Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2008 4 24 /07 /juillet /2008 00:11

« La destruction de millions d’Africains par la faim s’effectue dans une sorte de normalité glacée, tous les jours, et sur une planète débordant de richesses. En Afrique subsaharienne, entre 1998 et 2005, le nombre de personnes gravement et en permanence sous-alimentées a augmenté de 5,6 millions. » Jean Ziegler rappelle que le droit à l’alimentation est le premier des droits de l’homme et exhorte à réaliser une « distribution plus équitable des biens, qui satisferait aux besoins vitaux des gens et les protégerait contre la faim. »

 
par Jean Ziegler, Mondialisation.ca, 18 mars 2008

 

Texte de Jean Ziegler à l’occasion du Forum Quelle agriculture pour quelle alimentation ?

 

I. Toutes les cinq secondes, un enfant de moins de dix ans meurt de faim ou de ses suites immédiates. Plus de 6 millions en 2007. Toutes les quatre minutes, quelqu’un perd la vue à cause du manque de vitamines A. Ce sont 854 millions d’êtres qui sont gravement sous-alimentés, mutilés par la faim en permanence. [1]

 

Cela se passe sur une planète qui regorge de richesses. La FAO est dirigée par un homme de courage et de grande compétence, Jacques Diouf. Il constate qu’au stade du développement actuel de ses forces de production agricoles, la planète pourrait nourrir sans problème 12 milliards d’êtres humains, soit le double de l’actuelle population mondiale [2].

 

Conclusion : ce massacre quotidien par la faim n’obéit à aucune fatalité. Derrière chaque victime, il y a un assassin. L’actuel ordre du monde n’est pas seulement meurtrier. Il est aussi absurde. Le massacre a bien lieu dans une normalité glacée.

 

L’équation est simple : quiconque a de l’argent mange et vit. Qui n’en a pas souffre, devient invalide ou meurt. Il n’a pas de fatalité. Quiconque meurt de faim est assassiné.

 

II. Le plus grand nombre des personnes sous-alimentées, 515 millions, vivent en Asie où elles représentent 24 % de la population totale. Mais si l’on considère la proportion des victimes, c’est l’Afrique subsaharienne qui paie le plus lourd tribut : 186 millions d’êtres humains y sont en permanence gravement sous-alimentés, soit 34 % de la population totale de la région. La plupart d’entre eux souffrent de ce que la FAO appelle « la faim extrême », leur ration journalière se situant en moyenne à 300 calories au-dessous du régime de la survie dans des conditions supportables.

 

Un enfant manquant d’aliments adéquats en quantité suffisante, de sa naissance à l’âge de 5 ans, en supportera les séquelles à vie. Au moyen de thérapies délicates pratiquées sous surveillance médicale, on peut faire revenir à une existence normale un adulte qui a été temporairement sous-alimenté. Mais un enfant de moins de 5 ans, c’est impossible. Privées de nourriture, ses cellules cérébrales auront subi des dommages irréparables. Régis Debray nomme ces petits des « crucifiés de naissance » [3].

 

La faim et la malnutrition chronique constituent une malédiction héréditaire : chaque année, des centaines de milliers de femmes africaines gravement sous-alimentées mettent au monde des centaines de milliers d’enfants irrémédiablement atteints. Toutes ces mères sous-alimentées et qui, pourtant, donnent la vie rappellent ces femmes damnées de Samuel Beckett, qui « accouchent à cheval sur une tombe ... Le jour brille un instant, puis c’est la nuit à nouveau » [4].

 

Une dimension de la souffrance humaine est absente de cette description : celle de l’angoisse lancinante et intolérable qui torture tout être affamé dès son réveil. Comment, au cours de la journée qui commence, va-t-il pouvoir assurer la subsistance des siens, s’alimenter lui-même ? Vivre dans cette angoisse est peut-être plus terrible encore qu’endurer les multiples maladies et douleurs physiques affectant ce corps sous-alimenté.

 

La destruction de millions d’Africains par la faim s’effectue dans une sorte de normalité glacée, tous les jours, et sur une planète débordant de richesses. En Afrique subsaharienne, entre 1998 et 2005, le nombre de personnes gravement et en permanence sous-alimentées a augmenté de 5,6 millions.

 

III. Jean-Jacques Rousseau écrit : « Entre le faible et le fort, c’est la liberté qui opprime et c’est la loi qui libère ». Afin de réduire les conséquences désastreuses des politiques de libéralisation et de la privatisation à l’extrême pratiquée par les maîtres du monde et par leurs mercenaires (FMI, OMC), l’Assemblée générale des Nations Unies a décidé de créer et de rendre justiciable un nouveau droit de l’homme : le droit à l’alimentation.

 

Le droit à l’alimentation est le droit d’avoir un accès régulier, permanent et libre, soit directement, soit au moyen d’achats monétaires, à une nourriture quantitativement et qualitativement adéquate et suffisante, correspondant aux traditions culturelles du peuple dont est issu le consommateur, et qui assure une vie physique et psychique, individuelle et collective, libre d’angoisse, satisfaisante et digne.

 

Les droits de l’homme - hélas ! - ne relèvent pas du droit positif. Ce qui signifie qu’il n’existe encore aucun tribunal international qui rendrait justice à l’affamé, défendrait son droit à l’alimentation, sanctionnerait son droit de produire lui-même ses aliments ou de se les procurer au moyen d’achats monétaires, et protégerait son droit à la vie.

 

IV. Tout va bien aussi longtemps que des gouvernements comme celui du président Luis Inacio Lula da Silva à Brasilia ou du président Evo Morales à La Paz mobilisent par leur propre volonté les ressources de l’État, afin d’assurer à chaque citoyen son droit à l’alimentation. L’Afrique du Sud est un autre exemple. Le droit à l’alimentation est inscrit dans sa Constitution. Celle-ci crée une Commission nationale des droits de l’homme, composée en parité par des membres nommés ar les organisations de la société civile (Églises, syndicats et mouvements sociaux divers) et de membres désignés par le Parlement. Les compétences de la Commission sont étendues. Depuis son entrée en fonction, il y a cinq ans la Commission a déjà arraché des victoires importantes. Elle peut intervenir dans tous les domaines relevant du déni du droit à l’alimentation : éviction de paysans de leur terre ; autorisation donnée par une municipalité à une société privée pour la gestion de l’approvisionnement de l’eau potable, entraînant des taxes prohibitives pour les habitants les plus pauvres ; détournement par une société privée de l’eau d’irrigation au détriment des cultivateurs ; manquement au contrôle de la qualité de l’alimentation vendue dans les bidonvilles ; etc.

 

Mais combien existe-t-il de gouvernements, notamment dans le tiers-monde, dont la préoccupation quotidienne prioritaire est le respect du droit à l’alimentation de leurs citoyens ? Or, dans les 122 pays dits du tiers-monde vivent aujourd’hui 4,8 milliards des 6,2 milliards d’homme que nous sommes sur terre.

 

V. Les nouveaux maîtres du monde ont horreur des droits de l’homme. Ils les craignent comme le diable l’eau bénite. Car il est évident qu’une politique économique, sociale, financière réalisant à la lettre tous les droits de l’homme briserait net l’ordre absurde et meurtrier du monde actuel et produirait nécessairement une distribution plus équitable des biens, satisferait aux besoins vitaux des gens et les protégerait contre la faim et une bonne part de leurs angoisses.

 

Dans leur achèvement, les droits de l’homme incarnent donc un monde totalement autre, solidaire, libéré du mépris, plus favorable au bonheur.

 

Les droits de l’homme - politiques et civils, économiques, sociaux et culturels, individuels et collectifs [5] - sont universels, interdépendants et indivisibles. Ils sont aujourd’hui l’horizon de notre combat.

 

Jean Ziegler est Rapporteur spécial du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies sur le droit à l’alimentation ; il vient de publier L’Empire de la honte (2007) en livre de poche.

Publication originale Mondialisation.ca

 

[1] FAO, L’état de l’insécurité alimentaire dans le monde, Rome, 2006

 

[2] Nourrir normalement veut dire procurer à chaque individu adulte, chaque jour, 2 700 calories.

 

[3] Régis Debray et Jean Ziegler, Il s’agit de ne pas se rendre, Paris, Arléa, 1994.

 

[4] Samuel Becket, En attendant Godot, Paris, Editions de Minuit, 1953.

 

[5] Un droit de l’homme collectif est par exemple le droit à l’autodétermination ou le droit au développement.


 

SOURCE

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Comment va le monde
commenter cet article

commentaires

marlou 27/07/2008 09:55

Pourquoi la mort des autres indiffère-t-elle ainsi ?

Marie Rêveuse 29/07/2008 00:07


Je ne pense pas que ce soit de l'indifférence pour tout le monde...parfois un besoin de se protéger.  Mais pour ceux qui dirigent, certainement.


bellelurette 25/07/2008 23:17

C'est un si vaste sujet...Tu vois, je me mets à penser que si faire l'amour est leur unique source de satisfaction, alors il faut leur apprendre les moyens de contraception. Car instinctivement et génétiquement, l'homme fait des enfants car c'est source de force (la loi du nombre). Manque de pot, dans ce contexte, vaudrait vraiment mieux qu'ils soient moins nombreux. Que les femmes déjà hyper sous-alimentées ne mettent pas d'enfants au monde dans des conditions pareilles. Cela n'exclut pas le combat de répartir les richesses, mais le monde politique est tel que cela me paraît tout à fait utopique, bien que réalisable.

Marie Rêveuse 26/07/2008 00:18


Tout ce que tu dis là me ferait lancer dans un débat que l'heure actuelle ne me permet pas. Je réfléchirai à tête reposée.
Bonne nuit Belu!

...Le 28 juillet
Je crois qu'il ne faut pas mélanger divers thèmes. Cet article dénonce un contexte politique et je ne pense pas qu'un nombre d'enfants moindre le changerait.  
La contraception, certes est indispensable car je ne pense pas qu'une femme désire autant d'enfants surtout dans de telles conditions....comme chez nous il y a un siècle.
On pourrait aussi parler de patriarcat et de  religion.



katherine 25/07/2008 10:48

Les droits de l'homme sont bien trop souvent bafoués.Merci de nous le rappeler.Katherine

Marie Rêveuse 26/07/2008 00:15


Oui, et beaucoup n'imaginent pas le pourquoi du comment.
Bonne nuit!


naradamuni 25/07/2008 10:03

Aptitude au combat!!!…Hier l’air était doux, je marchais sur la plage. Le vent m’ébouriffait…Les mouettes m’envoyaient leurs cris de liberté... La faim et les droits de l'homme!!!…je fais des mouvements dans l’espace. A cœur et à corps, le yoga…Ha!!!…Tiens, un sac de riz de cinq kilos oublié dans un caddy. Le garder ? Le ramener à l’accueil ? Je le donne à une famille nombreuse qui sort d’une voiture et se dirige vers le magasin. « Faites-en ce que vous voulez ». Ils mettent le sac dans leur coffre....Comme les ronds dans l’eau après le jet d’une pierre… ça se propagera…Maladie du bonheur ?Chers amis qu’importe nos croyances et nos idées politiques dans le monde qu’on nous propose ! Dénoncez ce système mis en place dans notre monde libre et qui repose sur un sorte de contrat avec chacun d’entre nous. Car nous le signons chaque matin simplement en ne faisant rien...Article 1J’accepte La compétition comme base de notre système même si j’ai conscience que cela engendre frustration et colère pour l’immense majorité des perdants....Article 3J’accepte l’exclusion sociale des marginaux, des inadaptés, des faibles car je considère que la prise en charge de la société a ses limites.... Article 5J’accepte que l’on congèle et que l’on jette des tonnes de nourriture pour que les cours ne s’écroulent pas, plutôt que de les offrir aux nécessiteux et permettre à quelques centaines de milliers de personnes de ne pas mourir de faim chaque année....Article 11J’accepte que le pouvoir de façonner l’opinion public, jadis détenu par les religions soit aujourd’hui aux mains d’affairistes "non élus démocratiquement" et totalement libre de contrôler les états car je suis convaincu du bon usage qu’ils en feront....Article 13J’accepte que le valeur d’une personne se mesure à la taille de son compte bancaire, que l’on apprécie son utilité en fonction de sa productivité plutôt que de sa qualité et qu’on l’exclu du système si elle n’est plus assez productive....Article 19J’accepte que les banques internationales prêtent de l’argent aux pays souhaitant s’armer et se battre et de choisir ainsi ceux qui feront la guerre et ceux qui ne la feront pas.Je suis conscient qu’il vaut mieux financer les deux côtés afin d’être sur de gagner de l’argent et faire durer les conflits le plus longtemps possible afin de pouvoir totalement piller leurs ressources s’ils ne peuvent rembourser leurs emprunts....Article 21J’accepte que les hommes politiques puissent être d’une honnêteté douteuse et parfois même corrompus, je pense d’ailleurs que c’est normal vu les professions qu’ils subissent.Pour la majorité par contre la tolérance zéro est de mise!...Article 27J’accepte la recherche du profit comme but suprême de l’humanité et l’accumulation des richesses comme l’aboutissement de la vie humaine....Article 30J’accepte cette situation et j’admets que je je ne peut rien faire pour la changer ou l’améliorer....Article 31J’accepte d’être traité comme du bétail car tout compte fait je pense que je ne vaut pas mieux....Article 32J’accepte de poser aucune question, de fermer les yeux sur tout ceci et de ne formuler aucune véritable opposition car "je suis bien trop occupé par ma vie et mes soucis".J’accepte même de défendre à la mort ce contrat si vous me le demandez....Article 33J’accepte donc en mon âme et consciences et définitivement cette triste matrice que vous placer devant mes yeux pour m’empêcher de voir la réalité des choses.Je sais que vous agissez pour mon bien et celui de tous et je vous en remercie.Fait par amitié sur la terre le 11 septembre....Le Contrat : http://terrepacifique.info/textes/videos.htmlDÈS, L'OR UNIFIÉ À L'HORS,PLUS AUCUN RECORD,NI MAGOUILLES, NI CONSORTS!QU'UN SEUL TRÉSOR, JÛSTE... ÊTRE... JUSTE ...Marie-Ève Rève de Rè-évoiution!!!

Marie Rêveuse 26/07/2008 00:13


ça décoiffe une fois là, comme on dit ici!
Les sacs de riz peuvent cacher bien des choses si on regarde un certain french doctor!!
Si je suis courageuse je complèterai les trous. Mais là, il se fait tard..
A bientôt!


catherine 24/07/2008 22:07

Tu as raison de faire un billet la-dessus, il faut que l'on en ait conscience

Marie Rêveuse 25/07/2008 01:21


C'est une amie qui me l'a envoyé et comme toi, j'ai trouvé indispensable de le publier. C'est sur que ce n'est pas sur TF1, que l'on va entendre ce genre
d'information!
A+ Catherine!


Présentation

Rechercher