Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 10:26

http://maleaime.unblog.fr/files/2008/03/les20poilus201418.jpg

En 1914, une guerre en Europe éclate entre l'Angleterre et l'Allemagne. Le peuple américain ne voulait aucunement être mêlé à cette guerre. A son tour le Président Woodrow Wilson déclara publiquement la neutralité. Cependant, en coulisse l'Administration US cherchait un prétexte pour en faire partie.


Dans un autre commentaire du Secrétaire d'Etat, William Jennings :

 


"Les grands intérêts bancaires étaient profondément intéressés par la guerre mondiale parce qu'elle ouvrait de grandes opportunités pour faire d'énormes profits."

 

Il est important de comprendre que la meilleure chose qui puisse arriver pour les affaires des banquiers internationaux c'est une guerre. Car elle contraint le pays à emprunter encore plus d'argent auprès de la Banque de la Réserve Fédérale avec intérêt. Le haut conseiller et mentor de Woodrow Wilson était le Colonel Edward House, c'est un homme qui avait des relations privilégiées avec les banquiers internationaux souhaitant rentrer en guerre. Dans une conversation documentée entre le Colonel House, conseiller de Wilson et Sir Edward Grey, le Ministre des Affaires Etrangères d'Angleterre sur comment agir pour faire entrer l'Amérique dans la guerre, Grey posa cette question : "Que feraient les américains si les allemands faisaient couler un paquebot avec des passagers américains à son bord ?" House répondit : "Je pense qu'une vague d'indignation balaierait les USA et serait suffisante pour que les USA entrent en guerre." Alors, le 7 mai 1915 comme suggéré essentiellement par Sir Edward Grey, un bâteau du nom de Lusitania fut délibérément envoyé dans les eaux contrôlées par les allemands où l'on savait que les vaisseaux militaires allemands se trouvaient dans cette zone.

Et comme prévu, un sous-marin allemand torpilla le bateau, et fit exploser un stock de munitions, faisant 1200 morts. Afin de mieux comprendre la nature délibérée de ce coup-monté : l'ambassade allemande avait donné des avertissements dans le New York Times disant aux gens qu'ils monteraient à bord du Lusitania à leurs risques et périls car ce bateau naviguant d'Amérique en Angleterre traverserait une zone de guerre où il risque d'être détruit. Par conséquent, et comme prévu, le naufrage du Lusitania provoqua une vague de colère parmi la population américaine. Faisant entrer l'Amérique dans le conflit vite après.

 

La Première Guerre Mondiale coûta la vie de 323 000 américains. J.D. Rockefeller fit 200 millions de dollars de profit. Sans compter que la guerre aura coûté 30 milliards de dollars aux USA. Dont la majorité fut empruntée à la Banque de la Réserve Fédérale avec les intérêts augmentant d'autant plus les profits engrangés par les banquiers internationaux.

 

 

 

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans L'esprit du temps
commenter cet article
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 10:20

http://www.meilleur-diagnostic.com/images/template/loi.jpg

Face à certains colériques, le recours à la règle s'avère efficace. Ils ne consentent à plier que devant la Loi, symbolique ou réelle. En plus, celle-ci fournit un paravent émotionnel à ceux qui n'aiment pas entrer dans le conflit.
Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Eviter les conflits
commenter cet article
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 11:57

Mohandas Karamchand Gandhi, août 1942
[Extrait de "Ma Non-Violence" par le Mahatma Gandhi, édité par Sailesh Kumar Bandopadhaya - Ahmedabad : Navajivan Publishing House - 1960] (SEGAON,  Vol. 74, pp. )  (Texte écrit le 26 novembre 1938, Harijan,  [traduit de l’anglais par Marcel Charbonnier*]

 



(Extraits) J'ai reçu plusieurs lettres dans lesquelles on me demande d'exposer mes vues sur la question arabo-juive en Palestine et la persécution anti-juive en Allemagne. Ce n'est pas sans quelque hésitation que je me risque à offrir mes opinions sur cette question très délicate.

 

Toute ma sympathie est acquise aux Juifs. J'ai connu certains d'entre eux, d'une manière très intime, en Afrique du Sud (..) La similarité entre le traitement que les Chrétiens leur ont infligé et celui que les Hindous infligent aux Intouchables est frappante.

 

A part les amitiés qu'il m'a été donné de nouer avec certains d'entre eux, ma sympathie pour les Juifs ressortit donc à des raisons de caractère universel.

 

Mais ma sympathie ne me rend pas sourd aux exigences de la justice. L'appel à un foyer national pour les Juifs ne me séduit guère. La légitimité en est recherchée dans la Bible et dans la ténacité dont les Juifs ont depuis tout temps fait preuve dans la formulation de leur attachement à un retour en Palestine. Pourquoi ne pourraient-ils pas, comme les autres peuples sur Terre, faire de cette contrée leur pays où naître et où gagner sa vie ? La Palestine appartient aux Arabes de la manière dont l'Angleterre appartient aux Anglais ou la France aux Français. Il serait injuste et inhumain d'imposer (une domination par) les Juifs aux Arabes.

 

 

 

Ce qui se passe en Palestine, de nos jours, ne saurait être justifié au nom d'un quelconque code moral de conduite. Les mandats n'ont pas d'autre justification que la dernière guerre mondiale (la Première). Ce serait à n'en pas douter un crime contre l'humanité de contraindre ces Arabes si justement fiers à ce que la Palestine soit restituée aux Juifs en tant que leur foyer national, que ce soit partiellement, ou en totalité. Une alternative bien plus noble serait d'insister sur un traitement équitable des Juifs où qu'ils soient nés et où qu'ils aient été élevés. Si les Juifs n'ont pas d'autre foyer national que la Palestine, vont-ils accepter l'idée de devoir être contraints à quitter les autres parties du monde où ils sont installés ? Ou bien voudront-ils une double patrie, où ils puissent demeurer selon leur bon plaisir ?

 

 

 

 

La revendication d'un foyer national pour les Juifs ne fait qu'offrir sur un plateau une justification présentable à l'Allemagne qui expulse ses Juifs. Mais la persécution allemande des Juifs semble ne pas avoir de parallèle dans l'histoire. Les tyrans de jadis n'étaient jamais allés aussi loin dans leur folie que semble l'avoir fait Adolf Hitler. Mais je ne crois en aucune guerre. L'Allemagne est en train de démontrer au monde entier comment la violence peut être utilisée efficacement lorsqu'elle n'est entravée par aucune hypocrisie ni aucune faiblesse se faisant passer pour de l'humanisme.

Les Juifs peuvent-ils résister à cette persécution planifiée et éhontée ? Ont-ils un moyen de préserver leur dignité, et de ne pas tomber dans le désespoir et l'abandon d'eux-mêmes ? Je fais le pari que c'est possible.

 

 

 

 

 

Nul être humain croyant en un Dieu vivant ne doit se sentir impuissant ou abandonné.

 

Jéhovah, le Dieu des Juifs, est un Dieu plus personnel que celui des Chrétiens, des Musulmans ou des Hindous, bien qu'il s'agisse, en fait, par essence, du Dieu commun à tous ces croyants. Mais comme les Juifs attribuent à Dieu une personnalité et croient qu'Il commande chacun de leurs actes, ils ne devraient pas se sentir impuissants.

 

 

… Et maintenant, un mot aux Juifs de Palestine.

 

Mais s'ils doivent absolument considérer la Palestine de la géographie comme leur foyer national, c'est un péché inexpiable d'y pénétrer à l'ombre du canon britannique. Un acte de nature religieuse ne saurait être posé avec l'assistance des baïonnettes et des bombes. Ils ne peuvent s'installer en Palestine qu'en respect de la bonne volonté des Arabes. Ils devraient s'efforcer de se gagner le coeur des Arabes. C'est le même Dieu qui commande aux coeurs des Arabes et à ceux des Juifs… Ils trouveront le monde à leurs côtés dans leur aspiration religieuse. Il y a des centaines de manières de s'entendre avec les Arabes, pour peu qu'ils écartent résolument l'aide que leur apporte la baïonnette britannique. Telles que les choses se déroulent actuellement, ils sont co-responsables avec les Britanniques de la spoliation d'un peuple qui ne leur a jamais porté un quelconque tort.

 

 

 

 

 

Je ne défends pas les excès des Arabes. J'eusse aimé qu'ils eussent adopté la non-violence dans leur résistance à ce qu'ils considèrent à juste titre comme une agression inqualifiable contre leur pays. Mais si l'on se réfère aux lois généralement admises du bien et du mal, rien ne peut être dit contre la résistance des Arabes à une injustice massive.

 

 

Laissons les Juifs qui prétendent être le peuple élu en apporter la preuve par choix qu'ils feront de la non-violence afin de revendiquer une place sur cette terre. Tout pays est le leur, Palestine y comprise, non pas en conséquence d'une agression, mais en vertu d'un service altruiste envers leur prochain. Un ami juif m'a envoyé un livre intitulé "La contribution juive à la civilisation", écrit par un Cecil Roth. Ce livre énumère tout ce que les Juifs ont apporté à la littérature, aux arts, à la musique, au théâtre, à la science, à la médecine, à l'agriculture etc… de part le monde. Avec un tel héritage, les Juifs sont fondés à refuser d'être traités comme les déchets de l'Occident, d'être méprisés ou traités avec condescendance. Ils peuvent obtenir le respect et l'attention du monde en se montrant dignes d'avoir été choisis par Dieu, au lieu de tomber dans la déchéance des brutes oubliées de Dieu. Ils peuvent ajouter à leurs contributions, innombrables et inestimables, (à l'Humanité) celle, suprême, de l'action non-violente.

 

 

 

  Note de M. Marcel Charbonnier qui a traduit le texte du Mahatma Gandhi

 

 

Une grande figure de ce monde, réputée pour sa sagesse et sa non-violence, était clairement anti-sioniste, sans mâcher ses mots et sans langue de bois.

Deuxièmement, je veux montrer qu'au début et jusqu'à la moitié du 20è siècle la communauté internationale était loin d'être favorable au projet sioniste. Contrairement à aujourd'hui ou leur propagande a très bien fonctionné et où tout le monde a accepté cet état de fait. Nous voyons même des arabes dire "Après tout c'est chez-eux" et autres foutaises. Je veux montrer qu'il n'y a rien de choquant à soutenir que l'État appelé Israel est illégitime et qu'il n'y a rien d'antisémite à penser cela. A moins que Gandhi soit antisémite. 

 

Pris chez Eva

 

 

Pour en savoir plus...

(Comme en tout, avoir des sources différentes pour juger)

 

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Comment va le monde
commenter cet article
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 11:21

http://dutron.files.wordpress.com/2009/07/borloo-rocard-lagarde-nouveaux-impots.jpegIl est vital de bien comprendre que la Réserve Fédérale est une Société Privée. Elle est aussi "fédérale" que "Federal Express". Elle décide de sa politique et n'est soumise à aucun contrôle réel du Gouvernement US. C'est une banque privée qui prête au Gouvernement de la monnaie avec des intérêts. Il entre en accord parfait avec le modèle frauduleux de la banque centrale dont le pays cherchait à s'échapper quand il a déclaré son indépendance suite à la guerre de Sécession.

 

Pour en revenir à 1913, le Federal Reserve Act n'était pas qu'une loi anticonstitutionnelle imposée par le Congrès. Ils imposèrent également une taxe fédérale sur le revenu. Il est utile de souligner que l'ignorance du peuple américain à l'égard de la taxe fédérale sur le revenu est le témoin du degré d'imbécilité dans lequel la population américaine se trouve réellement.


- Tout d'abord, la Taxe Fédérale sur le Revenu est entièrement anticonstitutionnelle car c'est une taxe directe inégalitaire. Tout impôt direct doit être égalitaire et légal et basé sur la Constitution.


- Deuxièmement, le nombre requis d'états nécessaire à la ratification de l'amendement qui autorise cet impôt sur le revenu n'a jamais été atteint. Et cela a déjà été souligné au Tribunal dans des affaires courantes. "Si l'on examine attentivement (le 16 ème amendement), on remarque que le nombre d'états ayant ratifié cet amendement n'a jamais été atteint."

 

- Troisièmement, à ce jour environ 25% du revenu moyen d'un salarié est prélevé par le biais de cette taxe. Et devinez où va cet argent ? Il sert à payer les intérêts de la monnaie produite par la Banque frauduleuse de la Réserve Fédérale, ce même système qui n'est pas censé exister du tout. L'argent que vous gagnez en ayant travaillé 3 mois de l'année atterrit littéralement dans la poche de ces banquiers internationaux qui sont les propriétaires de la Banque de la Réserve Fédérale.

 

- Quatrièmement, malgré l'affirmation frauduleuse du Gouvernement quant à la légalité de l'impôt sur le revenu, textuellement, il n'y a aucun statut, aucune loi existante qui exige que vous payiez cet impôt. Un point c'est tout. "Evidemment, je m'attendais à ce qu'il existe forcément une loi à laquelle on puisse se référer dans la législation, une loi qui vous demande de payer cet impôt. J'en étais persuadé ! J'étais dans une situation où je ne pouvais trouver aucun statut qui me donnait clairement ce droit, (Joe TURNER Ancien agent des Impôts) du moins à moi et à la plupart des gens que je connais et je n'ai eu d'autre alternative que de démissionner. D'après l'enquête que j'ai réalisée au cours de l'année 2000 et sur laquelle je travaille encore actuellement je n'ai pas trouvé une telle loi. (SHERRY JACKSON ancienne agent des impôts) J'ai interrogé le Congrès, nous avons demandé à beaucoup de personnes, aux Impôts, aux assistants du Commissaire aux Impôts, ils ne donnent pas de réponse car s'ils répondaient, le peuple américain apprendrait que toute cette histoire est une escroquerie. Je n'ai rempli aucune déclaration de revenu depuis ma démission. Je n'ai pas rempli de déclaration d'impôts depuis 1999. L'impôt sur le revenu n'est rien moins que l'esclavage d'un pays tout entier.

 

Maintenant, le contrôle de l'économie et le vol perpétuel des richesses n'est qu'une facette du Rubik cube que les banquiers ont entre les mains.


Le prochain instrument du profit et du contrôle est: la guerre.


Depuis les origines de la Réserve Fédérale en 1913, un nombre de guerres de petite et grande ampleur commencèrent,


Parmi les 3 les plus connues :

La Première Guerre Mondiale,

la deuxième Guerre Mondiale

et le Vietnam.

 

 

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans L'esprit du temps
commenter cet article
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 11:15

http://3.bp.blogspot.com/_FQLsweS4QrI/SniLhclPQII/AAAAAAAADLA/J61_pEtAel8/s400/rassurer.jpg

Oui! Bien que cela puisse paraître paradoxal, certaines colères surgissent quand l'autre se sent humilié, peu respecté, non reconnu.

Il suffit alors de prononcer quelques paroles qui l'assurent de notre écoute, qui lui montrent à quel point nous prenons en compte sa personne et ses sentiments, et la crise s'apaise.

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Eviter les conflits
commenter cet article
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 23:27


Je suis là, partout, j'ai resserré les murs
J'ai imposé ma surveillance, caméra partout dans les rues
J'ai approfondi les frontières, un rempart pour le Tiers Monde
Un champs de tir pour les sans faf, histoire que les affaires montent
Je ne défends pas l'être humain, je défends les capitaux
J'instaure les règles du commerce en faveur des occidentaux
Je suis l'art de piller, en faisant croire qu'on ne vole rien
Au service de la croissance, tes droits de l'Homme, j'en rigole bien !
Je me cache derrière des idéologies pour que l'opinion soit d'accord
J'ai imposé la biométrie sur vos passeports
J'ai fabriqué la peur, pour que tout le monde soit sur écoute
Car moi je veux tout répertorier, moi je veux des chiffres et des codes barre
Je contrôle vos esprits par le biais des médias, vous êtes à ma merci
Les pieds embourbés dans l'inertie
Car vous vous croyez libre, mais formatés depuis l'école
Pour vous apprendre la hiérarchie, à toujours obéir aux ordres.
.
Je suis l'ordre mondial
L'ordre créé par les puissants,
Confréries, chefs de multinationale
Politiques économiques, je suis la conjoncture
Imposée à la planète, j'ai instauré ma dictature.
.
J'ai anéanti le pouvoir national, j'impose ma loi dans les pays
C'est le jeu de l'illusion que vous appelez "démocratie"
Car l'ordre vient de moi, certainement pas d'un peuple
Je vous façonne à mes choix dès que vous tombez dans la peur
je suis le produit des tyrans, la structure qui détruit
Au nom des valeurs marchandes, implantées jusqu'à vos esprits
Je pompe le sang du Tiers Monde, j'chope leur politique
Leur ordonne de nous vendre tous leurs services publics
Un peuple qui se lève ? Moi je lui couperai ses vivres
Pour mieux alimenter sa haine et l'emmener en guerre civile
Car y'a pas meilleur profit que le bizness de la mort
Destruction, reconstruction, investissement, marché des armes,
Pro-guerre, prospère je fais monter la sauce
Vous monte les uns contre les autres, pour mieux alimenter ma force
Car mon règne prend son ampleur dans toutes vos divisions
Libéralement capitaliste, au service de vos illusions.
.
Je suis l'ordre mondial
L'ordre créé par les puissants,
Confréries, chefs de multinationale
Politiques économiques, je suis la conjoncture
Imposée à la planète, j'ai instauré ma dictature.
.
Tout est profit, tout est marchandise telle est ma devise
J'ai inventé les classes pour que vous vous trompiez d'ennemi
Je vous ai donné des outils pour lutter contre moi
Des syndicats, quelques partis mais toujours cadrés par mes lois
Oui je détruis la Nature car ce qui m'importe, c'est la croissance
Votre planète, elle est devenue mon esclave
Je la nourris de déchets, la pollue jusqu'à la racine
Pendant que je me rassasie de nouvelles mesures assassines
J'empoisonne vos corps d'aliments trafiqués
Génétiquement modifiés car le mal ça fait du chiffre
J'ai déréglé le climat, déshumanisé les Hommes
Dénaturé le vital, flingué l'espoir en plein essor
J'ai réussi à vous faire croire que la Vie se résumait à consommer, consommer
Consommer pour mieux construire mon empire
Je suis capable du pire, pour vous faire croire en ce qu'il faut,
Si je contrôle vos esprits, c'est grâce à la culture du profit.
.
Je suis l'ordre mondial
L'ordre créé par les puissants,
Confréries, chefs de multinationale
Politiques économiques, je suis la conjoncture
Imposée à la planète, j'ai instauré ma dictature.

***********

UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE : ALTERMONDIALISATION

Un extrait du film de Keny Arkana sur la mondialisation, les privatisations à marche forcée, et la marchandisation générale. Un film qui montre à quel point les mêmes politiques sont appliquées dans tous les pays, causant partout les mêmes dégats avec la complicité des gouvernements.

I - MONDIALISATION NEOLIBERALE, dernière étape du capitalisme :

 

C'est une idéologie qui a été mise en place dans les années 60-70 qui consiste à écraser le monde ouvrier et à transformer les échanges pour qu'ils deviennent mondiaux. Il fallait privatiser pour que les biens publics deviennent de plus en plus des biens privés et ceci dans un cadre politique mondial.

 

Or il n'y a aucun libre échange au niveau culturel ni au niveau de la valeur humaine, cela reste du libre échange au niveau économique. Et les grands organismes de crédits : la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International poussent les pays du Sud à l'endettement. La mondialisation n'est que la préparation des assassinats des peuples !

 

La Banque Mondiale et le FMI ont une responsabilité dans la crise de la dette et dans le maintien de celle-ci. Sur le site de la Banque Mondiale, la première chose que l'on voit c'est « --uvrer pour un monde sans pauvreté ». Depuis sa création elle fait annuellement des bénéfices, même durant les années de crises la Banque Mondiale fait environ un milliard de dollars de bénéfices chaque année, et elle soutient des régimes dictatoriaux à l'heure actuelle.

 

PHILIPPINES :

 

Au début des années 80, de nombreuses politiques de libéralisation commerciale ont été appliquées en suivant les objectifs de l'Organisation Mondiale du Commerce (qui dicte les lois du marché international dans l'intérêt exclusif des multinationales occidentales) car auparavant les agences qui poussaient à la libéralisation du commerce étaient la Banque Mondiale et le FMI.

 

Ensuite, cette escalade a continué avec des politiques de privatisations. Au début, ces privatisations étaient motivées par une course au profit dirigée par le gouvernement, et ils ont vendu beaucoup de biens publics car ils ne pouvaient pas payer la dette. Et plus tard, les privatisations ont été menées par les sociétés privées qui ont pris le contrôle des services sociaux du pays.

 

MALI :

 

On a tué les agricultures vivrières au détriment des agricultures d'exportation en mettant l'accent sur la culture du cacao, de l'arachide, sur tous les produits destinés à ravitailler les industries européennes en refusant de considérer ce dont le peuple a besoin pour survivre.

 

Ces institutions : l'OMC, la Banque Mondiale, le FMI ne songent même pas à savoir comment survivent les populations. Ce qui les intéresse seulement c'est le côté financier, l'apport économique.

 

Les firmes en Occident étaient en quête ou même en manque de marchés pour écouler leurs produits. Et c'est à partir de ce moment que des firmes étrangères en particulier françaises (BOUYGUES, ELF…) se sont implantées dans toute l'Afrique en disant il y a la guerre, la famine et le soutien des dictateurs (Gabon, Burkina Faso, Togo…).

 

Tout doit devenir profit, tout doit devenir marchandise

 

ARGENTINE :

 

Après 12 ans de privatisation à Buenos Aires et à Santa Fé, après avoir suivi toutes les indications de la Banque Mondiale et du FMI, les organismes de crédits, après avoir appliqué textuellement toutes les recommandations, on peut en tirer aujourd'hui une conclusion très concrète qui ne vient pas d'une idéologie comme ils le prétendent mais qui vient des résultats concrets : les entreprises privées sont inefficaces, inadaptées, incompétentes et mauvaises gestionnaires !

 


II - CRIMINELLES PRIVATISATIONS :

 

La mondialisation c'est aussi celle du flux des finances qui travaillent 24 heures sur 24 entre Londres, New York, Tokyo, Frankfort, qui cherchent les profits les plus élevés. Et le secteur actuellement le plus rentable est l'immobilier, le logement. Donc, on cherche des endroits où l'on peut faire des profits facilement sans trop travailler.

 

INDE :

 

- Les choses basiques comme l'eau sont en train d'être privatisées. Un grand nombre de fermiers se suicident car ils n'ont plus accès à l'eau puisque maintenant celle-ci est payante.

 

- Il y a aussi les graines utilisées par les fermiers qui deviennent contrôlées. Ils devront acheter les graines pour l'agriculture aux multinationales américaines. Et s'ils utilisent leurs propres graines, celles qu'ils utilisent depuis des générations, ils seront arrêtés car c'est illégal.

 

- Il y a à peine 5 ans, les soins médicaux en Inde ne coutaient vraiment pas chers. Or maintenant avec la privatisation, c'est devenu aussi cher qu'en Europe. On développe le système des mutuelles mais les gens n'ont pas d'argent pour s'assurer…

 

PHILIPPINES :

 

En 1995, les Philippines furent le plus important projet de privatisation de l'eau réalisé par la Banque Mondiale en Asie. Le premier projet de privatisation concernait la métropole de Manille qui couvre plusieurs villes et villages comptant à l'époque 12 millions d'habitants. Au début, la Banque Mondiale présentait les Philippines comme le meilleur exemple des privatisations car juste après la privatisation les prix de l'eau ont baissé. Mais moins de cinq ans plus tard, les prix ont recommencé à augmenter et aujourd'hui après dix ans de privatisation le prix de l'eau est 4 à 5 fois plus élevé qu'avant la privatisation. Et l'une des pires formes de privatisation est le système d'eau pré-payée : c'est comme pour le téléphone portable vous devez acheter une carte d'un certain montant avant de pouvoir accéder à l'eau. Et s'il n'y a plus de crédit sur la carte, il n'y a plus d'eau !

 

MALI :

 

Tous les secteurs publics ont été bradés. On a d'abord estimé le patrimoine du chemin de fer malien à 113 milliards de francs CFA, mais le gouvernement malien l'a vendu à 7 milliards de francs CFA. Regardez l'écart ! Et on a mis à la porte près de 800 personnes. Le chômage déchire les familles. Et tous les villages le long des rails ont été privés de ressources parce que la société qui a repris le chemin de fer n'a repris seulement que le trafic de marchandises. Ils ont dit qu'ils n'assuraient pas le transport de personnes parce qu'il y a trop de risques, c'est peu rentable par rapport au trafic de marchandises. Et des milliers de villages se trouvent aujourd'hui enclavés. Ils ont des tonnes de mangues, de bananes qui pourrissent dans les villages là-bas. Il n'y a pas de routes pour les envoyer, seul le train était le moyen d'acheminement de ces produits sur le marché. Aujourd'hui, ils n'ont pas de solution, l'Etat ne s'en préoccupe car il y a une pression de la Banque Mondiale et du FMI pour privatiser.

 

Les capitaux n'ont pas de frontières. Et partout où ils vont, ils font des victimes. Et c'est le même type de dégâts qu'ils causent : dégâts écologiques, sociaux, économiques, politiques parce qu'avec leur puissance ils arrivent à effacer la politique des nations.

 

ARGENTINE :

 

Ce modèle a pu être mis en place parce que les partis politiques majoritaires sont absolument complices de ce système. Ils savaient que cela augmenterait la dette, que cela ferait augmenter les prix, qu'ils allaient virer du personnel et fournir un système de qualité inférieure, et ils l'ont quand même appliqué !

 

Ce n'est que ça le capitalisme : du profit, on se fout de la qualité humaine.

 

NIGER :

 

Il y a des impôts que paye la communauté. Mais en plus de cela, si on veut franchir le seuil d'un dispensaire même en cas d'urgence il faut payer quelque chose juste pour accéder aux centres de santé. Le dispensaire du village devient une affaire privée mais on ne sait pas qui est le privé qui la tient Alors on s'en fiche de votre état, il faut d'abord payer pour accéder au dispensaire afin que vous puissiez être soigné par la suite. Ça c'est le problème des privatisations progressives !

 

III - MANIPULATION :

 

La puissance de cette représentation du néolibéralisme dans certains pays est basée sur une médiatisation. Donc on communique fortement sur notre politique mais ce sont des mensonges.

 

INDE :

 

Beaucoup de gens ne savent pas lire, ils n'ont accès à aucun média à part la télévision. Tout le monde regarde CNN. Et qu'est-ce qu'ils voient ? L'information donnée est celle que le gouvernement américain veut que l'on voie.

 

MALI :

 

La télévision ne sert qu'à nous embobiner, qu'à nous envoyer des missiles dans notre subconscient. La jeunesse est très fragile. On est porté que vers la Starmania, la musique. Tout ce qui conscientise le peuple est relégué en arrière plan. Le peuple est destiné à être un peuple de consommation de produits.

 

FRANCE :

 

Les jeunes grandissent aujourd'hui avec 3 heures et demie de télé en moyenne dans la tête. On leur vend du désir et on leur propose un modèle dont ils ne seront jamais acteurs et seulement victimes, c'est-à-dire que lorsqu'ils vont consommer, ils ne vont pas avoir conscience qu'on fabrique leurs propres prisons et ceux de leurs frères ailleurs. Le drame c'est que la mondialisation et la notion du profit s'imprègne dans la tête des jeunes. La nouvelle colonisation est dans la tête : « C'est quand ils nous voient tous nous bagarrer pour acheter leurs merdes. »

 

ARGENTINE :

 

Le système veut nous arnaquer, nous voiler les yeux pour que nous croyions en lui. Le système veut nous assassiner subtilement en nous vendant une vie confortable, une voiture, une maison, une femme en nous disant que tout ceci est la vérité et que nous sommes nés avec cette nature.

 

MALI :

 

Cette forme de mondialisation n'est qu'un moyen de maintenir le peuple dans un état d'exploitation, de consommation, de soumission et d'anéantissement. Or il faudrait une autre alternative

 

IV - REVOLUTION :

 

Comment voulez-vous que les populations se soulèvent contre les politiques qui sont imposées par le FMI ou la Banque Mondiale alors qu'elles croient encore au Nord comme au Sud que ces organismes --uvrent à l'amélioration de la pauvreté ?

 

Pourquoi y a-t-il eu un changement progressif en Amérique latine et en Asie ? C'est à chaque fois parce que les populations locales ont eu un esprit civique qui s'est éveillé, et c'est aussi le résultat d'un travail de longue haleine des mouvements sociaux.

 

Nous, les humanistes, travaillons partout dans le monde pour la libération et l'évolution de l'être humain.

Nous, les humanistes, luttons pour une révolution totale, sociale et spirituelle car une véritable transformation sociale sera possible uniquement si elle est accompagnée d'une profonde rénovation interne.

 

Nous, les humanistes, connectons notre vie personnelle avec la vie sociale. Nous croyons en une transformation personnelle et sociale simultanée.

 

Personne ne va venir faire la révolution à notre place, la révolution se trouve en nous-mêmes.

 

Il y a beaucoup de résistance radicale dans la production d'informations, de faits, de documentaires, de radios

 

PHILIPPINES :

 

Il y a un mouvement populaire et social très fort. Il existe une combinaison de plusieurs actions : mobilisation dans les communautés, grève des transports, grève des travailleurs et des actions paralysantes qui bloquent les activités régulières. On utilise aussi les radios locales avec des programmes qui expliquent ces questions aux gens.

 

Il y a aussi dans cette expérience le rôle très important joué par les étudiants. Il y a eu un très fort mouvement étudiant dans les années 60-70-80. Entre 90 et 2000 cela a un peu décliné, mais historiquement la base de l'éducation politique du peuple a été réalisée par ces mouvements étudiants. Maintenant, ils ne sont plus assez nombreux, donc c'est une préoccupation pour de nombreux mouvements et organisations. Comment réactiver le mouvement étudiant car c'est très important pour le processus politique du pays.

 

Il faut être plus politique dans la compréhension et dans l'approche de ces problèmes et de la lutte. Et on doit comprendre qu'il faut d'abord un changement politique pour qu'il puisse y avoir de grands changements économiques.

 

Ce qui est très important dans tout ce travail, c'est d'être capable d'expliquer en quoi ces problèmes sont en relation avec ce que vivent les communautés. Il faut parler de la dette, expliquer pourquoi il n'y a plus d'eau, et pourquoi le gouvernement ne peut plus payer ce service.

 

Bien sur il y a beaucoup de groupes politiques et de mouvements sociaux différents donc une chose importante est la coordination entre eux. Ainsi, une des activités est d'organiser des meetings de coalition pour que les différents groupes puissent coordonner leurs plans et leurs actions.


INDE :

 

Il y a de la censure, mais il y a aussi un mouvement anti-censure qui est très fort.

 

Par exemple : Nike a des usines ici où ils fabriquent leurs chaussures, et les Indiens les achètent, ça c'est la globalisation. Mais il y a aussi beaucoup de petites fabriques chez les gens, dans leurs maisons, ils montent de petits ateliers et fabriquent leurs propres Nike et les vendent. Ce n'est pas une grande résistance, mais imaginez-vous que des milliers d'Indiens en vivent. D'accord ça n'est pas très bien de faire ça, mais c'est une question de survie, et la globalisation n'est pas vraiment un modèle en ce qui concerne la morale !

 

Les gens reprennent le contrôle des rivières car elles ont été privatisées. Ils volent l'eau la nuit ! Et où est le problème : ça leur appartient et ils volent les multinationales américaines.

 

FRANCE :

 

En dehors des partis politiques, les Citoyens qui sont conscients de cette exploitation de la main mise de l'impérialisme, s'assemblent et agissent à travers différents mouvements. Et c'est dans ce sens là que ces mouvements-citoyens vont avoir tendance à suppléer l'espèce de carence des partis politiques et des syndicats.

 

Il y a beaucoup de gens qui parlent contre la politique de Bush, et même qui crient « Bush terroriste » mais dans la main droite ils ont un coca-cola, ils ont des Marlboro, des Nike donc ils donnent leur argent aux multinationales des Etats-Unis qu'ils combattent. Ce n'est pas conséquent, on pourrait même dire que ce n'est pas intelligent.

 

ARGENTINE :

 

Il ne faut pas avoir peur du système. Nous sommes plus forts qu'eux tous, en vérité le système vit de nous, et si nous disparaissons, le système n'est plus rien. Le système est une construction illusoire et c'est nous qui lui donnons de l'importance.

 

Travaillons main dans la main pour la révolution avec l'ouvrier, le pêcheur, l'agriculteur, l'étudiant, la femme au foyer, l'enfant, l'ancien, le prolétaire, dans les villes, les quartiers et les campagnes.

 

BRESIL :

 

Des gens font partie d'un mouvement de lutte pour le logement. Ils entrent dans les bâtiments vides car aujourd'hui dans le centre de Porto Alegre il y a une quarantaine d'immeubles abandonnés dont certains appartiennent à l'Etat ou à la ville. Avec tant de personnes sans logement, il faut défendre cet acte d'occupation. Et ils essayent de négocier avec des responsables, des dirigeants, des gouverneurs pour que cet immeuble qui est abandonné depuis longtemps ait une fonction sociale pour le logement.

 

ARGENTINE :

 

« Nous les piqueteros argentins avons commencé à bloquer les routes car c'est par là que transite la majeure partie des capitaux transnationaux. Avec cette globalisation mondiale, les usines ont cessé d'exister au profit des transnationales protégées par l'Etat. Nous avons occupé les usines, les travailleurs se sont organisés et nous avons vu que les blocages étaient la meilleure méthode de lutte. En général, les médias sont contre les piqueteros. Nous savons qu'ils sont à la solde de l'Etat et des entreprises. Et c'est pourquoi la classe moyenne ici est plutôt contre nous. Je crois que l'essentiel est l'unité du « camp populaire », l'unité de tous les secteurs en lutte. Nous revendiquons la solidarité avec les peuples qui sont aussi en lutte. Nous croyons que ce système n'a de réponse pour aucun pays et que cela ne concerne pas que les pays du Tiers monde. Les crises qu'il y a eu en Europe sont aussi le reflet de cette mondialisation. »

 

FRANCE :

 

Le système capitaliste, mondialiste est tellement inhumain que finalement on ne peut pas vivre, donc on se révolte. Il y a une espèce de révolution à faire dans la conscience politique. Et l'habileté du capitalisme a été de tenter de donner le plus possible à la conscience politique.

 

Les Citoyens de leur côté prennent les choses en main, quartier par quartier, thématique par thématique. Cela est très important, les cellules qui agissent dans un certain domaine en rapport avec d'autres, et tout ça d'un point de vue général de l'émancipation de l'homme et de la femme.

 

Regardez une seconde quand est-ce que ça marche ? Ça avance quand on est ensemble.

 

MALI :

 

« On devrait tous être animé par l'esprit d'accomplir notre devoir, après nous revendiquerons notre droit. Mais Babylone refuse qu'on ait conscience de notre devoir. Et comment accomplir nos devoirs ? Un jeune de 15-17 ans n'a pas conscience aujourd'hui qu'il doit s'imprégner des réalités économiques de son pays, qu'il doit savoir comment se porte le marché de l'emploi, qu'il doit savoir comment se fait la prise d'un budget, qu'il doit savoir quel est le fonctionnement d'une Assemblée nationale, qu'il doit savoir ce qu'est l'impôt, comment se fait la privatisation, qu'est-ce qu'est la politique, mais tout ce qui l'intéresse c'est la musique, la vie de telle star, et c'est ce que les dirigeants veulent que nous soyons.

 

Nous avons besoin d'une révolution mentale. Comment opérer la révolution mentale ? Nous devons avoir confiance aux peuples, chercher à comprendre comment le mécanisme du système marche, l'expliquer aux gens.

 

La conscientisation doit être au point que nous devons tous s'auto-éduquer, s'auto-instruire, et de renforcer l'objectif de résister sans tomber à la tentation, de ne pas penser qu'à soi seul, et de ne pas se chercher un petit trou de passage et laisser les Frères derrière. C'est la seule solution. Qu'on se dise qu'on n'est rien sans les autres. »

 

Il faut réagir de toutes les manières dont on dispose, avec nos moyens.

La voix de l'humanité

 




Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Comment va le monde
commenter cet article
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 11:58

http://ultraliberalisme.online.fr/Images/TA_SubitoPrive.gifDe 1921 à 1929 la Fed augmente à nouveau le stock d'argent générant une fois de plus des emprunts colossaux de la part des populations et des banques. Il y eut aussi un type de prêt assez nouveau appelé le prêt avec intérêt dans le marché boursier. Très simplement, le prêt avec intérêt permettait à l'investisseur de payer seulement 10% du prix de l'action et les 90% restants étaient prêtés par le courtier. Autrement dit, une personne pouvait détenir une action à 1000$, avec un apport de seulement 100$. Cette méthode était très populaire dans les années 1920 tandis que tout le monde semblait gagner de l'argent en bourse. Cependant, il y avait un piège dans cet emprunt. A tout moment il était possible d'exiger le paiement dans les 24 heures. Cela s'appelle "une marge d'appel", et la conséquence directe d'une marge d'appel se traduit par la vente des actions achetées avec l'emprunt.

 

Ainsi, quelques mois avant Octobre 1929, J.D.Rockefeller, Bernard Baruch et d'autres initiés se retirèrent discrètement du marché boursier. Et à partir du 24 octobre 1929 à New York les financiers qui ont fourni les prêts avec marge ont commencé à demander le remboursement de manière massive. Ceci entraîna instantanément la vente massive des actions sur les marchés boursiers pour quiconque devait rembourser son prêt marginal. Ensuite une crise bancaire massive se déclenche pour les mêmes raisons, provoquant à son tour la faillite de 16000 banques permettant aux banquiers internationaux manipulateurs de non seulement racheter les banques rivales à bas prix mais aussi de racheter  des sociétés entières pour quelques centimes de dollar.

 

Ce fut le plus grand braquage de toute l'histoire de l'Amérique. Mais il ne s'arrête pas là. Plutôt que d'augmenter la masse monétaire qui fut récupérée à partir de la crise économique la Fed la contrôlait, et alimenta une des plus grosses dépressions de l'Histoire. Encore une fois révolté, le député Louis McFadden, un opposant de longue date aux cartels bancaires initia une procédure de destitution à l'encontre de la Direction de la Réserve Fédérale. Il disait à propos du crack boursier et de la dépression :

 

"CE FUT UN EVENEMENT MINUTIEUSEMENT PREPARE. LES BANQUIERS INTERNATIONAUX ONT CREE UNE SITUATION DE DETRESSE, DONT ILS RESORTIRAIENT LES MAITRES DU MONDE ENTIER."

 

Pas étonnant qu'après 2 tentatives d'assassinat, Mc Fadden fut empoisonné dans un banquet avant qu'il n'ait pu engager la procédure de destitution. Maintenant qu'ils avaient réduit la société à la misère, les banquiers de la Réserve Fédérale prirent la décision de supprimer l'étalon-or. Pour ce faire, ils devaient acquérir le reste de l'or en circulation. Prétextant "d'aider à mettre fin à la crise", une saisie de l'or fut organisée en 1933. Sous peine d'emprisonnement de 10 ans il fut exigé à tout citoyen américain de remettre ses lingots d'or au Trésor Public, ils parvinrent ainsi à déposséder la population du peu de richesses qui leur restait. Et à la fin de l'année 1933 le standard de l'or fut aboli. Si l'on observe un billet de 1 dollar avant 1933 il est écrit valeur équivalente en or.

 

Prenons un dollar d'aujourd'hui, il est écrit qu'il a une valeur légale ce qui signifie qu'il n'est fondé sur absolument rien. Ça vaut un morceau de papier. L'unique chose qui donne de la valeur à notre monnaie c'est la quantité mise en circulation. Désormais, le pouvoir de réguler la masse monétaire est aussi celui de réguler sa valeur c'est aussi le pouvoir de mettre des économies et des sociétés entières à genoux. "Donnez-moi le contrôle de la masse monétaire, et je me fiche de qui fait les lois."

 

MAYER AMSCHEL ROTHSCHILD, FONDATEUR DE LA DYNASTIE DES BANQUES ROTHSCHILD

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans L'esprit du temps
commenter cet article
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 11:51

http://www.valvert.net/wp-content/uploads/2008/02/affiche-emotion.jpg







Cela nous permet de laisser de côté, dans la discussion, les jugements, les opinions, les affects...

En collant ainsi du concret, à la situation elle-même, aux faits, on évite de se laisser emporter par le discours émotionnel qui, la plupart du temps, accompagne les conflits.
Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Eviter les conflits
commenter cet article
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 08:35

Au début du 20 ème siècle les USA avaient déjà implanté et éliminé quelques systèmes bancaires, qui étaient établis à la manière d'une escroquerie par les intérêts bancaires impitoyables. A cette époque les familles dominantes dans le milieu bancaire et des affaires mondiales étaient :

 

J.D. ROCKEFELLER

J.P MORGAN

PAUL WARBURG

BARON ROTSCHILD

 

http://www.choix-realite.org/doc/images/z3.jpg

 

Et au début des années 1900 ils ont cherché encore une fois à pousser la législation à créer une autre banque centrale. Cependant, ils savaient que le Gouvernement et le public étaient très méfiants à l'égard de cette institution. Alors il leur fallait créer un événement qui touche l'opinion publique. Ainsi J.P.Morgan, bien connu du public comme étant un expert financier visionnaire à cette époque, s'est servi de son influence massive en publiant des rumeurs à propos d'une banque importante de New York qui n'était pas solvable ou avait fait faillite. Morgan savait que cela provoquerait l'hystérie collective et affecterait d'autres banques également. Ce fut le cas. Par crainte de perdre leurs dépôts, les gens se précipitèrent en masse pour retirer leur argent. Par conséquent, les banques furent forcées à demander le paiement des emprunts obligeant leurs prestataires à vendre leurs propriétés. C'est ainsi qu'émergea une spirale de faillites, de reprises de possessions et de tourmentes. En rassemblant les pièces du puzzle quelques années plus tard, dans "Life Magazine" Fredrik Allen écrivit :

 

"LES INTERETS DES MORGAN  ONT PROFITE POUR PROVOQUER LA PANIQUE (DE 1907) EN LA CONTROLANT ASTUCIEUSEMENT DANS SA PROGRESSION"

 

N'ayant pas conscience de cette escroquerie, la panique de 1907 mena à une enquête du Congrès dirigée par le Sénateur Nelson Aldrich, ce dernier avait des liens privilégiés avec les cartels bancaires il devint plus tard membre de la famille Rockefeller maritalement. La commission dirigée par Aldrich préconisa l'implantation d'une banque centrale afin d'empêcher qu'une panique comme celle de 1907 ne se reproduise. Ce fut l'étincelle dont les banquiers internationaux avaient besoin pour mettre en œuvre leur plan. En 1910, une réunion secrète eut lieu dans la propriété de J.P. Morgan sur l'île de Jekyll au large des côtes de l'état de Georgie. C'est là que fut rédigée la loi de la banque centrale appelée le Federal Reserve Act. Cette législation fut écrite par des banquiers, pas par des législateurs. Cette réunion fut tellement secrète, et cachée à la connaissance du Gouvernement et de la population que les 10 personnes environ qui y assistèrent dissimulèrent leur identité en partant de l'île. Suite à la rédaction de ce projet de loi, il fut remit entre les mains de leur représentant politique, le Sénateur Nelson Aldrich, pour qu'il l'introduise au Congrès. Et en 1913, fort du soutien des banquiers, Woodrow Wilson devint président, acceptant au préalable la signature du Federal Reserve Act en échange du soutien de sa candidature. Deux jours avant Noël, tandis que la plupart du Congrès est à la maison, avec leur famille le Federal Reserve Act fut voté et Wilson à son tour adopta cette loi.

 

Des années plus tard Woodrown Wilson écrivit avec regret :

 

"Notre grande nation industrielle est contrôlée par leur système de crédit. Notre système de crédit est privatisé, c'est pourquoi la croissance du pays ainsi que toutes nos activités sont entre les mains d'une poignée d'hommes qui si nécessaire, pour des raisons qui leur incombent, peuvent geler, vérifier et détruire l'authenticité de la liberté économique. Nous somme devenus un des plus mal gouvernés, des plus contrôlés et des plus soumis des gouvernements dans le monde civilisé. Il ne s'agit plus d'un Gouvernement libre d'opinion ni d'un Gouvernement de conviction élu à la majorité mais d'un Gouvernement soumis à la volonté et à la fermeté d'un petit groupe d'hommes dominants. Le député Louis Mc Fadden révéla également la vérité suite à l'adoption du projet de loi :

 

"UN SYSTEME BANCAIRE MONDIAL EST EN TRAIN DE METTRE EN PLACE UN SUPER ETAT CONTROLE PAR DES BANQUIERS INTERNATIONAUX... TRAVAILLANT ENSEMBLE A L'ASSERVISSEMENT DU MONDE POUR LEUR PROPRE PLAISIR LA FED A USURPE LE GOUVERNEMENT."

 

Il a été dit à la population que Le Système de la Réserve Fédérale était gage de stabilité économique et que l'inflation et les crises économiques appartenaient au passé. Comme l'histoire nous le montre, on n'a jamais été aussi loin de la vérité. Le fait est, les banquiers internationaux disposaient désormais d'un dispositif rationnel pour étendre leurs ambitions personnelles. "Il est en vie, il vit"

 

Par exemple, de 1914 à 1919 la Fed augmente la masse monétaire de près de 100% (1914-1919 MASSE MONETAIRE DOUBLEE) se traduisant par des prêts considérables aux petites banques et au public. Puis en 1920, la Fed empoche de gros pourcentages sur cette masse monétaire exceptionnelle.


Ce qui encourage les petites banques à emprunter massivement exactement comme en 1907, on assiste à des crises bancaires, des banqueroutes et des faillites. Plus de 5400 banques concurrentes hors du Système de la Réserve Fédérale s'écroulent consolidant d'autant plus le monopole de ce petit groupe de banquiers internationaux. Au courant de ce crime, le Député Lindbergh s'approcha et déclara en 1921 :

 

"SOUS L'AUTORITE DU FEDERAL RESERVE ACT, LES PEURS SONT SCIENTIQUEMENT CREEES. LA PANIQUE ACTUELLE EST LA PREMIERE SCIENTIFIQUEMENT CREEE ELABOREE COMME UNE VERITABLE EQUATION MATHEMATIQUE."

 

 Cependant, la panique de 1920 n'était qu'un aperçu.

 

 

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans L'esprit du temps
commenter cet article
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 08:24

http://www.id2sorties.com/id2photos/2310701330chiass.jpg

Même s'il est difficile de résister à ce défoulement lors d'un conflit, rien n'est plus maladroit et destructeur. Certaines personnes sont agressives par manque de confiance en elles, et pointer leur faiblesse ne les rendra que plus malveillantes.
Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Eviter les conflits
commenter cet article

Présentation

Rechercher