Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 11:44






La rancune ne sert à rien sinon entretenir la souffrance.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Djemaa 17/10/2012 09:51


Bonne semaine et plein de bonnes choses également ! Pascal.

christiane 21/09/2012 19:06


à propos du développement"interessant",chrétien si j'ai bien compris,entendu ce matin sur europe 1 ,l'interwiuv d'un père de famille qui alerte sur les dérives de retraites spirituelles
concernant le pardon chez des bénédictins ou cisterciens.apparemment l'évéque n'a toujours pas réagit...à suivre et vigilence.


christiane

le ronin 15/09/2012 11:15


Moi je lui demande de se souvenir, afin de ne pas revivre cela;... Pardonner ? Certes pas... Accepter bien sûr, mais pas pardonner. les "lâches" ne se sont jamais fait face pour faire leur
travail sur eux-même, et je devrais le faire pour eux ... sans blague ! Les gens qui ont essayé de me tuer, qui m'ont abandonné comme on abandonne un chiot dans un fossé en hiver, ne sont pas
humains... pardonner est pour l'être humain... alors, si l'on ne voit pas de pardon dans ce monde, cela signifie que les êtres humains ne sont pas nombreux... Il suffit de regarder autour de soi
pour le constater.


 

Marie Rêveuse 10/12/2012 11:31



Conte de Jacques Salomé sur la haine qui empoisonne notre vie.










Le conte de la petite pelote de "haine." Sur la rancune, la violence, les ressentiments et les enfants maltraités.

Il était une fois un petit garçon qui s`était attaché, il y avait de cela très longtemps, à une petite pelote de haine.

Cette petite pelote de haine lui tenait froid au ventre et au coeur.



Il en avait, des fois, qu'il aurait flanché ou renoncé !
Oui, il se servait de cette petite pelote de haine pour ne pas oublier toutes les violences qu'il avait reçues de son père et aussi pour se rappeler tous les reproches qu'il avait envers sa
mère...qui avait laissé faire cette violence sur lui, sans intervenir.

Ah oui, il voulait se souvenir, ne pas oublier !

Aussi, depuis bientôt quarante-cinq ans, soigneusement il entretenait ses ressentiments, ses rancoeurs, ainsi qu'une tristesse faite de morosité et d`humour décapant qui souvent blessait
même....ceux auxquels cet humour n'était pas destiné.

Sa petite pelote de haine était très bien entretenue, toujours vigilante, toujours présente...

Il avait ainsi mille exemples de souffrances, d`incompréhension, de violences, d`humiliations ou d'injustices qu'il avait reçues ou subies. Dont aucune ne devait être oubliée, jamais de la vie
!

Un jour, cet homme, car c'était devenu un homme, décida de ne plus garder sa petite pelote de haine.

Au début ce fut terrible, il avait l'impression d`être nu, démuni, il fut complètement désorienté.

Il dut s'aider en faisant un grand sac, avec deux draps de lits cousus ensemble, pour déposer dedans toutes les aigreurs, tous les souvenirs négatifs qu'il avait en lui...
Rancoeurs et ressentiments emplirent bientôt le sac.
Certains très coriaces, revenaient en lui, même après les avoir déposés dans le sac. Il ne se découragea pas, continua à les déposer, à se débarrasser de toute cette violence qu'il entretenait en
lui depuis tant d'années...en ressassant sa souffrance d`enfant maltraité, en accusant, en se plaignant.
Certains jours il aurait voulu dénoncer au monde entier quels parents épouvantables il avait eus. Pour que tout le monde sache...son malheur et...son mérite d`avoir supporté tant d`injustices
!

Quand le sac fut plein, il ne put inviter ses parents pour leur "rendre" tout cela, car le temps avait passé et ils étaient morts tous les deux.
Aussi décida-t-il d`aller déposer ce grand sac de ruminations noires et de ressentiments amers sur leur tombe.
A partir de ce jour, ce fut comme un miracle. Le regard, la bouche, le visage, mais aussi les gestes de cet homme, ne furent plus les mêmes.
Il retrouva une seconde jeunesse et le plus étonnant fut que ses propres enfants commencèrent à s'approcher de lui avec confiance, avec abandon. Car ils avaient très peur de cet homme, lui qui
pourtant ne les avait jamais frappés. Ils cessèrent de se disputer entre eux, ils osèrent eux aussi les gestes de la tendresse et de l'ouverture, et purent les vivre... du vivant de leur
père.

Ainsi se termine le conte de l`homme qui avait entretenu durant tant d`années une pelote de haine à même sa peau."

Extrait de "Contes à guérir....contes à grandir" de Jacques SALOME

Comment pardonner à ses parents : lire aussi sur ce site, dans la catégorie PARDONNER ET SE PARDONNER, 



Enzo 23/02/2009 21:48

Il ne peut y avoir pardon que lorsque ces trois conditions sont réunies : 1 - la demande de pardon est sincère2 - la victime est indemnisée par son tourmenteur3 - le tourmenteur change de conduite.Sinon, le pardon n'est pas possible...Et quand la victime a été spoliée de sa justice (ex : victimes de Staline, de Churchill, de Roosevelt, de De Gaulle, de Mao, de Pol Pot, de Castro...) alors... : "J’ai sonné à la porte de la grande maison, j'attendais la belle femme en robe blanche qui devait m'apporter le réconfort. La porte s'ouvrit. « Bonjour, je dois voir madame Justice ». « Désolée, elle ne peut pas vous recevoir, en fait, elle n'en n'a pas envie... » Je tourne les talons, dépité... « Attendez, il y a ici ,une autre belle femme qui elle va vous recevoir.... » La jeune femme est devant moi, une robe rouge, des cheveux noirs et un sourire plein de dents... « Te voilà enfin, je t'attendais depuis si longtemps... Justice n'est qu'une catin, elle se vend, et toi mon pauvre, tu n'as pas un sou en poche... Moi, je m'offre et je sais que tu as envie de ma compagnie ». « Mais mademoiselle, quelle est votre nom ? ». Elle sourit, ses dents ont l'air de crocs... « Je suis la bâtarde, la demi-sœur de Justice... Je m'appelle Vengeance ! »

Marie Rêveuse 23/02/2009 23:20



Hé la, je suis une petite nature moi, il faut me ménager!
Ce que tu dis, je le conçois. C'est à peu près comme ça que va le monde... Et comment va t-il le monde? C'est vrai, il s'appelle plus vengeance qu'amour le monde.

Et quand la personne qui a fait souffrir est décédée comment peut s'opérer le pardon?
Le pardon c'est davantage un acte d'amour pour soi, pour s'apaiser.

J'ai trouvé un développement intérressant ICI

Bonne nuit!



marie-claude leloire 23/02/2009 11:37

A quoi et à qui sert le pardon ? Pas à la pensée et je doute qu'il apaise la victime ...

Marie Rêveuse 23/02/2009 22:51



Il sert surtout à soi.
Mais je maintiens mon idée qu'il faut regarder le contexte, l'éducation et/ou l'histoire. N'importe qui dans un certain contexte est capable de faire n'importe quoi.
Je vais aller voir chez toi comment ça évolue



Présentation

Rechercher