Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 11:25
Cafe des Amis Reproduction artistique

 

Il y a les grandes tables rondes
Où l'on parle fort, où l'on fume
Où l'on défait, refait le monde
Où l'on taille quelques costumes
Il y a les soirées enivrées
On ne sait plus bien à la fin
Ce qu'au début on défendait
Resterait-il un peu de vin ?

Il y a les longues discussions
Quand on finit un peu pompette
Par se traiter de tous les noms
Vendu, pourri, analphabète
Il y a tous les serments d'amour
Les déclarations passionnées
Je t'aime, t'aimerai toujours
La rime est pauvre, je l'admets

{Refrain :}
Mais se taire, se taire avec un ami
Se taire, ne rien dire, ne pas causer
Dehors, dehors, il pleut mais à l'abri
Du silence se réfugier

Il y a les soirées militantes
Où l'on doit voter des motions
Il y a les soirées où l'on chante
Moustaki, Brassens et Souchon
Les bavardages inépuisables
Les disputes, les controverses
Les querelles interminables
Séance au café du commerce

{au Refrain}

Il y a les causeries, les ragots
Les médisances, les babillages
Les "y paraît", les "à propos"
Les racontars, les papotages
Il y a parfois tard dans la nuit
La cérémonie des aveux
On fait quelques cachotteries
Confidences les yeux dans les yeux

Mais se taire, se taire avec un ami
Oh ! Se taire, être silencieux à deux
Dehors, dehors, on n'entend plus la pluie
C'est bon de s'ennuyer un peu

Et quand le soleil apparaît
Tout d'un coup, tiens, l'un s'émerveille
Ce n'était qu'une pluie d'été
Regarde un peu, un arc-en-ciel
Du tac au tac, une heure après
L'autre répond d'un ton formel
Ah oui, c'est vrai, je reconnais,
Il était beau cet arc-en-ciel

{x2:}
Ah ! Se taire, se taire avec un ami
Oh ! Se taire, éviter les commentaires
Ça peut durer, durer toute une vie
L'été prend ses quartiers d'hiver
 

 
 
François Morel

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Poésie
commenter cet article

commentaires

witney 16/01/2010 17:23


merci pour ce texte, bon samedi !!


Marie Rêveuse 18/01/2010 09:05


Good week!


patriarch 16/01/2010 17:13


je connaissais pas !!! Bonne soirée !


Marie Rêveuse 18/01/2010 09:04


Voilà qui est fait!


marie-claude 16/01/2010 17:08


me taire ?
même seule, je me parle ...
et les nuits ?
il paraît que je ronfle ...
amitié :) 


Marie Rêveuse 18/01/2010 09:04


Faire taire sa radio externe ou interne, c'est pourtant comme partir en vacances....et ça peut aussi reposer les autres! :)


Blandine 16/01/2010 16:40


oh oui!!!chutttttttttttttt Blandine


Marie Rêveuse 18/01/2010 09:02







Renard 16/01/2010 16:20


Ah... j'adore ce texte, sur le silence, j'avais écrit un texte qui s'appelle "Ensemble" dans ma catégorie "Nous Deux", et c'est tout à fait ça... en amour ou amitié et pourquoi pas les deux... on
peut se taire, et le fil entre les deux âmes est toujours là, bien tendu, épais, et par ce fil passent parfois plus de choses qu'ils n'en viendraient avec les mots..
Je t'embrasse, que cette fin de WE te soit douce 


Marie Rêveuse 18/01/2010 09:00




Je fais donc hommage à ton texte ici.
Souvent, parler, c'est pour faire taire nos fantômes, non?

La soirée commence, c'est-à-dire que le souper cuit, et la table mise
avec ses deux couverts.

A côté des assiettes, les bougies déjà
allumées, réchauffent l'atmosphère.


 


Tu es dans un fauteuil, tu feuillettes un journal. Je suis à mon
bureau à écrire.


 


De temps en temps, l'un des deux
redresse la tête, et, croisant le regard de l'autre, lui sourit.





Ce soir, nous ne parlons pas avec les
mots. Juste la présence de chacun à l'autre, sa tendresse tranquille.





Nous n'avons même pas mis de musique.
Ce soir, la musique que toi et moi entendons, ce sont les battements de coeur de l'autre et toutes les phrases non prononcées qui emplissent la pièce.

Notre vie, notre rythme s'emboîtent tout doucement, sans heurts, comme un pas de deux, une valse entre deux cavaliers n'ayant jamais dansé
qu'ensemble. 





      Tout à l'heure, lorsque nous passerons à table, le même silence tendre règnera. Sans mot dire, je beurrerai ta tartine de pain de seigle pendant que
tu décortiqueras ma pince de crabe, et silencieusement, chacun remerciera l'autre d'un regard.


Plus tard...
Nous entamerons une de nos interminables conversations...




Présentation

Rechercher