Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2008 5 28 /03 /mars /2008 10:25
L'habitude est une étrangère
Qui supplante en nous la raison
C'est une ancienne ménagère
Qui s'installe dans la maison

Elle est discrète, humble, fidèle
Familière avec tous les coins
On ne s'occupe jamais d'elle
Car elle a d'invisibles soins

Elle conduit les pieds de l'homme
Sait le chemin qu'il eût choisi
Connaît son but sans qu'il le nomme
Et lui dit tout bas : "Par ici"

Travaillant pour nous en silence
D'un geste sûr, toujours pareil
Elle a l'oeil de la vigilance
Les lèvres douces du sommeil

Mais imprudent qui s'abandonne
A son joug une fois porté !
Cette vieille au pas monotone
Endort la jeune liberté

Et tous ceux que sa force obscure
A gagnés insensiblement
Sont des hommes par la figure
Des choses par le mouvement

René-François Sully Prudhomme (1839. 1907)

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie Rêveuse - dans Poésie
commenter cet article

commentaires

semaphore 30/03/2008 05:13

...à l'aune
et ...viscérale
c'est mieux!(-;

semaphore 30/03/2008 05:07

Mais il est une vertu qui porte le nom de discipline essentielle dans tout engagement à l'aulne d'une exigence personnelle, d'une nécessité vicérale

Marie Rêveuse 30/03/2008 18:51


La discipline vient de cette nécéssité viscérale et combien vitale! Si tu n'arrive pas à réaliser ce dont pourquoi tu es fait, tu t'habitues à une petite mort, un malheureux confort.


semaphore 30/03/2008 04:53

...laisser de bons commentaires...je me risque sans avoir la prétention qu'ils le soient!
Merci pour ce texte de sully Prudhomme que je découvre...je passe mon temps à découvrir, est-ce une habitude!(-;
Non, un plaisir serait plus juste!

Présentation

Rechercher