures auquel adhèrent ces gens qui émettent ces opinions, un deux poids deux mesures dont ils ne sont pas conscients ou qu’ils refusent tout bonnement de reconnaître.

La question tourne autour de l’histoire de ce pays. Aucun rendu historique ne peut être vraiment exact car ce sont des humains qui l’écrivent. Quelqu’un a dit un jour que « l’histoire est écrite par les vainqueurs », disant ainsi que les malheureux qui avaient eu la malchance d’en sortir du mauvais bord n’auraient jamais l’occasion de raconter véritablement leur histoire. Pour ce qui est des Israéliens et des Palestiniens, c’est terriblement vrai.

Pour les Palestiniens, l’histoire est limpide. Même si leur version est sans aucun doute de parti pris, comme toute autre version de l’histoire racontée par les peuples, il existe des faits incontournables que l’on ne peut réfuter. Sauf ceux qui défendent griffe et ongle l’entreprise sioniste. Ainsi, dans un article qui faisait allusion à l’expulsion de centaines de milliers de Palestiniens lors de la guerre de 1948, un commentaire rétorquait par l’argument qu’il n’y avait pas de Palestiniens de toute façon, que les « Palestiniens » étaient les juifs d’avant 48, selon cette personne anonyme. « Israël/ Palestine était un désert avant que les juifs ne commencent à revenir à la terre de leurs ancêtres ».

Ce n’est pas ce que disent les Nations unies. Selon les statistiques de l’UNRWA, au moins 750,000 Palestiniens ont été transformés en réfugiés par la guerre de1948, des millions d’entre eux vivotant toujours dans de misérables camps de réfugiés dans les pays qui les ont accueillis. Les Palestiniens aujourd’hui possèdent encore la clé de leurs maisons d’alors, même quand ces maisons ne sont plus , tout comme les quelque 400 villages qui furent détruits par Israël au cours de ces mois là.

Ces arguments, aussi détestables qu’ils soient, ne sont pas nés de rien. L’histoire d’Israël est basée sur les prémisses que la Palestine était « une terre sans peuple « et que les Israéliens (ou les juifs)avaient fait « fleurir le désert ».

Ce qui ne veut pas dire que tous les Israéliens -et certainement pas tous les juifs- souscrivent à cette opinion. Beaucoup d’Israéliens de conscience comprennent qu’une grande injustice a été faite à la population autochtone de Palestine même si cela a permis qu’ils réalisent leur rêve d’un foyer juif.

La question qui se pose est, devant les faits irréfutables que sont le nombre de réfugiés, les vieilles maisons arabes qui étaient de toute évidence habitées par des Palestiniens avant qu’ils aient dû fuir ou encore les Palestiniens - 1.2 million- qui continuent à vivre en Israël, comment pourrait on dire que cela ne s’est pas produit ?

Et c’est là qu’abondent les deux poids deux mesures. En quoi une personne qui nie l’expulsion et le massacre des Palestiniens en 1948 est-elle différente de quelqu’un qui nie l’ Holocauste ? Les deux événements sont abominables mais aucun d’entre eux n’aurait été possible s’il n’y avait pas eu derrière eux des forces puissantes. Dans le cas des Palestiniens, c’est la force du sionisme et le mensonge qui entoure la création d’Israël. Personne ne nie que les juifs (et les Polonais, et les Tziganes, parmi d’autres) furent les victimes de l’un des crimes les plus barbares de l’histoire. Nier l’ Holocauste est illogique, car nous avons les preuves irréfutables de son existence. Il serait possible de discuter de nombres et de circonstances, mais il est illogique et à vrai dire insultant de nier qu’il ait eu lieu.

On peut dire la même chose des Palestiniens. Quelle insulte, que quelqu’un affirme que nous n’avons jamais existé, ou que nous n’avons jamais été dépossédés de nos maisons, que notre terre n’a jamais été volée et que notre peuple n’a jamais été forcé à vivre une vie de réfugiés.

C’est une chose de défendre ses convictions, telle que le sionisme même si cela implique la défende d’horreurs inimaginables. C’en est une autre de dire que ces horreurs n’ont pas existé.

Et l’on en vient aux deux poids deux mesures de la communauté internationale.

Des délégations entières ont quitté la conférence contre le racisme qui s’est tenue le mois dernier à Genève quand le président iranien a osé traiter Israël d’État raciste. Des prêtres sont excommuniés de l’église catholique parce qu’ils nient l’Holocauste. Même Facebook, le réseau social sur Internet, a été l’objet d’attaques récemment pour ne pas avoir interdit l’accès à des groupes qui nieraient l’ Holocauste.

Comment se fait-il alors que les sionistes et leurs partisans sont autorisés à nier l’ existence des Palestiniens, l’histoire de leur expulsion ? "Il n’y a pas de Palestiniens," dit un jour l’ancien Premier ministre israélien Golda Meir. Et ses paroles n’ont pas été condamnées, elles qui ont ouvert la voie à ceux qui voudraient nier notre existence, ou tout au moins à la fouler au pied en nous traitant de « serpents » et de « cafards ».

C’est pour toutes ces raisons que nous devons continuer à nous battre pour garder vivante notre histoire, contre toutes ces distorsions. Les juifs et les Israéliens n’acceptent pas qu’on nie leur histoire. En réalité ils rappellent constamment au monde entier les horreurs que d’autres leur ont fait subir. Nous ne demandons rien de plus, de la part d’Israël et de ceux qui le soutiennent."

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Comment va le monde
commenter cet article
2 juin 2009 2 02 /06 /juin /2009 09:10

Prendre du recul dans le temps, c'est prendre en compte le fait qu'à chaque époque, ce que la majorité croit être vrai, bon, ou indispensable peut être en réalité une erreur.

 


Au Moyen-Age, la majorité des gens croyaient que la Terre était plate ou que le Soleil tournait autour de la Terre, censée être au centre de l'Univers.



Au début du 20è siècle, la majorité des hommes croyaient indispensable de porter un chapeau, et la majorité des femmes croyaient indispensable de porter un corset.


Au début du 21è siècle, la majorité des humains croient que le but de la vie consiste à atteindre toujours plus de jouissance en consommant le "best of" des biens et services de la planète.


La société d'une époque doit être replacée dans son contexte global, celui de l'évolution humaine, et plus largement encore, celui de l'évolution de la vie sur Terre.

Au niveau personnel, l'instant présent doit être replacé dans la perspective du temps global de notre vie, et du fait que nous sommes mortels.


Il est aussi utile de prendre du recul dans l'espace. Cela consiste à élargir son champ de vision à partir du point d'observation où l'on se trouve. La société ou le pays auquel on appartient, la planète avec l'ensemble de ses peuples et de ses cultures, le système solaire, la galaxie, et finalement l'univers, et ses milliards d'autres mondes.

 

© Syti.net, 2004

 

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Comment va le monde
commenter cet article
30 mai 2009 6 30 /05 /mai /2009 00:00

Il en va des poètes comme des amours brèves
Une aube les reprend une ombre les délivre
La lune de lait frais les couvre et les prolonge
L'éther pur d'un matin les délace à jamais.

Il en va des poètes comme des filles vierges
Un mot leur est poignard un regard les apaise
L'aile d'un chant lointain leur fait le sang léger
La sève d'un baiser change leur bouche en arbre

Il en va des poètes comme des prolétaires
La matière à leurs doigts se plie et se construit
La science des combats asphalte leurs chemins
Où la fraternité jette son arc en ciel

Il en va des poètes comme de nos espoirs
Toujours leur chant commence et rien ne les attache
Le passé les cimente et le présent les porte
Des fondations du monde aux cheminées du temps.


Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Poésie
commenter cet article
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 16:17

nico-sengage

Ceux qui persuadent, racontent, fabulent aux autres en disant que le “nouvel ordre mondial” n’est pas clair n’ont pas suffisamment fait leurs devoirs. Le plan est là ! Pas forcément sur ce site, mais si vous vous renseignez juste un petit peu, vous verrez que ce plan est à propos de créer un gouvernement mondial COMMUNISTE (pas capitaliste et pas démocratique), un gouvernement mondial fédéral planétaire fasciste, un monde que George Orwell n’a que trop bien imaginé, un monde ou vous serez contrôlé, vous travaillerez chez vous, vous serez surveillez constamment, vous porterez un badge ou une puce électronique comme cela ils connaitront tous vos faits et gestes. Vous aurez juste de quoi pour vivre, vous devrez baisser votre froc pour avoir de l’argent, qui ne sera même pas de l’argent, ça sera du Crédit, des chiffres sur un ordinateur qui peuvent être créés à volonté. Dites adieu à votre vie privée, dites bonjour à une vie communautaire communiste, une vie ou vous serez nourrit par la propagande, par la peur, et par les mensonges du gouvernant mondial, un monde ou l’information sera principalement axée sur le dépeuplement de la Terre, la centralisation des êtres humains, et le CONTROLE. Science fiction? La technologie existe, tout cela est possible et sera réalisé.

 


Car comme l’a dit si bien Sarkozy qui vient tout juste d’avoir 54 ans aujourd’hui, PERSONNE, je dis bien, PERSONNE ne pourra s’OPPOSER au Nouvel Ordre Mondial. Ce site a existé avant l’élection de Nicolas Sarkozy, vous ne me la ferez pas, je vois ce qui vient petit à petit, pour nous en occident, c’est pas une guerre avec des tanques dans la rue, c’est une guerre d’information, une guerre contre votre pouvoir analytique spirituelle, une guerre contre votre Esprit. Car vos analyses sont aussi bonnes que les informations que vous recevez, et si vous recevez de mauvaises informations alors vos analyses sont logiquement obligatoirement et naturellement corrompues.

 


Je sais qu’on ne peut pas vous forcer à vous réveiller mais REVEILLEZ VOUS bordel de merde, votre vie est en danger, votre vie mentale est en danger, votre vie émotionelle est déréglée, votre conscience est corrompue et votre âme est triste, REVEILLEZ VOUS, AYEZ UNE VIE, FAITES QUELQUE CHOSE POUR ARRANGER LA SITUATION, éduquez vous, informez vous, et aider les autres à mieux comprendre ce qui se passe comme ça un JOUR, un jour va venir, ou nous pourrons agir en tant que nation éduquée, ce jour vous serez suffisamment équipé pour vous battre mentalement contre le pouvoir fasciste en place. CE n’est pas une GUERRE avec des ARMES, c’est une guerre Spirituelle, une guerre Mentale, une guerre Emotionelle, en gros, une guerre contre VOTRE CERVEAU, votre INTELLIGENCE, votre INTELLECT.

 

SOURCE

 

 



A visiter: Le blog de l'Anarchiste pantouflard

 

l'exibi-terroriste :

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Comment va le monde
commenter cet article
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 09:59

http://accel21.mettre-put-idata.over-blog.com/1/70/36/39/images-3/119963White_Goddes_by_widjita.jpgChez Harmonia
L'autre :
Celui d'en face, ou d'à coté,
Qui parle une autre langue
 Qui a une autre couleur,
 Et même une autre odeur
 Si on cherche bien...


L'autre :
 Celui qui ne porte pas l'uniforme
Des bien-élevés,
Ni les idées
 Des bien pensants,
 Qui n'a pas peur d'avouer
Qu'il  a peur...

 L'autre :
Celui à qui tu ne donnerais pas trois sous
 Des-fois-qu'il-irait-les boire,
Celui qui ne lit pas les mêmes bibles,
 Qui n'apprend pas les mêmes refrains...

L'autre :
N'est pas nécessairement hypocrite,
Vaniteux, égoïste, ambitieux, jaloux, lâche,
Cynique, grossier, sale, cruel...
Puisque pour lui, L'AUTRE
 C'est toi

Robert Gélis




Assise au milieu d'une intemporalité

laissant vaquer ses pensées à travers son esprit

comtemplant l'infinie du monde

de se toute petite place

cherchant à découvrir le fond de toutes choses.

Assise hors du temps,

c'est ce qu'elle est qui la tourmente.

Comprendre son être lui est indispensable,

comprendre pour montrer aux autres le chemin.

Assise en dehors de toute constance,

c'est loin de tout,

qu'enfin elle connaîtra enfin son âme.


 

 

 

 

"Au fond, c'est ça la solitude :

s'envelopper dans le cocon de son âme,

se faire chrysalide

et attendre la métamorphose,

car elle arrive toujours."


August Strindberg, Seul



Merci à vous!

 


 

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Poésie
commenter cet article
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 16:41

micropuceDéfinition de la Biométrie

Analyse mathématique des caractéristiques biologiques d'une personne, destinée à déterminer son identité de manière irréfutable. La biométrie repose sur le principe de la reconnaissance de caractéristiques physiques. Les empreintes digitales, et la gamme d'indices généralement visés par la biométrie, notamment l'iris, la rétine, la main et les empreintes vocales, offrent une preuve irréfutable de l'identité d'une personne puisqu'elles constituent des caractéristiques biologiques uniques qui distinguent une personne d'une autre et ne peuvent être associées qu'à une seule personne. Adaptée à Internet, la biométrie permet notamment de filtrer les accès aux sites commerciaux et aux intranets. La biométrie peut être l'alliée de la vie privée en permettant de sauvegarder notre identité et l'intégrité des données.


http://www.22etoiles.com/terre/puce.htm

QU'EST-CE QUE LA MICRO-PUCE ?

La micro-puce électronique est un microprocesseur de 12 mm X 2,1 mm que l'on implante sous la peau du bras, grâce à une seringue hypodermique.
Capable de stocker des données lisibles par un scanner, chaque micro-puce possède un numéro d'identification unique.
Cette puce électronique est fabriquée par la firme Digital Angel, et commercialisée par sa filiale Verichip pour environ 200 §.


ORIGINE DE LA MICRO PUCE :

Carl W. Sanders, ingénieur en électronique et chercheur, a mis au point cette technologie, destinée à l'origine à aider des personnes atteintes de problèmes moteurs.
Il a participé pendant de nombreuses années à différents projets dans le domaine médical, sans imaginer que plus tard ses recherches seraient utilisées dans le but de manipuler l'humanité.
Depuis qu'il a compris le danger que pouvait représenter son invention, Sanders a décidé de prévenir les humains de la menace d'esclavage qui pèse sur eux s'ils acceptent de se faire implanter cette puce.


VISIONNER LA VIDEO DE FRANCE 2 

 

SON FONCTIONNEMENT :

Minuscule tube de verre de la longueur d'un gros grain de riz (11 mm X 2 mm), la puce électronique est un microprocesseur qui s'injecte sous la peau grâce à une seringue hypodermique.

Equipée d'un minuscule émetteur-récepteur qui envoie des signaux numériques, elle fonctionne comme les téléphones portables.
Grâce aux antennes relais et au système GPS (Global Positionning Satellite) il devient possible de localiser très précisemment une personne équipée de cette puce.

La micro-puce contient une pile au lithium qui se recharge automatiquement grâce à son circuit thermo-électrique : technologie basée sur le changement de température du corps humain. Les deux endroits du corps les plus sensibles aux changements de température sont le revers de la main et le front.

Les appareils d'identification envoient un signal auquel la puce transcutanée répond en écho.

Le changement de fréquence de la puce peut modifier le comportement humain.




VISIONNER LA VIDEO DE FRANCE 2 : (6 Mo)
Dominique De Villepin vante les avantages des éléments biométriques (photo + empreintes) qui seront contenus sur la future carte d'identité électronique.
Il explique ensuite que dès 2007, cette même carte donnera accès à des données confidentielles : compte en banque, dossier fiscal et numéro de permis de conduire seront stockés sur la puce de cette carte d'identité. Elle pourra aussi servir de signature électronique pour les transactions sur internet.
Ensuite le journaliste enchaine le sujet tout naturellement sur l'utilisation possible de la puce sous cutanée qui pourrait remplacer la carte d'identité... Très à la mode en Espagne en ce moment, vous pourrez voir comment on implante cet objet sous la peau après une anesthésie locale.

 

CHAMP D'APPLICATION :

Il est très vaste puisqu'il concerne 4 grands domaines :

  • L'identité
  • Le dossier médical
  • Les impôts
  • Le compte bancaire

Les données concernant chaque individu peuvent être stockées dans sa micro-puce personnelle et lisibles par un scanner.
Différents avantages nous sont proposés pour nous inciter à l'utiliser dès à présent.

n L'identification infaillible des individus permettra de :

  • Simplifier les contrôles d'identité dans les aéroports, ports…
  • Contrôler les clandestins
  • Repérer les terroristes avant qu'ils ne passent les frontières.

n Le repérage par satellite permettra de :

  • Retrouver un animal de ferme ou domestique perdu
  • Localiser un sportif imprudent qui se serait égaré
  • Retrouver un enfant kidnappé
  • Protéger certains membres du gouvernement lors de leurs déplacements
  • Suivre les déplacements des militaires.

n L'amélioration du suivi médical permettra de :

  • Surveiller la santé de certains patients " à risques "
  • Enregistrer le dossier médical de chaque individu, ainsi que ses éventuelles allergies ou maladies chroniques.

n Le renforcement de la sécurité matérielle permettra de :

  • Protéger les biens de valeur qui seraient identifiés et localisés
  • Eviter le vol des voitures puisqu'elles ne fonctionneraient qu'en présence de la puce du propriétaire
  • Accéder à son habitation, sans crainte de perdre ses clés.

n L'optimisation de la sécurité financière permettra de :

  • Simplifier le paiement puisqu'il suffira de passer sa main devant un scanner pour régler ses achats et débiter son compte bancaire
  • Réaliser des transactions commerciales électroniques sécurisées
  • Supprimer le risque de se faire voler son argent liquide ou sa carte bancaire.

 

COMMENT EN EST-ON ARRIVES LA ?

Ce sont les codes-barres qui ont marqué le début de cette folie technologique.

Puis les cartes à puces ont fait leur apparition pour s'imposer dans des domaines tels que les banques et la sécurité sociale.
L'identité commence à être concernée aussi puisque la nouvelle carte d'identité va être munie d'une puce. INES : Identité Nationale Electronique Sécurisée.

Les puces RFID, ou tags électroniques, envahissent peu à peu les produits manufacturés sous prétexte de confort logistique.

La micro-puce sous cutanée est la suite logique de cette révolution technologique. Après avoir pucé les objets, puis les animaux, ce pourrait être le tour des humains.
D'autant plus que les medias insistent sur certains événements pour accentuer le sentiment d'insécurité des populations et les encourager à accepter cet implant.

NOUS VIVONS DANS UN SYSTEME PERVERS QUI NOUS MANIPULE, qui nous familiarise lentement mais sûrement avec l'idée que la micro-puce nous est devenue indispensable.

  • La micro-puce a commencé par apparaître dans nos ordinateurs, et autres objets usuels,
  • S'est installée dans nos voitures,
  • Sur nos différentes cartes : bancaire, sécurité sociale, identité, etc.
  • Puis la prolifération des téléphones portables a complètement banalisé cette technologie.
  • En même temps la mode a incité les jeunes à se faire tatouer, puis à se faire des percings dans le corps, et même à s'implanter des objets sous la peau, développant ainsi l'idée perverse de porter un objet à l'intérieur du corps.
  • Ensuite ce sont les implants contraceptifs qui sont passés dans les moeurs.
  • La micro- puce est déjà largement utilisée sur les animaux domestiques et sur le bétail, elle est même obligatoire dans certains cas (animaux protégés).
  • Les prisonniers vont bientôt l'expérimenter aussi, pour le moment ils se contentent du bracelet électronique.

 

MOYENS DE PERSUASION UTILISES :

La technique de base utilisée pour nous inciter à accepter cette technologie consiste tout d'abord à nous effrayer. Par la suite on nous propose davantage de contrôles qui sont censés nous rassurer.
Parmi ces contrôles notons le nombre croissant des caméras de surveillance dans les rues : souriez, vous êtes filmés ! Ainsi on s'habitue peu à peu à être surveillé, ça devient "normal", et puis c'est pour notre sécurité !

Avez-vous remarqué à quel moment les medias ont commencé à nous parler de la puce sous cutanée ? Lors des enlèvements d'enfants en Grande Bretagne (2001-2002). Elle a été présentée comme la solution anti-rapt puisqu'elle permet aux parents de savoir à chaque instant où se trouve son enfant.
La micro-puce existait depuis plusieurs années et attendait l'occasion qui la rendrait indispensable pour se faire connaître. On en arrive à se demander si ces enlèvements n'ont pas été perpétrés volontairement pour créer cette opportunité...

En principe l'Etat s'engage à protéger la vie privée des citoyens en ne divulguant pas les données stockées dans la puce à des organismes privés.
On oublie toutefois que la corruption est toujours possible et que si quelqu'un souhaite acheter des fichiers de données, il trouvera certainement une personne corrompue acceptant de les lui vendre.
On oublie aussi subitement que le piratage informatique existe. On nous assure que les données concernant la population seront stockées sur des serveurs ultra protégés. Quoi qu'on essaie de nous faire croire, il existera toujours des failles exploitables par les pirates.

Il nous sera bientôt proposé de faire fusionner notre identité électronique avec notre carte bancaire pour plus de confort, plus de sécurité, etc.
Ce sont les mots-clés qui rassurent en ce moment :" contrôle, surveillance, vérification, localisation, sécurité "...
Et ceux qui facilitent la vie : " rapidité, facilité, efficacité, confort, plaisir "…

Présentée comme un progrès, la micro-puce est en fait un instrument de manipulation destiné à contrôler l'humain.
Les dirigeants nous conditionnent comme des moutons pour que nous utilisions cette technologie. Elle pourrait bientôt devenir obligatoire pour effectuer la moindre action commerciale.
On nous a déjà incités à utiliser Moneo pour nous habituer à manipuler de l'argent virtuel (et aussi pour mieux contrôler comment on dépense nos espèces). Donc bientôt l'argent liquide n'existera même plus, seuls les possesseurs de micro-puces pourront effectuer leurs achats grâce à ce moyen d'échange virtuel.


Agrandir l'image

On nous incite à avoir un seul numéro pour nous simplifier la vie
Il est question d'attribuer bientôt à chaque citoyen Français un numéro d'immatriculation pour sa voiture qu'il conservera à vie, même s'il change de véhicule. Comme on croule sous les mots de passes de toutes sortes il est tentant d'accepter d'avoir un numéro unique… et justement la micro-puce est dotée d'un numéro personnel unique !
Dans un futur proche un numéro de série pourrait être attribué à chaque humain dès sa naissance.

 

CONSEQUENCES ET RISQUES (dont personne ne nous parlera bien sûr) :

n CONSEQUENCES PHYSIQUES :

  • La puce contient une pile au lithium, très dangereuse pour l'homme si elle se brise dans son corps. Le lithium peut provoquer une plaie purulente et très douloureuse.
  • Les ondes émises par la puce peuvent perturber la santé de l'individu qui la porte.

n CONSEQUENCES MATERIELLES :

  • Quelques pays ont déjà imposé cette puce dans des certains secteurs et il est désormais impossible de conserver son emploi en cas de refus de l'implant. Exemple : les employés de banques et les militaires sont soumis à cette technologie en Australie.
  • L'argent sous forme d'espèces est difficilement contrôlable, c'est pourquoi le citoyen est de plus en plus sollicité pour effectuer ses achats en monnaie virtuelle.
  • Quand il n'y aura plus du tout d'argent liquide en circulation, ceux qui refuseront la puce ne pourront plus rien acheter ni vendre… comme prédit dans la Bible.

n CONSEQUENCES PERSONNELLES :

  • Tout porteur de la micro-puce devient repérable n'importe où par satellite (système GPS). L'espionnage des citoyens marque la fin de leur liberté physique !
  • Les données collectées pour chaque individu vont être regroupées sur sa micro-puce. Les renseignements concernant la police (identité), la justice (casier judiciaire), la sécurité sociale (état de santé), les finances (impôts), l'administration pourront être recoupées et porter atteinte à la vie privée de chacun.

n CONSEQUENCES EMOTIONNELLES :

  • La puce peut aussi recevoir des ondes. Ainsi il devient possible de stimuler certaines parties du cerveau de celui qui la porte et d'influencer son comportement et ses émotions. La liberté de penser peut donc aussi disparaître.

 

LA MICRO-PUCE BIENTOT OBLIGATOIRE ?

Ce n'est pas encore le cas mais ça ne saurait tarder, d'autant plus que la technologie qui lui est nécessaire existe déjà. Tout comme les GSM, la micro-puce sous cutanée utilise le système GPS pour fonctionner.

Toutes les voitures récentes sont aussi équipées du système GPS, ce qui veut dire que tous ces véhicules sont repérables n'importe où dans le monde par satellite. Vous doutez ? Je vous suggère de télécharger Google Earth : la planète entière est photographiée par satellite. Si le simple humain a accès à toutes ces photos détaillées, on imagine que les gouvernements possèdent des clichés plus précis, sans doute en images video…

On parle de + en + d'économie mondiale et de multinationales très puissantes qui influencent les décisions des gouvernements. Chacun sait que le principal but des multinationales est de faire un maximum de profit, donc on imagine le poids de leurs décisions.

La micro-puce n'est pas encore obligatoire en France, mais si on ne réagit pas cela risque de nous arriver sans qu'on l'ait vue venir car le décor est déja planté.
Si on accepte cet implant, l'état pourra recouper notre situation juridique, financière, médicale…
Finie la démocratie, fini le libre arbitre, finies la vie privée et la liberté.

Les implantés seront transformés en robots vivants,
dociles comme des moutons.
Ils penseront et réagiront selon
le modèle proposé par leurs dirigeants.

Imaginons qu'on en arrive au stade où les gouvernements vont tenter d'imposer cet implant… Ceux qui le refuseront devront vivre en marge de la société puisqu'ils ne pourront plus rien acheter ni vendre et ne recevront donc plus de salaire. Il leur restera la solution de vivre de troc, et sans doute aussi de se cacher...

Quel avenir choisissez-vous d'offrir à vos enfants ? Celui de l'esclavage moderne ? Celui d'un gouvernement mondial qui imposera une pensée unique…

Sommes-nous un troupeau de moutons ? C'est sans doute ce que pensent nos dirigeants puisqu'ils souhaitent nous marquer comme du bétail.

Si une prise de conscience collective intervient, on peut encore éviter d'être transformés en robots humains dociles et exploitables à souhait. Alors réagissons avant qu'il ne soit trop tard !

LA MICRO-PUCE EST DEJA OBLIGATOIRE DANS CERTAINS CAS :

  • En Europe : l'identification électronique est obligatoire pour les chevaux de haras depuis janvier 2006 sous peine d'amende. Motif : combattre les vols.
  • En Suisse : elle est imposée aux propriétaires d'animaux de compagnie dans certains cantons et s'appelle ANIS.
  • L'Espagne a aussi commencé à l'expérimenter. A Barcelone la boite de nuit Baja Beach Club propose à ses clients branchés l'implant d'une micro-puce. Celle-ci leur permet de régler leurs consommations en passant simplement leur bras devant un scanner et leur compte est débité automatiquement !!! Voir la video (6 Mo)
  • En Australie : les employés de banques et les militaires sont tenus d'être pucés pour conserver leur emploi.
  • Au Mexique et au Brésil des enfants sont déjà implantés pour éviter les rapts.
  • Aux Etats-Unis l'implant est obligatoire pour les SDF, pour leur bien, évidemment.
  • De nombreux autres pays ont déjà acheté des puces sous cutanées : La Nouvelle Zélande, la Malaisie

 

LA MARQUE DE LA BETE :

La Bible contient un texte de Saint-Jean qui nous parle de " la marque de la bête ". Cette micro-puce ressemble à ce qui a été prophétisé dans les " temps derniers " et l'Apocalypse.

Livre de l'Apocalypse XIII :
" Ils adorèrent la Bête… On lui donna de proférer des paroles d'orgueil et de blasphème… Elle obligea tous les hommes, gens du peuple et grands personnages, riches ou pauvres, hommes libres et esclaves, à se faire marquer d'un signe sur la main droite ou sur le front. Et personne ne pouvait acheter ou vendre sans porter ce signe : soit le nom de la Bête, soit le nombre correspondant à son nom. C'est ici qu'il faut de la sagesse : que celui qui a de l'intelligence déchiffre le nombre de la Bête ; car c'est un chiffre humain, c'est six cent soixante-six."

Livre de l'Apocalypse XVI : " Le premier (ange) s'en alla et versa sa coupe sur la terre. Un ulcère malin et douloureux frappa les hommes qui portaient la marque de la Bête et qui adoraient son image ".

La Bible nous conseille ensuite de refuser cette marque de la Bête, sous peine de déclancher la colère divine.
Elle nous signale aussi que ceux qui la refuseraient seraient persécutés avant de connaître la victoire finale.

 

LIENS UTILES :

n EN ANGLAIS

n EN FRANCAIS

n SITES QUI PARLENT, ENTRE AUTRES, DE LA MICROPUCE

n ASSOCIATIONS CONTRE LA PUCE TRANSCUTANEE :

n NOUVELLES UTILISATIONS DE LA PUCE TRANSCUTANEE :

 

RFID = Radio Frequency Identification Devices : tags électroniques
GPS = Global Positionning Satellite : repérage par satellite
INES = Identité Nationale Electronique Sécurisée

 

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Comment va le monde
commenter cet article
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 22:51

http://www.mutuelleprevoyancesante.fr/lib/picts/medicaments3.jpgUne nouvelle directive de l'Union Européenne doit être mise en place au 31 décembre de cette année. Il s'agit d'un "Codex Alimentarius" qui limiterait considérablement les substances autorisées dans le domaine des médecines alternatives et des suppléments alimentaires, si la directive était votée.

Ceci aurait pour effet que pour les remèdes que nous achetons aujourd'hui (Homéopathie, Fleurs de Bach, sels de Schlüssler, minéraux et vitamines) le nombre des substances actives autorisées serait si limité que ces médicaments perdraient leur efficacité. Pire encore ces médicaments pourraient disparaitre du marché parce qu'ils n'auraient pas reçu d'autorisation de vente du fait des nouveaux critères d'autorisation de mise sur le marché extrêmement restrictifs.

Cette information est d'autant plus alarmante que cela signifierait pour nous tous la fin d'une liberté thérapeutique et aussi la fin de tous les métiers qui utilisent ces substances (naturopathes, phytothérapeutes, homéopathes, herboristes ainsi que les laboratoires produisants ces remèdes).

En Grande-Bretagne les "Health Stores" comme "boots" font actuellement campagne dans tout le pays en demandant aux clients de faire pression auprès de leurs députés pour stopper le vote de cette directive. Le sujet est débattu officiellement et publiquement. Malheureusement les médias en France et en Allemagne ont très peu ou pas publié cette information qui nous concerne tous.

Il est à noter d'ailleurs que les pays qui ont pris l'initiative de cette nouvelle directive sont l'Italie, l'Allemagne ... et la France.

Vous trouverez si après l'accès (en français) du site anglais de "Consumers for Health choice" qui a mis en place une pétition européenne.


Ce site vous propose de signer une pétition


http://www.consumersforhealthchoice.com/index.php
(Version anglaise. "Petition" en haut)


Une telle directive inspirée par les lobbies de l'industrie pharmaceutique, limiterait au maximum la commercialisation de remèdes naturels au profit de médicaments allopathiques.

Je vous remercie pour votre attention et espère que vous serez nombreux à signer cette pétition. Merci de faire connaitre cette information à votre entourage !

Meilleures salutations
Barbara Thielmann Association "Die Alternative"


En voulant mettre une partie de l'article 

Ingéniérie sociale et mondialisation


avec le paragraphe "Le bio pouvoir", je viens de m'appercevoir qu'il a été supprimé!
Mais ouf, je l'ai retrouvé en HTML ICI et copié dans mes dossiers sous World! Je pourrai ainsi continuer à le divulguer. Faites-en autant avant qu'il ne disparaisse aussi.


C'est un peu long et pas simple mais ça donne une idée...


Le bio pouvoir:

Notre tour d’horizon des multiples visages du contrôle social scientifique contemporain serait incomplet sans un point sur la notion foucaldienne de biopouvoir. En effet, il nous semble qu’au-delà du pouvoir sur les esprits, c’est bien un contrôle direct de la vie, au sens strictement biologique du terme, qui est recherché par l’ingénierie sociale, dont l’éthos s’affirme comme l’incapacité à vivre et laisser vivre sans intervenir sur le cours naturel des choses. Cet interventionnisme, qui peut aller jusqu’au piratage, exprime, certes, une tendance spontanée de l’esprit humain au « voyeurisme épistémologique » et à la curiosité de comprendre tout ce qui nous échappe encore, mais traduit également un projet politique, celui porté par le mondialisme, et dont les conséquences pour la vie, au sens biologique du terme, seront pires que le nazisme et le stalinisme réunis. L’ingénierie sociale mondialiste se place en effet sous le signe du Gestell, concept travaillé par Heidegger, qualifiant l’essence de ce qui fait la civilisation technologique et qu’Alain Finkielkraut, à l’occasion d’un débat avec Peter Sloterdijk, Peter Weibel et Michel Houellebecq, tente de définir ainsi : « On a eu beaucoup de mal à le traduire en français. On le traduit par arraisonnement, sommation, mise à disposition. C’est tout simplement le fait de la possibilité de tout faire de tout. La possibilité de faire entrer la réalité dans une combinatoire sans fin. Il me semble que c’est vraiment de cela qu’il s’agit à un moment, précisément, où cette possibilité ne concerne plus seulement la matière inanimée, mais encore la matière vivante. C’est la tendance la plus profonde de la modernité. »

Cette mise à disposition de tout pour tout signifie aussi plasticité, flexibilité, possibilité de réécriture complète du donné naturel, et ainsi contrôle total sur ce donné naturel, minéral, végétal ou animal, environnemental ou subjectif. Baudrillard, quant à lui, parlait de « crime parfait » pour évoquer ce quadrillage technologique intégral du réel, ce maillage exterminateur consistant à ne pas laisser le moindre atome intouché, et substituant au monde vécu sa version retravaillée, retouchée, lissée, bref, son simulacre.

Le Gestell, ou la rationalisation scientifique du vivant, est l’outil définitif du pouvoir politique. Dès lors que le vivant peut être intégralement quantifié, numérisé, explicité, chosifié, il peut devenir objet d’une gestion sérielle, production industrielle intrinsèquement docile au pouvoir car programmable et conditionnable dès l’origine. L’ingénierie sociale  culmine ainsi dans le génie génétique (le piratage de l’ADN), l’eugénisme, le clonage, les chimères (croisements hybrides de matériel génétique humain et animal, autorisés au Royaume-Uni depuis mai 2007), et ultimement le téléchargement de la conscience dans le cyberespace. Toutes ces recherches trouvent leurs meilleurs soutiens chez les théoriciens du Transhumanisme (Thimoty Leary, Ray Kurzweil,…), idéologie issue de la contre-culture et du new-age, deux courants eux-mêmes nés du contrôle social moderne comme le montre Lutz Dammbeck dans son documentaire Das Netz (« Le réseau ») consacré à l’histoire de la cybernétique. Telle qu’elle subsiste à l’état naturel, la vie pose problème au pouvoir car il y a toujours en elle quelque chose qui échappe au contrôle. Le Gestell, ou la réécriture intégrale du réel pour en fournir une version mieux contrôlée, idéalisée, perfectionnée, est donc non seulement l’horizon de pratiquement tous les pouvoirs politiques depuis l’avènement des sociétés de masse (Mésopotamie, Egypte pharaonique), mais également le fil conducteur de  tous les grands utopistes, qui se sont toujours mis spontanément au service du Prince : de Platon aux Transhumanistes, en passant par Norbert Wiener, ils ont tous cherché à réduire l’existence à un gigantesque « SimCity », un vaste processus automatisé, univoque, d’où la contradiction et l’incertitude ont été évacuées. Evidemment, ça ne marche jamais, pour une raison toute simple : nous sommes « encore » en vie.

En effet, ce qui fait obstacle au contrôle intégral et à la réduction totale de l’incertitude, c’est la frontière entre un intérieur et un extérieur. Chez les êtres vivants, la peau, l’épiderme, est cette première frontière. L’existence d’une frontière épidermique assurant l’interface entre une intériorité et une extériorité est très exactement ce qui constitue la spécificité irréductible de tous les êtres vivants sans exception et ce qui les distingue du non-vivant. Il y a vie au sens biologique à partir du moment où il y a épiderme, c’est-à-dire perception d’une distinction entre une intériorité, l’intégrité de la créature, et une extériorité, l’environnement. Cette intégrité de l’être biologique fait qu’il est difficile de la contrôler intégralement, ou alors avec des séquelles pathologiques et donc une destruction du système à termes. C’est d’ailleurs sur cette base que l’on peut distinguer le vivant du non-vivant : les systèmes non-vivants dysfonctionnent quand ils ne sont pas totalement sous contrôle ; à l’inverse, les systèmes vivants dysfonctionnent quand ils sont totalement sous contrôle.

Plus on monte dans l’évolution, et plus cette intériorité-intégrité du vivant est forte, jusqu’à aboutir à la possibilité de faire de vraies cachotteries à l’égard de l’extérieur. C’est ce que l’on appelle l’intimité mentale, psychologique, etc., et qui permet d’aller jusqu’au mensonge. Cette possibilité propre au vivant de cacher des choses au regard extérieur est insupportable pour le pouvoir, qui y voit une forme de résistance à son exercice inquisiteur.

Cette impossibilité du contrôle total vient de ce que personne n’a un droit de regard total sur la créature, personne n’est en capacité d’avoir un accès intégral à l’intériorité, d’où cette relative imprévisibilité du biologique. L’abolition du biologique, c’est-à-dire du principe même de toute frontière et limite, et le transfert de toute conscience dans le numérique devrait permettre l’abolition de cette incertitude, l’accès intégral à l’intériorité, donc la transgression intégrale de l’intégrité de la créature, la possibilité d’en finir avec toute forme de cachotterie et donc le contrôle total de toute forme de vie consciente. Internet est déjà un espace de transparence totale. Des créatures « internetiennes » seraient à son image. À vrai dire, une conscience numérique ne serait qu’une forme simulée de vie puisqu’elle serait dépourvue d’épiderme (ou alors un épiderme simulé, donc faux). En effet, le programmateur a un droit de regard total sur son programme, il peut le rectifier comme il veut et réduire totalement l’incertitude de son fonctionnement. Le programmateur est en position « divine ». Il ne peut donc pas y avoir de vie numérique puisque le minimum requis, l’incertitude réelle liée à l’épiderme réel, n’est pas présent. Par définition, l’incertitude véritable n’est ni modélisable,ni programmable. Par contre, il peut y avoir extermination du biologique au bénéfice d’une forme de « vie simulée » dans le numérique. Réalisation du « crime parfait », l’extermination  de l’incertitude liée au vrai réel (ici, la matière vivante), au bénéfice d’une simulation du réel (une réalité virtuelle) parfaitement contrôlée.

Le downloading total dans la Matrice virtuelle et l’accès du pouvoir à l’intimité psychologique des citoyens sont pour bientôt. Nous sommes déjà partiellement téléchargés dans le cyberespace, compte tenu du temps que nous passons sur Internet et de la dépendance croissante où nous sommes à son égard. Cette tendance est évidemment confortée par le pouvoir, comme on peut s’en rendre compte en parcourant les recommandations du lobby du numérique, le « Livre bleu » du Groupement des Industries de l’Interconnexion des Composants et des Sous-ensembles électroniques (GIXEL) : « Le passage de l’identité physique à l’identité numérique s’impose de plus en plus dans tous les milieux à cause du développement des TIC et en particulier de l’Internet. (…) Acceptation par la population. La sécurité est très souvent vécue dans nos sociétés démocratiques comme une atteinte aux libertés individuelles. Il faut donc faire accepter par la population les technologies utilisées et parmi celles-ci la biométrie, la vidéosurveillance et les contrôles. Plusieurs méthodes devront être développées par les pouvoirs publics et les industriels pour faire accepter la biométrie.

Elles devront être accompagnées d’un effort de convivialité par une reconnaissance de la personne et par l’apport de fonctionnalités attrayantes : — Éducation dès l’école maternelle, les enfants utilisent cette technologie pour rentrer dans l’école, en sortir, déjeuner à la cantine, et les parents ou leurs représentants s’identifieront pour aller chercher les enfants. — Introduction dans des biens de consommation, de confort ou des jeux : téléphone portable, ordinateur, voiture, domotique, jeux vidéo. — Développer les services "cardless" à la banque, au supermarché, dans les transports, pour l’accès Internet… La même approche ne peut pas être prise pour faire accepter les technologies de surveillance et de contrôle, il faudra probablement recourir à la persuasion et à la réglementation en démontrant l’apport de ces technologies à la sérénité des populations et en minimisant la gène (sic) occasionnée. Là encore, l’électronique et l’informatique peuvent contribuer largement à cette tâche. »


Le plus grand génocide de l’Histoire, celui de la biosphère toute entière, a déjà commencé. Dans Comment les riches détruisent la planète, Hervé Kempf nous décrit les lignes majeures de ce Gestell mondialiste aux niveaux écologique et politique. Sur un plan strictement géopolitique, le Gestell mondialiste consiste à jouer avec la vie de millions, voire de milliards d’êtres humains. Ce jeu géopolitique prend deux formes : la recombinaison libre des frontières d’une part, le contrôle démographique d’autre part. Nous l’avons vu, l’abolition des frontières, c’est le règne de la mort, tant au plan biologique que psychique. Il n’y a de vie psychique, c’est-à-dire de production de sens que dans l’incertitude et l’affrontement à un quelque chose qui résiste, à un « réel » quelconque, une frontière, une limite. Si les frontières ne résistent plus, ce sont les principes mêmes d’identité, de distinction et d’élaboration sémantique qui vacillent, signant à termes l’effondrement du système sur lui-même, ou alors sa survie dans un espace liminaire qui est celui du « zombie », à mi-chemin entre la vie et la mort. Le Gestell géopolitique, la recomposition volontariste des frontières, comme en Irak depuis l’invasion américaine, ou en Europe avec la création d’euro-régions qui n’obéissent qu’à des logiques commerciales, relève dès lors d’une sorte de mystique hallucinée et morbide, telle que l’analyse Pierre Hillard dans La marche irrésistible du Nouvel Ordre Mondial, expression de ce processus général de dés-Œdipianisation dont le fantasme directeur semble être la création d’une forme de vie totalement plastique et flexible, en un mot l’esclave idéal, dont l’identité n’a plus d’attaches, plus d’origines, et peut donc être réécrite à volonté.

Seul un contrôle démographique drastique permettra d’élaborer cette Humanité future zombifiée. Dans la continuité des théories d’un Thomas Malthus (1766-1834), divers programmes de réduction démographique ont vu le jour et ont été appliqués avec plus ou moins de succès dans divers pays ces deux derniers siècles. Tous les moyenssont bons pour parvenir à la dépopulation, que ce soit en empêchant les naissances, ou, quand les êtres sont nés, par le meurtre de masse prémédité (guerres, épidémies, crises diverses). À un niveau général, le biopouvoir consiste à gouverner par l’entretien d’une menace sur la survie physique des populations, menace qui n’a pas absolument besoin d’être réelle pour être efficace. Le rapport de Iron Mountain, publié dans les années 60 sous la direction de l’économiste John Galbraith et intitulé La paix indésirable ? De l’utilité des guerres, est à ce sujet parfaitement clair : « L’existence d’une menace extérieure à laquelle il est ajouté foi est, par conséquent, essentielle à la cohésion sociale aussi bien qu’à l’acceptation d’une autorité politique. La menace doit être vraisemblable, son ampleur doit être en rapport avec la complexité de la société menacée, et elle doit apparaître, pour le moins, comme pesant sur la société tout entière. »


Définir un ennemi, geste fondateur de la politique selon Carl Schmitt.

Mais qui a dit que l’ennemi devait être réel ?

 


Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Respect en toute chose
commenter cet article
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 10:12

http://www.neusaesserhof.com/images/philosophie.JPG

La meilleure philosophie, relativement au monde, est d’allier, à son égard, le sarcasme de la gaieté avec l’indulgence du mépris.

 

Chamfort

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Le genre humain
commenter cet article
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 07:17

La quenelle de ce matin sur France-Inter!

Dorénavant vous pourrez travailler (avant que ça ne devienne "vous devrez") pendant vos congés maladie ou congés maternité.

Les prétextes:

1- Si votre maladie est très longue, cela empêchera que, lors de votre retour dans l'entreprise, un collègue vous ait pris votre travail ou une partie de votre travail pour ne vous laisser que la partie inintéressante. 

2- De toute façon, grâce aux moyens de communication actuels, c'est possible!

3- Cela permettrait au salarié de maintenir sa rémunération. (Pour consommer plus?)


4- L'employeur serait encouragé (et hop la carotte!) en recevant une réduction de charges sociales.



Jusqu'à ce jour, celui qui, pendant son congé maladie,  n'était pas présent à son domicile ou surpris à faire du bricolage chez lui était sanctionné, et maintenant on voudrait qu'il travaille!!!


Allez allez, plus d'excuses! Au lieu de passer des heures sur Internet à glander mais surtout à vous informer, vous allez utiliser votre temps libre à  T-R-A-V-A-I-L-L-E-R !
Ne l'oubliez pas le travail est une valeur sure!
Et puis comme ça, pendant que vous travaillerez, vous n'irez pas voir ce qui se passe ailleurs, vous ne diffuserez pas des informations qui pourraient éveiller les consciences.

Tous les endroits vides doivent être comblés pour réfléchir le moins possible et ainsi mieux nous laisser
manipuler.

Ça frise la paranoïa? Si vous voulez!


Dessin Laplote



Quelques heures plus tard OUF!
...Mais l'idée a été émise, il se pourrait bien qu'elle finisse par germer. Car il insiste ce bougre de Lefebvre!
  Faut dire que Mâ Rachida nous avait déjà lissé la pente en recommençant à travailler 3 jours après son accouchement  
...A suivre de près!




Révision:
 
Afficher l'image en taille réelle

Politique et massification

 

 Ou comment contrôler massivement les populations grâce à de nouvelles disciplines et qui sont donc devenues les nouveaux instruments de la pratique politique et du contrôle social. Ainsi, d’une activité d’inculcation d’un système de valeurs, une Loi, la politique s’est déplacée vers les questions purement techniques d’ingénierie des comportements et d’optimisation de la gestion des groupes.

 


 

A voir: Censure Internet: les  "bonnes" raisons

 



Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Comment va le monde
commenter cet article

Présentation

Rechercher