Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 00:50

 Quel que soit notre âge, nous partageons une même certitude: nous avons été des enfants. Nous avons traversé le territoire de nos jeunes années chacun à notre manière teintée d'histoire familiale, de lieux particuliers, d'odeurs et de saveurs qui feront monter en nous, toute notre vie durant, des bouffées d'émotion.


Cet enfant, il vit encore au fond de nous. Et il a beaucoup à nous apporter si nous faisons l'effort de lui laisser un petit espace.

"Retomber en enfance?" s'exclament certains. "Impossible!".J'ai bien trop de responsabilités pour perdre du temps comme ça..." Voilà la première erreur. L'enfant en nous, cet enfant intérieur, fait partie de notre équilibre. L'adulte -que nous sommes devenus- est comme un kaléidoscope. Il possède plusieurs facettes, qui se combinent et se recombinent sans cesse. A certains moments, c'est l'adulte raisonnable qui doit prendre le dessus pour gérer des situations sérieuses, mais l'enfant reste présent, dans un petit coin. A d'autres moments, c'est le parent autoritaire qui s'affirme, et l'adulte rejoint l'enfant tapi. Mais parfois, c'est le tour de l'enfant.

Votre enfant intérieur a beaucoup a vous apporter. Il est détenteur de votre liberté intérieure, de votre créativité, de votre spontanéité, de votre curiosité, de votre joie de vivre. Ainsi que votre vulnérabilité et de votre sensibilité.


Certes, on ne peut pas laisser cet enfant intérieur gouverner notre vie entière. Dans certaines situations, il n'est pas le mieux placé pour prendre les commandes de notre personnalité. Mais il ne faut pas jeter ce bébé avec l'eau de notre bain d'adulte! Car les qualités dont notre être adulte a besoin sont nourries en permanence par ce que dégage cet enfant intérieur. Imaginez une personne qui ne serait qu'adulte, totalement et en permanence. Elle est raisonnable, analyse les situations, pèse et soupèse le pour et le contre avant de parler. Elle est efficace, pondérée. Elle sait se contrôler en toute circonstance et ne se laisse jamais influencer par ses sentiments ou ses émotions. Mais elle aussi grave. Lourde,  triste... Et souvent un brin déprimée.

Car une telle personne aurait fait taire en elle la source de vie au lieu de la canaliser.


Ceci est la première partie de l'introduction.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Suzame 08/07/2012 13:43


Mon enfant intérieur a été bien malmené. Il a peur. Toujours. Peur de ne pas âtre aimé. Lundi dernier encore, il s'est révélé. Le chagrin m'a envahit.


Avec lui, il me faut surpasser celà, pour oser de nouveau.


 

Marie Rêveuse 08/07/2012 23:42



Beaucoup de sages( Eric Baret, Alexandre Jollien,...)  disent qu'il faut vivre les émotions à fond. C'est à dire reconnaître et aimer ce que l'on est en train de vivre. Comme l'exercice de
l'écriture, on finit par s'alléger.


 


Merci pour le mail!






Yake 06/02/2009 14:32

Je vous invite à venir sur ces 2 blogs. Le premier pour créer une autre pensée politique, le deuxième concernant la spiritualité et le bien-être. Merci.
http://espritlibre.over-blog.fr
http://penseecreatrice.over-blog.com

Marie Rêveuse 06/02/2009 15:02


Merci. Je suis passée rapidement. J'aurai plus de temps la semaine prochaine.
Bon week-end!


Emmanuel 30/01/2009 17:14

J'ai trouvé réponse pour le moins à question sur le père supposé de cet "enfant intérieur" : Carl Gustav Jung. Voici le lien vers l'article de Wikipédia. Pas encore lu l'article...

Marie Rêveuse 31/01/2009 08:20


Ha ben, j'aurais du lire tous les commentaires avant!


Emmanuel 30/01/2009 17:08

Mon première commentaire sur cette série sera sous formes de questions :En terme de géographie intérieure, qu'est-ce que l'enfant intérieur par rapport à égo, par rapport à l'Etre ?J'imagine qu'au fur et à mesure des articles cela se définira. Une autre question : qui a inventé, parlé le premier d'enfant intérieur ?Bonne soirée, Emmanuel

Marie Rêveuse 31/01/2009 08:18


D'après mes modestes connaissances, l'enfant aurait besoin de cet ego pour pouvoir se construire.
On peut lire la réponse de ta deuxième question ICI



catherine 28/01/2009 22:54

oui, ça fait du bien de laisser l'enfant prendre un peu le dessus mais notre société ne nous y encourage pas beaucoup...bise et bonne fin de semaine

Marie Rêveuse 29/01/2009 09:19


Se laisser aller à dire n'importe quoi ou dire ce qui doit être dit....ça je sais faire un peu
Merci, bises!


Présentation

Rechercher