Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 16:42


http://www.altermonde-sans-frontiere.com/local/cache-vignettes/L430xH602/Affiche_Food_Inc_France-8a6a7.jpgSorti au cinéma le 2 décembre. Food.Inc décortique les rouages d'une industrie qui altère chaque jour notre environnement et notre santé. Des immenses champs de maïs aux rayons colorés des supermarchés, en passant par des abattoirs insalubres, un journaliste mène l'enquête pour savoir comment est fabriqué ce que nous mettons dans nos assiettes. Derrière les étiquettes pastorales de "produits fermiers", il découvre avec beaucoup de difficulté le tableau bien peu bucolique que les lobbys agro-alimentaires tentent de cacher : conditions d'élevage et d'abattage du bétail désastreuses, collusion entre les industriels et les institutions de régulation, absence de scrupules environnementaux, scandales sanitaires...

Éleveurs désespérés, experts indépendants, entrepreneurs intègres et défenseurs du droit des consommateurs esquissent, chacun à leur manière, le portrait d'une industrie qui sacrifie la qualité des produits et la santé de ses clients sur l'autel du rendement. Découvrez les premières images du film et toutes les informations sur www.foodinc-lefilm.com

(Extrait du film)


détails Pour sa sortie, de nombreux débats sont organisés sur Paris. Retrouvez toutes les dates www.foodinc-lefilm.com. Pour organiser des projections et des débats dans votre région, n’hésitez pas à contacter l’équipe de distribution du film à l’adresse ctvint@ctvint.fr ou au 01 53 40 99 67.




Volailles « Le Gaulois » : les consommateurs induits en erreur par des publicités champêtres

Dans les publicités vantant les viandes de poulets « Le Gaulois », les images de quelques oiseaux dansant en granges paillées devant des paysages bucoliques contrastent dramatiquement avec la morne vie des poulets élevés intensivement en bâtiments industriels par le groupe volailler LDC. Dans ces publicités diffusées à la télévision et vantant les mérites de volailles 100% françaises, les conditions de vie des poulets en élevage sont illustrées par des images correspondant aux garanties de bien-être animal offertes aux oiseaux dans les systèmes d’élevage alternatifs ou labellisés (Label Rouge, Agriculture Biologique) :

  • élevages en faible densité
  • perchoirs
  • nids de paille
  • accès des oiseaux au plein-air (suggéré dans « Extra Tendre Le Gaulois »)

Avec 31 sites de production en France (abattage, transformation, découpe) et un chiffre d’affaires de 1,949 millions d’euros, LDC est le n°1 français de l’industrie de la volaille, commercialisant principalement des poulets issus d’élevages intensifs en bâtiments fermés - le plus souvent aveugles - où les oiseaux ne disposent d’aucun perchoir, d’aucun nid, et d’aucun accès à l’extérieur. En élevage industriel, la durée de vie des oiseaux est typiquement de 42 jours, et la densité maximale peut atteindre jusqu’à 24 poulets/m2.

Aussi, pour Ghislain Zuccolo, directeur de la Protection mondiale des animaux de ferme (PMAF) « ces publicités sont de nature à induire gravement le consommateur en erreur sur les conditions d’élevage des poulets commercialisés sous la marque « Le Gaulois ». Elles déploient une imagerie trompeuse, très éloignée des réalités de l’élevage moderne et proche de la désinformation. Nous portons plainte pour publicité mensongère ».

La PMAF a adressé une plainte auprès du Jury de Déontologie Publicitaire (ARRP), ainsi qu’un signalement auprès de la Direction Générale de la Concurrence, Consommation et Répression des Fraudes (DGCCRF).

 

 

Si vous souhaitez vous inscrire à la newsletter, (La lettre d'information de la Protection mondiale des animaux de ferme (PMAF) cliquez ici

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Respect en toute chose
commenter cet article

commentaires

Naradamuni/Sans, ni + ni - 16/12/2009 10:55



ALIMENTONS LES
REGIONS

Pour le droit à une alimentation saine et équilibrée pour tous,
Pour une politique foncière
agro-écologique,
Pour l'emploi des jeunes




Intervenons ensemble dans le débat des régionales 2010



Faire de la question alimentaire une priorité
en matière de développement, ce n'est pas revenir en arrière, mais bien répondre aux défis auxquels l'humanité
est confrontée (crise alimentaire, préservation de la biodiversité, changement climatique). C'est aussi et surtout ouvrir à l'ensemble de nos concitoyens une perspective d’emplois, et d’emplois
utiles, que ni l'industrie, ni les services ne peuvent à eux seuls satisfaire. C'est répondre aujourd'hui à une demande sociale émergente de la part de jeunes, de plus en plus nombreux, de plus
en plus qualifiés, qui aspirent à s'installer professionnellement dans l'agriculture nourricière. C'est répondre aux difficultés d'approvisionnement de la restauration collective en matière
d'alimentation de qualité et de proximité.


Faire de la question alimentaire une priorité,
 c’est construire avec le Sud une réponse durable pour en finir avec la faim, en fondant la souveraineté
alimentaire, du niveau local au niveau international, sur des politiques agraires favorisant la multiplication des lopins vivriers et sur la création de filières de formation et d’installation
massive de jeunes dans les métiers de l’agro-écologie et de l’alimentation saine.


Faire de la question alimentaire une priorité,
 c'est remettre en cause les politiques d'aménagement du territoire et d'urbanisme qui consomment en France
l'équivalent de 60 000 hectares par an d’espace agricole, soit la disparition d’un département tous les six ans. C'est utiliser le foncier pour changer de développement et permettre aux
citoyens de reconquérir de nouvelles libertés, de nouveaux droits.


Faire de la question alimentaire une priorité,
 c'est freiner le développement des grandes surfaces et soutenir le commerce de proximité indépendant, le
développement des marchés de plein air et celui des infrastructures de transformation et de stockage.


Faire de la question alimentaire une priorité,
 c'est remettre en cause un développement économique qui s'accommode, depuis plusieurs décennies, d'un
niveau de chômage et de précarité salariale élevés, n'épargnant aujourd'hui aucune classe sociale. Et qui, pour préserver des privilèges exorbitants de quelques uns, conduit nos dirigeants à
sauver sans contrepartie un système financier malfaisant et injuste, en chargeant les contribuables, les salariés, et les générations futures d’un très lourd fardeau, sans servir
l’économie.

...
Aujourd'hui, la semence est devenue également une marchandise confisquée par le droit de
la propriété intellectuelle et la terre un objet de spéculation sans précédent, alimenté notamment par l’étalement urbain et le mitage de l’espace rural. La mise en
débat public de ce sujet va donc soulever de fortes oppositions. Ce n’est pas un hasard si les timides tentatives réglementaires de protection n’aboutissent pas (loi de 2005 sur le
développement des territoires ruraux).
Forts de ce constat, nous appelons donc à la constitution d'une large mobilisation citoyenne pour s’organiser autour de groupes régionaux afin de concrétiser des propositions en rapport avec
les territoires de chaque région avant la fin de l'année.

Appel


à l'initiative de


Minga,


Nature et
Progrès,


Frères des
Hommes











Marie Rêveuse 17/12/2009 16:42


Qui seront les plus forts?
Pour nous, pour l'instant, ce sont les jardins de Cocagne


plume de cib 16/12/2009 10:10


beuh... c'est difficile, tout se tient

Système, civilisation, etc.... énorme.


Marie Rêveuse 17/12/2009 16:37


Et oui car Bêêêê!!!


plume de cib 13/12/2009 11:48


Il faudrait revoir entièrement la loi qui régit la publicité. Car elle est mensongère du début jusqu'à la fin. Le problème est qu'en France, si le texte est règlementé, l'image elle, ne l'est pas.
Récemment une députée avait proposé que les images truquées portent une annotation, et ce n'était pas si bête que ça. Le "réalisé avec trucage devrait apparaître au bas de chaque pub !


Marie Rêveuse 15/12/2009 20:39


Hé bé, tout ce qui serait à revoir ici bas!
...On commence par quoi?


Roland 12/12/2009 21:45


"le groupe volailler"

de toutes façons dès qu'il y a le mot "groupe" on a compris
et on ne peut rien attendre de bon de ces gens là


Marie Rêveuse 15/12/2009 20:41


Et tant qu'il y  a des groupes de moutons ... aussi!


witney 12/12/2009 11:54


merci pour ces bonnes infos !!


Marie Rêveuse 15/12/2009 20:46


Ça donne envie de se (re)faire soi-même la cuisine! Du riz au lait aux pommes par exemple....sans colorant, sans conservateur.....


Présentation

Rechercher