Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 15:18

 

http://dfizeitungjournalinterparlementaire.files.wordpress.com/2007/05/journaux.jpg

À propos d'une citation de John Swinton,  ancien rédacteur en chef du New York Times, lors d’un banquet, le 25 septembre 1880.

 

À New York, lors d’un banquet, le 25 septembre 1880, le célèbre journaliste John Swinton se fâche quand on propose de boire un toast à la liberté de la presse :

 

« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi.


Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées.


On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico.


Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent.


Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect.


Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »


(Cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer and Herbert M. Morais, NY, 1955/1979.)

 

 

 

En apparté: La fréquentation de mon blog est monté en flèche. 110 personnes sont venus lire cet article


Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Comment va le monde
commenter cet article
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 10:27

 


On se persuade souvent soi-même que la vie sera meilleure après s'être marié, après avoir eu un enfant, et ensuite, après en avoir eu un autre...

Plus tard, on se sent frustré, parce que nos enfants ne sont pas encore assez grands et on pense que l'on sera mieux quand ils le seront.

On est alors convaincu que l'on sera plus heureux quand ils auront passé cette étape.
On se dit que notre vie sera complète quand les choses iront mieux pour notre conjoint, quand on possédera une plus belle voiture ou une plus grande maison, quand on pourra aller en vacances, quand on sera à la retraite...

La vérité est qu'il n'y a pas de meilleur moment pour être heureux que le moment présent.




Si ce n'est pas maintenant, quand serait-ce?





La vie sera toujours pleine de défis à atteindre et de projets à terminer.

Il est préférable de l'admettre et de décider d'être heureux maintenant qu'il est encore temps.

Pendant longtemps, j'ai pensé que ma vie allait enfin commencer, ' La Vraie Vie! 'Mais il y avait toujours un obstacle sur le chemin, un problème qu'il fallait résoudre en premier, un thème non terminé, un temps à passer, une dette à payer. Et alors la vie allait commencer ! !

Jusqu'à ce que je me rende compte que ces obstacles étaient justement La vie.

Cette perspective m'a aidé à comprendre qu'il n'y a pas un chemin qui mène au bonheur.
Le bonheur est le chemin.

Alors, il faut arrêter d'attendre de terminer ses études, d'augmenter son salaire, de se marier, d'avoir des enfants, que ses enfants partent de la maison ou, simplement, le vendredi soir, le dimanche matin, le printemps, l'été, l'automne ou l'hiver, pour décider qu'il n'y a pas de meilleur moment que maintenant pour être heureux.



LE BONHEUR EST UNE TRAJECTOIRE ET NON PAS UNE DESTINATION !


Il n'en faut pas beaucoup pour être heureux.
Il suffit juste d'apprécier chaque petit moment et de le sacrer
comme l'un des meilleurs moments de sa vie.



Source inconnue


Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Réflexion
commenter cet article
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 12:07

 

http://www.archiefsolidair.org/images/solidair2005/sol1505/Cartoon_matiz_riches_web.jpg

Rendons grâce aux pauvres de tous les pays pour tout leurs bienfaits !

Gloire aux pauvres au plus haut des cieux et au plus bas de l’échelle sociale.

Merci les pauvres d’accepter des conditions de vie déplorables qui nous permettent de nager sans partage dans le luxe et le gaspillage.


Rendons grâce aux pauvres pour le caviar quotidien qu’ils versent dans nos mains implorantes.


Merci les pauvres pour tous les travaux pénibles que vous exécutez à bas prix pour améliorer le confort de nos familles.


Merci les pauvres d’être incapables de s’unir pour changer le monde.


Merci les pauvres de soutenir sans trop de réserves le système qui vous exploite.

Merci les pauvres de laisser ceux qui savent diriger le monde pour le bien des riches.


Rendons grâce aux pauvres de voter pour les candidats que nous avons choisis pour eux.


Merci les pauvres d’assurer à vos frais la compétitivité de nos entreprises.


Merci les pauvres d’être aussi égoïstes et avides que nous.


Gloire aux pauvres qui s’en prennent à plus pauvres qu’eux au lieu de refaire le monde.


Merci les pauvres pour toutes nos richesses.


Merci les pauvres d’adorer le maigre travail qui nous nourrit grassement.


Merci les pauvres de vous reproduire sans cesse pour alimenter notre puissance.


Merci les pauvres de mourir à notre place dans les guerres que nous fomentons pour notre gloire.


Merci les pauvres d’acheter sans compter les produits bas de gamme que vous fabriquez pour notre plus grand profit.


Merci les pauvres pour votre pauvreté qui rachète les péchés que nous avons la triste charge de commettre à votre place.


Merci les pauvres qui nous donnent généreusement la joie d’exercer la charité à bon compte et sans changer en rien l’ordre social qui nous est si favorable.


Merci les pauvres de nous laisser les beaux quartiers des centres ville pour aller vivre dans des banlieues sordides loin de tout.


Merci les pauvres de boire si avidement les bonnes paroles que nous déversons dans nos médias pour vous endormir.


Merci les pauvres qui savez sagement vous contenter du spectacle des richesses que nous étalons pour vous dans vos télévisions.


Heureux les pauvres qui trouvez votre bonheur dans un minuscule appartement loué à prix d’or dans un de nos immeubles.


Merci les pauvres de mourir plus jeunes que nous dans des conditions misérables après avoir financé nos retraites dorées dans des résidences de luxe au soleil.


Merci les pauvres de vous coltiner les maladies professionnelles dues à notre volonté d’augmenter toujours nos profits dans un marché concurrentiel.


Gloire aux pauvres qui trouvent une consolation spirituelle chez nos amies les Eglises au lieu de se tourner vers le Dieu de la Justice.


Paix à tous les pauvres de bonne volonté qui ont pour seule légitime ambition de gagner un peu plus d’argent que leurs parents.


Merci les pauvres de vous sacrifier pour les pseudo-révolutions contre les aristocraties et autres tyrans que nous retournons ensuite toujours à notre profit exclusif.


Merci les pauvres délinquants et voleurs qui essaient de faire aussi bien que nous malgré les faibles moyens dont vous disposez.


Merci les pauvres de réclamer les systèmes de surveillance et de répression qui permettent de vous contrôler efficacement.


Merci les pauvres qui souhaitent par dessus tout devenir riches.


Merci les pauvres


Merci


Du plus profond de notre cœur : merci.
Et encore merci, mille fois merci.

 

http://accel10.mettre-put-idata.over-blog.com/1/18/15/06/photos-3/escroquerie-mon-taire-riches-pauvres.jpg



http://accel21.mettre-put-idata.over-blog.com/247x299/2/22/55/88//dictature.jpg.w300h363.jpegCe texte est un extrait du discours proclamé par le représentant du CURETON (Cercle Uni des Riches Exploiteurs de TOutes les Nations) lors de l’inauguration d’une statue en marbre dédiée à la gloire des pauvres. Cette sculpture monumentale représente un radieux groupe de pauvres en haillons portant un riche bien gras, la mention « Merci les pauvres » est gravée en lettre d’or sur le socle.
Cette magnifique sculpture de dix mètres de haut a été offerte par le CURETON, association sans but lucratif financée par un prélèvement non-facultatif sur les salaires des employés des entreprises membres. Merci à eux, et surtout, merci les pauvres !


Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Le genre humain
commenter cet article
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 01:09

 

D'ici à la mi‐juin, la France aura importé d'Espagne plus de 83 000 tonnes de fraises. Enfin, si on peut appeler «fraises» ces gros trucs rouges, encore verts près de la queue car cueillis avant d'être mûrs, et ressemblant à des tomates. Avec d'ailleurs à peu près le goût des tomates...

Si le seul problème posé par ces fruits était leur fadeur, après tout, seuls les consommateurs piégés pourraient se plaindre d'avoir acheté un produit qui se brade actuellement entre deux et trois euros le kilo sur les marchés et dans les grandes surfaces, après avoir parcouru 1 500 km en camion. À dix tonnes en moyenne par véhicule, ils sont 16000 par an à faire un parcours valant son pesant de fraises en CO2 et autres gaz d'échappement. Car la quasi‐totalité de ces fruits poussent dans le sud de l'Andalousie, sur les limites du parc national de Doñana, près du delta du Guadalquivir, l'une des plus fabuleuses réserves d'oiseaux migrateurs et nicheurs d'Europe.

Il aura fallu qu'une équipe d'enquêteurs du WWF‐France s'intéresse à la marée montante de cette fraise hors saison pour que soit révélée l'aberration écologique de cette production qui étouffe la fraise française (dont une partie, d'ailleurs, ne pousse pas dans de meilleures conditions écologiques). Ce qu'ont découvert les envoyés spéciaux du WWF, et que confirment les écologistes espagnols, illustre la mondialisation bon marché.
Cette agriculture couvre près de six mille hectares, dont une bonne centaine empiète
déjà en toute illégalité (tolérée) sur le parc national. Officiellement, 60% de ces cultures seulement sont autorisées; les autres sont des extensions «sauvages» sur lesquelles le pouvoir régional ferme les yeux en dépit des protestations des écologistes.

Les fraisiers destinés à cette production, bien qu'il s'agisse d'une plante vivace productive plusieurs années, sont détruits chaque année. Pour donner des fraises hors saison, les plants produits in vitro sont placés en plein été dans des frigos qui simulent l'hiver, pour avancer leur production. À l'automne, la terre sableuse est nettoyée et stérilisée, et la microfaune détruite avec du bromure de méthyl et de la chloropicrine. Le premier est un poison violent interdit par le protocole de Montréal sur les gaz attaquant la couche d'ozone, signé en 1987 (dernier délai en 2005); le second, composé de chlore et d'ammoniaque, est aussi un poison dangereux: il bloque les alvéoles pulmonaires.

Qui s'en soucie? La plupart des producteurs de fraises andalouses emploient une maind'oeuvre marocaine, des saisonniers ou des sans‐papiers sous‐payés et logés dans des conditions précaires, qui se réchauffent le soir en brûlant les résidus des serres en plastique recouvrant les fraisiers au coeur de l'hiver.

Un écologiste de la région raconte l'explosion de maladies pulmonaires et d'affections de la peau.

Les plants poussent sur un plastique noir et reçoivent une irrigation qui transporte des engrais, des pesticides et des fongicides. Les cultures sont alimentées en eau par des forages dont la moitié ont été installés de façon illégale. Ce qui transforme en savane sèche une partie de cette région d'Andalousie, entraîne l'exode des oiseaux migrateurs et la disparition des derniers lynx pardel, petits carnivores dont il ne reste plus qu'une trentaine dans la région, leur seule nourriture, les lapins, étant en voie de disparition. Comme la forêt, dont 2 000 hectares ont été rasés pour faire place aux fraisiers.

La saison est terminée au début du mois de juin. Les cinq mille tonnes de plastique sont soit emportées par le vent, soit enfouies n'importe où, soit brûlées sur place. Et les ouvriers agricoles sont priés de retourner chez eux ou de s'exiler ailleurs en Espagne. Remarquez: ils ont le droit de se faire soigner à leurs frais au cas ou les produits nocifs qu'ils ont respiré.

...La production et l'exportation de la fraise espagnole l'essentiel étant vendu dès avant la fin de l'hiver et jusqu'en avril, représente ce qu'il y a de moins durable comme agriculture, et bouleverse ce qui demeure dans l'esprit du public comme notion de saison. Quand la région sera ravagée et la production trop onéreuse, elle sera transférée au Maroc, où les industriels espagnols de la fraise commencent à s'installer. Avant de venir de Chine, d'où sont déjà importées des pommes encore plus traitées que les pommes françaises...

PAR Claude‐Marie Vadrot

Politis jeudi 12 avril 2007

NB N'hésitez pas à faire connaître ceci à vos amies et amis...


Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Respect en toute chose
commenter cet article
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 10:12

 

 

Parce qu'on est con!

Parce qu'on est con!

Il m'est venu une réflexion
Ou devrais-je plutôt dire une suggestion
J'ai retourné maintes fois la question
J'en suis à la conclusion qu'on est tous des cons

On est con dès le matin au réveil
On traumatise notre corps qui a encore sommeil
Pour aller en cours, ou au TAF
Ce qui pour la plupart nous fait chier
Et ramène pas FAF
Pas de FAF, pas de thunes, pas de roue de la fortune
Notre connerie en compagnon d'infortune
On est jaloux dès qu'un mec se fait des thunes
Mais on a la flemme de faire des études
Ca vit dans le nord et ça rêve du sud
Ca veut baiser tout en restant prude
On vote pour des gens qui nous promettent la lune
Alors qu'on sait très bien qu'ils nous piquent nos thunes

[Refrain]
La guerre c'est l'enfer, la paix le paradis
Et nous les hommes on choisit la guerre
Parce qu'on est con
On sait qu'on y passera en polluant l'atmosphère
Donc du coup on pollue l'atmosphère
Parce qu'on est con
On gaspille des tonnes de bouffe tous les jours
Sachant que la moitié du monde crève la dalle
Parce qu'on est con
On sait très bien que c'est mieux de faire le bien
Mais on est attiré par le mal

On est des cons car on confond tout
On a tous deux petites voix qui parlent au fond du nous
La voix du con ou la voix de la raison
Mais vu qu'on est des cons, on écoute la voix du con
La voix de la raison on l'écoute jamais
Au contraire on lui demande son avis en dernier
Des fois elle nous dit : "huum, fais pas ça"
Mais nous on le fait quand même, comme ça on a plein d'emmerdes
Tous les trucs à la Tourte.org qu'on fait quand même
Peur du cancer mais tu fumes quand même
T'as plus de fric, t'achètes des fringues quand même
T'aimes ta femme mais tu la trompes quand même
On est con à tort, à travers
Con à l'endroit, con à l'envers
Con en été, con en hiver
Con dans le futur, au moins aussi con qu'hier

[Refrain]

Pour stopper la faim dans le monde, on trouve pas un dollar
Mais pour la crise on trouve des milliards
Parce qu'on est con
Quand on va faire des courses, on rachète des sachets
Alors qu'on en a encore plein dans le placard
Parce qu'on est con
On se fait chopper au lit en flagrant délit avec une autre
Et nous on dit : "Chéri c'est pas ce que tu crois"
Parce qu'on est con
Parfois on prend le risque de baiser sans capote
Alors qu'on peut chopper n'importe quoi
Parce qu'on est con
On est des cons mais c'est pas notre faute
C'est tout l'univers qui est con comme un phoque
Le bigbang, les étoiles, la galaxie, bla bla bla
Pourquoi y a tout ça? on ne sait pas!
Les astrophysiciens cherchent la solution
Moi je l'ai : "X = tout est con"
Elle est pas plus belle, elle est con la vie
D'ailleurs on ne sait même pas ce que l'homme fout ici
Déjà tu nais, alors que tu n'as rien demandé
Dès que tu es en vie, tu as l'angoisse de crever
Et le pire tu veux que je te l'annonce ?
Tu peux même pas choisir ta tronche
Ni ton prénom, ni ton foyer
Ni même l'endroit où tu nais
Si t'as pas de bol, tu nais con, pauvre et laid
Pour ça y a une phrase à la con : "Heuu C'est la vie!"

[Refrain]

T'as bien révisé tes cours à part un seul sujet
Mais sur celui-là que t'es tombé
Parce que t'es con
Comme tous les samedis soirs, tu es encore rentré bourré
Sauf que là les flics ils t'ont choppé
Parce que t'es con
Tu matais un film de boules en pleine journée
Ta main dans le froc mais ta mère est rentrée
T'as bien l'air con
Tu as 65 ans, tu touches ta retraire
Et tu rends compte que tu t'es fait niquer
Parce que t'es con
Tu rêvais d'être célèbre
T'as fait la Nouvelle Star
Mais tu finis dans le bêtisier
Parce que t'es con
Tu as voulu t'acheter une gros bagnole pour frimer
Mais tu n'as plus de fric pour payer le loyer
Parce que t'es con
La SNCF fait grêve pendant trois jours
Mais toi tu as déjà acheté tes billets
T'as bien l'air con
Tu t'es levé tôt ce matin pour aller faire tes courses
Sauf que c'était un jour férié
Parce que t'es con

http://a10.idata.over-blog.com/1/23/25/70/images/geluck_con-copie-1.gif
Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Le genre humain
commenter cet article
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 13:12

 

 

 

Nous allons porter les yeux au-delà de l’infamie, pour deviner un autre monde possible.

Un autre monde où :

L’air sera exempt de tout poison qui ne viendra pas des peurs humaines et des passions humaines,

Dans les rues, les automobiles seront écrasées par les chiens,

Les gens ne seront pas conduits par l’automobile, ni programmés par l’ordinateur, ni achetés par le supermarché, ni regardés par la télé,

Le téléviseur cessera d’être le membre le plus important de la famille, et sera traité comme le fer à repasser ou la machine à laver,

Les gens travailleront pour vivre au lieu de vivre pour travailler,

On introduira dans le code pénal le délit de stupidité, que commettent ceux qui vivent pour posséder ou pour gagner, au lieu de vivre tout simplement pour vivre, comme un oiseau chante sans savoir qu’il chante et comme un enfant joue sans savoir qu’il joue,

On n’emprisonnera plus les jeunes qui refusent de faire leur service militaire, mais ceux qui veulent le faire,

Les économistes n’appelleront plus niveau de vie le niveau de consommation, et n’appelleront plus qualité de vie la quantité de choses,


Les chefs de cuisine ne croiront pas que les langoustes adorent être bouillies vivantes,

Les historiens ne croiront pas que les pays sont enchantés d’être envahis,

Les politiciens ne croiront pas que les pauvres sont enchantés de se nourrir de promesses,

La solennité cessera de croire qu’elle est une vertu, et personne ne prendra au sérieux l’individu incapable de rire de lui-même,

La mort et l’argent perdront leurs pouvoirs magiques, et le décès ou la fortune ne feront pas d’une canaille un homme vertueux,

Nul ne sera considéré comme un héros ou un imbécile parce qu’il fait ce qu’il croit juste au lieu de faire ce qui lui convient le mieux,

Le monde ne sera plus en guerre contre les pauvres, mais contre la pauvreté, et l’industrie de l’armement n’aura plus d’autre solution que de se déclarer en faillite,


La nourriture ne sera pas une marchandise, ni la communication un commerce, parce que la nourriture et la communication sont des droits humains,

Nul ne mourra de faim, car nul ne mourra d’indigestion,

Les enfants de la rue ne seront plus traités comme s’ils étaient de l’ordure, car il n’y aura pas d’enfants de la rue,
Les enfants riches ne seront plus traités comme s’ils étaient de l’argent, car il n’y aura pas d’enfants riches

L’éducation ne sera pas le privilège de ceux qui peuvent la payer,

La police ne sera pas la malédiction de ceux qui ne peuvent l’acheter,

La justice et la liberté, sœurs siamoises condamnées à vivre séparées, seront à nouveau réunies, épaule contre épaule,

Une femme noire sera présidente du Brésil et une autre femme, noire, présidente des Etats-Unis ; une Indienne gouvernera le Guatemala et une autre le Pérou,

En Argentine, les folles de la place de Mai – las locas de la plaza de Mayo – seront un exemple de santé mentale, car elles refusèrent d’oublier à l’époque de l’amnésie obligatoire,

Notre Sainte Mère l’Eglise corrigera les erreurs des Tables de Moïse, et le sixième commandement ordonnera de fêter le corps,

L’Èglise dictera aussi un autre commandement que Dieu avait oublié : « Tu aimeras la nature, dont tu fais partie »,

Les déserts du monde et les déserts de l’âme seront reboisés,

Les désespérés seront espérés et les égarés seront retrouvés, car ce sont eux qui se désespérèrent à force d’espérer et qui s’égarèrent à force de chercher,

Nous serons les compatriotes et les contemporains de tous ceux qui voudront la justice et qui voudront la beauté, quels que soient l’endroit où ils seront nés et l’époque où ils auront vécu, sans accorder aucune importance aux frontières de la géographie ou du temps,

La perfection restera l’ennuyeux privilège des dieux, mais, dans ce monde fou et foutu, chaque nuit sera vécue comme si elle était la dernière et chaque jour comme s’il était le premier.

 




Eduardo Galeano

 



 

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Comment va le monde
commenter cet article
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 17:19

deluree.jpg

 

Bonjour ! Bonsoir ! Je vous apporte l’orgie. Je suis toute nue et je meurs de soif. Vous allez vivement me faire une tasse de thé et des rôties au miel. J’ai une faim de loup et j’ai si chaud ! Permettez-moi de me mettre à l’aise. Donnez-moi une fourrure remplie de poli pleins de mites, que je me couvre. Et d’abord embrassez-moi sur la bouche et ici et ici ici ici et là et partout. Faut-il que je vous aime pour être venue ainsi en savates, en voisine et toute nue vous dire bonjour et vous faire croire que vous m’aimez et voulez m’avoir contre vous, toute petite amante que je suis pour vous et maîtresse absolue de mes pensées pour vous, si tendre adorateur de mes charmes que vous paraissez être. Ne soyez si gêné, donnez-moi encore un beau baiser. Et encore mille autres. Allez, allez me faire du thé.

Et pendant ce temps je vais me couper le cor du petit doigt qui m’agace.

 


  De qui est ce texte?…. 

 

 

 

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Rire un temps soit peu
commenter cet article
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 10:06
cerisier du japon

La disparition de la nature est inévitable, car elle est voulue par le nouveau pouvoir économique. Pourquoi?


Pour 3 raisons:


1- La disparition de la nature et l'augmentation de la pollution vont rendre les individus encore plus dépendants du système économique pour leur survie, et vont permettre de générer de nouveaux profits (avec notamment une consommation accrue de médicaments et de prestations médicales...).


2- Par ailleurs, la nature constitue une référence d'un autre ordre, celui de l'univers. La contemplation de la beauté et de la perfection de cet ordre est subversive: elle amène l'individu à rejeter la laideur des environnements urbanisés, et à douter de l'ordre social qui doit demeurer la seule référence.
L'urbanisation de l'environnement permet de placer les populations dans un espace totalement controlé, surveillé, et où l'individu est totalement immergé dans une projection de l'ordre social.
http://image-photos.linternaute.com/image_photo/540/autres-paysages-lannemezan-france-2802240253-712349.jpg


3 - Enfin, la contemplation de la nature incite au rêve et intensifie la vie intérieure des individus, développant leur sensibilité propre, et donc leur libre-arbitre.
Ils cessent dès lors d'être fascinés par les marchandises, ils se détournent des programmes télévisés destinés à les abrutir et à contrôler leur esprit. Délivrés de leurs chaînes, ils commencent à imaginer une autre société possible, fondée sur d'autres valeurs que le profit et l'argent.

Tout ce qui peut amener les individus à penser et à vivre par eux-mêmes est potentiellement subversif. Le plus grand danger pour l'ordre social est la spiritualité car elle amène l'individu à bouleverser son système de valeurs et donc son comportement, au détriment des valeurs et comportements précédemment implantés par le conditionnement social.


Pour la stabilité du "nouvel ordre social", tout ce qui peut stimuler l'éveil spirituel doit être éliminé.

 


 

Source: Sytinet

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Comment va le monde
commenter cet article
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 00:13
« Heureux ceux qui voient la vie comme des petits enfants car le royaume des cieux est à eux. » Il y a plus de 2000 ans, Cette phrase là, le roi des juifs ne la pas sortit pour amuser la galerie. Non, je vous assure qu’elle est porteuse d’une vérité éternelle : La vie se révèle à ceux qui sont simple d’esprit.

 

Moments calmes Reproduction transférée sur toile :


Etre simple d’esprit, c’est tout simplement : Ressentir et faire Confiance. Comprendre la non nécessité de l’analyse et « vivre » ; c’est-à-dire s’ouvrir à la vie.

 

Mais seuls les esprits simples ne se prennent pas la tête à analyser…et ils sont rares. Pourquoi ? Tout simplement parce que depuis le départ, la majorité des hommes sont catalogués et ont appris à cataloguer eux-aussi. Nous fonctionnons en grand nombre selon le schéma :

« ANALYSE-TRAITEMENT ».

 

Comme des machines, incapables de rentrer en contact avec la vie, nous passons notre temps à trouver des raisons. Et plus les raisons que nous trouvons sont complexes, plus les autres machines humaines ont tendance à s’aligner derrière nous en louant notre complexité.

 

Observez le domaine de la psychologie. Etymologiquement, ce terme qui vient de psukhê (âme) et de logos (science) signifie donc La science de l’âme. C’était donc à la base une science qui nous invitait à rentrer en contact avec l’âme humaine, avec la vie humaine. Mais les spécialistes ont tous suivi une formation mentale (Analyse-Traitement). Si vous allez les voir, à l’exception donc de ceux qui ouvriront leur cœur pour vous ressentir, tous les autres vont utiliser leurs outils académiques pour vous analyser et vous proposer un traitement.

Bien sûr ils passeront à côté de la révélation de votre âme.
« Si tu n’arrêtes pas de dire à l’âme ce que tu sais déjà, elle ne pourra pas te révéler ce que tu ne sais pas encore. »

Mais comme les hommes concernant la Vie, les psys ne vont pas s’arrêter à cela. Si ça ne fonctionne pas, c’est vous qui avez un blocage. Ils vont vous faire une autre analyse et découvrir le blocage qu’il cherchait tant et vont vous administrer le traitement qui va avec…et la communication avec votre âme va continuer de se réduire. Et le cercle va continuer de se rétrécir : MALÊTRE-ANALYSE-TRAITEMENT-NOUVEAU MALÊTRE – NOUVEL ANALYSE – NOUVEAU TRAITEMENT etc.

 

Et eux vont continuer de donner des raisons aussi complexes les une que les autres. Schizophrénie, Bipolarité, Troubles Obsessionnels compulsifs, Maniaco-dépressif etc. comme s’il y avait un seul être sur terre qui ne possède pas de germe de schizophrénie, bipolarité et tout le reste. La question à 1000 dollars est donc de savoir « Qu’est ce que l’âme veut exprimer à travers ce mal être ? » Mais à cela, les spécialistes ne vous répondront quasiment jamais car ils ne sont pas simples d’esprit ; ils ont l’esprit rempli d’un savoir figé.

 

Pour revenir dans le cas général qui est la vie, nous aussi, nous restons là avec nos esprits bourré de pleins de préjugés et nous disons : « Mais je ne comprends pas pourquoi ça m’arrive à moi ». Et nous continuons à nous analyser : « Je ne suis peut être pas le meilleur des hommes mais je ne suis pas le pire non plus. J’aide mon prochain quant il le faut, je n’ai jamais trompé ma femme, je ne gueule pas sur mes enfants ! Pourquoi donc cela m’arrive t-il ? » Et nous nous confions à nos semblables analystes qui eux, nous trouvent davantage de chose à traiter dans notre vie.

 

Dernièrement, j’ai commencé à sentir un grand revirement de situation dans ma vie. Quelques jours après, on m’a cassé la vitre côté passager de ma voiture et la semaine qui a suivi j’ai fait un accident avec la même voiture. Le sourire aux lèvres, je le racontais à mon oncle qui lui, s’est laisser aller dans la toile de l’analyse : « Faut vraiment que tu fasses attention, faut éviter de conduire à une certaine heure, il y a sûrement quelque chose que tu fais que tu ne dois pas faire etc. » Wow, wow, wow ! Heureusement que je suis connecté à mon âme sinon j’aurais été prêt à prendre tous les traitements qu’il avait à me proposer.

 

La Vie ne joue pas à « comprends-moi, si tu peux ! » avec nous. Gandhi disait : « La vie ce n’est pas une énigme à résoudre mais, un mystère à vivre. » Vous avez compris chaque instant de votre vie n’est pas à analyser. Dès que vous commencer à analyser, il n’y a plus de place en vous pour accueillir le « présent ». Si vous voulez comprendre la vie en général et votre vie en particulier, soyez simple. La simplicité est l’outil de collaboration parfaite de l’homme avec la vie.

Vous êtes à chaque instant de votre vie à un embranchement. Il y a là deux pancartes. L’une affiche « LA VIE » et l’autre « Discussion à propos de LA VIE. » Qu’allez-vous choisir ?

 

Si vous choisissez de discutez à propos de la vie, c’est un espace de confort provisoire. Vous analysez, vous vous trouvez des raisons et vous cherchez à vous faire valider par ceux qui brandissent les mêmes analyses que vous et ensemble vous bercez dans vos illusions. Vous rassurant que bien que vous n’y êtes pas encore arrivés, vous êtes sur le chemin. Lorsque vous ouvrez les yeux tôt ou tard, vous vous rendez bien compte qu’en réalité, vous êtes loin de ce que vous cherchez à atteindre en réalité. Mais la machine est lancée, vous n’allez pas perdre la face. Alors vous reposez encore une autre analyse, trouvez des raisons et vous embarquez dans un autre traitement qui comme le précédent ne sera pas seulement vain mais réduira aussi votre lucidité concernant votre but véritable :

Vous ouvrir à l’intérieur : serrez la main l’Ange en vous.

 

Si en revanche, vous choisissez le chemin de « LA VIE », vous passerez peut être par un sas provisoire d’inconfort. Vous ressentirez les choses et vous comprendrez. Seulement autour de vous, les analystes vous diront que c’est malsain d’avoir de telles choses dans son cœur. Ne vous inquiétez-pas, ils n’en savent rien ; ce sont les spécialiste de l’analyse et pas du ressenti. Le ressenti est trop simple pour eux. Vous, restez connecté à votre sentiment et faites confiance. Le sentiment, c’est le langage de l’âme. Ce que vous vous permettrez sans culpabilité aucune de ressentir jusqu’au bout, vous transformera. Restez simple et La vie s’ouvrira à vous. Bientôt, toute votre vie deviendra une danse rythmée d’harmonie entre la Vie et Vous. La Vie vous révèlera et vous, vous vivrez ; cette fois sans combat mais avec une confiance qui va s’en allez grandissante.

 

Soyez simple, c’est le style de la Vie dans toutes ses formes. Vous pourrez ainsi vous relier à toutes les déclinaisons vivantes ; aux astres, à la végétation, aux êtres humains, aux animaux, aux esprits et vous découvrirez quelque chose :

« La Vie est Simple, ce qui est compliqué c’est bien souvent l’esprit de l’homme. Devenir simple d’esprit, c’est libérer son esprit »

 

mercredi 23 décembre 2009 par Yves London

 

 

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Philosophie-Spiritualité
commenter cet article
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 10:08
Angleterre-09-006--1024x768-.jpg
À ce moment où tous nous sommes interpellés par des titres comme «Le secret», «Le secret du secret», « Le pouvoir d’attraction», force est de constater l’engouement sinon le besoin profond de chacun d’accéder à une vie plus épanouissante et à un plus grand bonheur. Il y a certainement du vrai dans ce que propose ces livres, mais les résultats demeurent souvent très partiels, voire décevants. Mais pourquoi donc?

Certains diront que «ces affaires-là ça ne marche pas, que c’est bon juste pour vendre des livres à ceux qui cherchent à croire en toutes sortes de balivernes». En effet, ce n’est pas parce que l’on «sait» qu’il serait préférable d’être calme et en paix dans certaines situations, que l’on ressent cette paix. Ce n’est pas parce que l’on veut vivre l’amour, faire l’expérience de l’abondance ou éliminer quelque chose de notre vie tel qu’un comportement, qu’il s’éliminera par notre simple volonté ou que l’amour viendra frapper à notre porte, ou encore que l’abondance arrivera par le courrier express du matin.

Notre volonté, si elle est nécessaire, elle n’est pas suffisante. C’est un bon début toutefois, car pour arriver à créer dans sa vie ce que nous souhaitons profondément, cela demande une intention ou un certain alignement. Un alignement clair, mais aussi un mode de pensées et des émotions en cohérence avec ce rêve, ce projet, ce sentiment dont nous aimerions faire l’expérience. Nous pourrions dire en ce sens, que nous sommes les créateurs, plus ou moins conscients, de ce que nous vivons d’instant en instant en fonction de nos pensées et de nos émotions. Cela demande donc de la vigilance pour être à l’affût de ces pensées et émotions qui viennent faire obstacle à notre plus grand bonheur.

S’il y a en nous des croyances ou des pensées du type «ce n’est pas pour moi», «je n’y arriverai pas…», «c’est trop beau pour être vrai»,…ou quelque chose du genre, l’intention ou la volonté sera en opposition avec ces pensées et émotions qui vont dans le sens contraire. Ces pensées-là qui ont été alimentées à maintes et maintes reprises par nos émotions négatives de manque d’estime personnelle, de peur, de culpabilité, d’envie, par les jugements face à l’abondance ou envers ceux qui réussissent,… des émotions et pensées auxquelles nous avons prêté beaucoup d’attention et de foi. Elles sont tellement énergisées, qu’elles pèseront lourd dans la balance à l’inverse de cette intention parfois fugace au sujet du projet ou sentiment que l’on souhaite vivre.

S’observer est essentiel pour s’assurer qu’il n’y a pas en nous ce type d’émotions ou de pensées. Puis, voir à faire ce qu’il faut pour s’en libérer en faisant du dégagement intérieur au niveau émotionnel, un peu comme un grand ménage du printemps, et en travaillant sur nos croyances et nos «formes pensées».

Cela ne veut pas dire non plus que nos leçons de vie nous seront épargnées si nous cultivons l’amour, la joie, la paix mais que nous aurons une attitude au service de l’amour, un amour vivant et jaillissant, et une aptitude plus grande qui nous ouvrira des portes sur des options que nous n’aurions même pas imaginées, que nous n’aurions peut-être pas vues ou qu’il nous aurait fallu du temps ou une circonstance extraordinaire pour percevoir.

Cette nouvelle perspective plus lumineuse et vaste où nous cultivons l’amour en soi facilite la position d’observation neutre face aux situations de la vie courante, une position nécessaire pour sortir du mirage et de l’illusion qui nous entraîne dans une zone connue malgré qu’elle soit inconfortable, celle du cycle incessant et infernal de souffrance en raison de nos histoires passées, de nos blessures qui ont enfoncé le clou de certaines croyances et qui dès lors, nous ont maintenus dans des scénarios peu réjouissants ni satisfaisants. En cultivant l’amour, on redécouvre alors notre nature essentielle et on commence à s’identifier davantage à cette source de lumière et de joie en soi qu’à notre «corps de souffrance».

Prendre 5 minutes par jour pour cultiver le bonheur peut transformer le monde
Observez comment d’avoir dans son entourage des relations avec des personnes heureuses vous comble et vous procure du bonheur, de la paix et de la joie. Elles ont comme une énergie qui vous inonde et qui vous contamine de ce bonheur qui transpire de tout leur être…Ce pouvoir de l’amour n’est pas réservé à des personnes spéciales ou à des privilégiés. Cet amour réside bien au chaud au cœur de chacun. Suffit d’y prêter attention, d’y faire place et de le cultiver.

Ayant déjà manifesté l’amour et la joie à chacune de vos journées, sans déni, mais dans l’accueil, dans une perspective de bienveillance envers soi et envers les autres, comme un élan de célébration de la vie telle qu’elle se manifeste avec parfois des cadeaux qui arrivent «mal emballés», l’amour nous revient multiplié via toutes ces personnes qui apprécient de nous ce rayonnement de l’amour et par bien d’autres voies aussi, comme une vague qui revient toujours vers la mer, sa source. Cette source qui est en vous! Cultiver l’amour, la joie, et le répandre, il n’y a rien de plus satisfaisant et de plus sûr pour vivre comblé et épanoui. Rappelez-vous les paroles de Mère Térésa qui disait «si vous avez besoin d’amour, offrez-le !».

Si vous êtes vous-mêmes heureux dans votre vie personnelle, ou professionnelle ou amoureuse, ou dans plusieurs de ces sphères, vous avez sans doute remarqué l’effet que cela produit chez les gens qui vous entourent. Souvent, nous nous faisons dire à quel point notre présence fait du bien. Et c’est vrai ! Cela ne veut pas dire de s’éloigner des gens qui ont des difficultés au contraire, leur offrir votre soutien, votre empathie est certainement le cadeau le plus précieux que vous pouvez leur offrir, un cadeau dont ils vont se souvenir très longtemps.

Rappelez-vous les gens qui se sont présentés à vous juste pour être là avec vous dans ce que vous viviez, sans chercher à trouver des solutions pour vous ou à vous entraîner dans une direction. Ces personnes vous ont fait le don de leur présence. Cette présence qui vient justement de cette connexion à cette source d’amour en soi qui apaise, qui guérit et qui contribue.

Les gens près de vous qui ont tendance à tourner en rond dans des scénarios tristes et parfois destructeurs auront aussi la chance, s’ils s’ouvrent à cette dimension et qu’ils sont prêts à l’accueillir, d’être touché par votre présence comme un oasis dans le brouillard qui ouvre peut-être à d’autres options…

Si vous avez expérimenté la souffrance sous une forme ou sous une autre, ou que vous espérez vivre le bonheur, un amour partagé et une relation riche et épanouissante, si vous souhaitez vous ouvrir à un potentiel de talents à l’intérieur de vous, si vous aimeriez sortir des vieilles habitudes pour créer une vie plus satisfaisante, sachez que cette possibilité vous attend et qu’elle se manifeste naturellement dans la mesure où nous lui faisons place.

Il ne s’agit pas d’attendre et simplement d’y penser, mais d’utiliser cette intention comme une boussole vous montrant la voie pour «manifester» cette énergie dont vous avez besoin pour réaliser vos rêves. Agir à chaque jour en conscience, avec amour et détachement, un pas à la fois. Alors, la plénitude émerge en vous et rejaillit tout autour de vous, vous ouvrant la voie sur de nouvelles possibilités; voilà ce qui vous attend assurément à cultiver l’amour!

Suzanne Blouin
Formatrice au Québec et en Europe
(418) 839-3623
Courriel : suzanne.blouin@sympatico.ca
www.corpsdelumiere.alchymed.com
Article paru dans CitéBoomers

Article pris dans: http://www.reussirsavie.org/article-18556978.html

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Lâcher prise
commenter cet article

Présentation

Rechercher